Boundless Informant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boundless Informant
Localisation des collectes d'informations par la NSA en mars 2013
Localisation des collectes d'informations par la NSA en mars 2013

Développeur NSA
Type Progiciel
Licence propriétaire
Site web nsa.gov

Boundless Informant est un système informatique secret à visée internationale permettant à la National Security Agency (NSA) de connaître en temps réel, le niveau de surveillance appliqué à chaque pays. L'existence de ce programme a été révélée en juin 2013 par Edward Snowden.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le système Boundless Informant permet d'obtenir un tableau de bord graphique, synthétique et généré automatiquement en temps réel des renseignements (SIGINT) obtenus par les différents systèmes d'écoutes de la NSA[1]. Cet outil permet ainsi aux renseignements américains de connaître le niveau de surveillance appliqué à chaque pays[2].

Ce système permet de consolider les métadonnées liées aux conversations téléphoniques (anglais : DNR - Dial Number Recognition) et les métadonnées liées aux communications informatiques IP (anglais : DNI - Digital Network Intelligence)[3],[4].

L'existence de ce système a été révélée publiquement le par le journal britannique The Guardian, suite aux informations fournies par Edward Snowden sur le programme de surveillance PRISM[3].

Le tableau de bord en mars 2013[modifier | modifier le code]

En mars 2013, le tableau de bord du système montre que les stations d'écoute de la NSA avaient collectées 97 milliards de renseignements sur les réseaux téléphoniques et informatiques du monde entier sur les 30 derniers jours[3].

Sur la même période, les 5 pays où le plus de renseignements avaient été collectés étaient l'Iran avec 14 milliards de données, suivi du Pakistan avec 13,5 milliards de données, la Jordanie, avec 12,7 milliards, l'Égypte avec 7,6 milliards et l'Inde avec 6,3 milliards. De plus, l'Allemagne était le pays d'Europe le plus surveillé[3].

Le tableau de bord montre aussi que la NSA disposait de 504 stations d'écoute en mars 2013 dans la majeure partie des pays (États-Unis inclus)[3].

Le tableau de bord donnerait ainsi une vision quantitative des informations récoltées par d'autres systèmes complémentaires tels que PRISM, Tempora, Fairview (en), EVILOLIVE, LITHIUM, OAKSTAR et STORMBREW (en). Ces systèmes permettent de récupérer des informations telles que des courriers électroniques, des conversations téléphoniques, des historiques de consultation web, des formulaires y compris les mots de passe, et autres données numériques échangées. Ces informations sont obtenues au travers de partenariats avec des sociétés informatiques telles que Microsoft, Yahoo!, Google, de sociétés de télécommunication telles que Vodafone, Verizon Communications, Level 3, Interoute, AT&T ou British Telecom, et des États étrangers.

Ces informations peuvent être extraites à partir de câbles sous-marins, d’Internet Exchange Point ou de portes dérobées. XKeyscore permet de consulter et croiser ces données.

Technologie[modifier | modifier le code]

Selon les diapos publiés, Boundless Informant utilise des logiciels libres et open source, est disponible à tous les développeurs informatiques de la NSA et hébergé dans le cloud computing de l'agence de renseignement. Ce système utilise les applications HDFS, MapReduce et Cloudbase[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) NSA, « Boundless Informant: NSA explainer – full document text », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ (consulté le 2 juillet 2013)
  2. « Bataille d'informations autour de l'outil de surveillance "Prism" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 30 juin 2013)
  3. a, b, c, d et e (en) « Boundless Informant: the NSA's secret tool to track global surveillance data », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ (consulté le 2 juillet 2013)
  4. a et b (en) NSA, « Boundless Informant NSA data-mining tool – four key slides », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ (consulté le 7 juillet 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres programmes de surveillance révélés par Edward Snowden :

Commission d'enquête européenne suite aux révélations d'Edward Snowden :

Renseignement :

Autres :