Blanche Toutain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blanche Toutain en 1901

Blanche Toutain est une actrice française, née en 1874 à Elbeuf, morte le . Elle fut une proche de Sacha Guitry, pour lequel elle a notamment joué Nono et Je t'aime.

Débuts[modifier | modifier le code]

À l'âge de 8 ans, elle joue au théâtre d'Elbeuf dans Les Pirates de la savane d'Auguste Anicet-Bourgeois et Ferdinand Dugué, puis, peu après, dans Le Petit Jack.

Après des études au Conservatoire, elle fait des débuts remarqués en 1899 dans Les Miettes d'Edmond Sée[1].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Blanche Toutain en 1901

Cinéma[modifier | modifier le code]

Nécrologie[modifier | modifier le code]

« Blanche Toutain est morte.

On a appris avec une grande émotion la mort de Blanche Toutain, survenue dans la nuit de samedi, à la suite d'une syncope.

Née à Elbeuf, elle avait, à l'âge de huit ans, figuré sur le théâtre de cette ville dans Les Pirates de la savane. Elle joua, peu après, sur la même scène, Le Petit Jack. Ses débuts, en 1899, après sa sortie du Conservatoire, dans Les Miettes d'Edmond Sée, à la Comédie parisienne, furent très remarqués. Ce fut ensuite Dégénérées au Gymnase, Yvette et La Course du Flambeau au Vaudeville, Sa Maîtresse, Petite Mère, Nono, aux Mathurins, Paris-NewYork au théâtre Réjane, L'Éventail au Gymnase, Chérubin au théâtre Fémina, Pour vivre heureux à la Renaissance, Les Éclaireuses au théâtre Marigny, Le Temps des cerises au théâtre Albert-1er, La Femme fatale aux Mathurins, Je t'aime au théâtre Édouard-VII, Sophie Arnould au Nouveau-Théâtre, La Journée des surprises aux Nouveautés.

Puis, on l'oublia un peu et elle en conçut quelque mélancolie. Avec joie, elle accepta, il y a deux mois, un rôle dans Au delà du baiser de M. Claude Dazil. Elle devait créer, à la rentrée, un rôle important dans Édition spéciale, aux Ambassadeurs. C'est une artiste de talent qui disparaît. Le monde théâtral est en deuil[1]. »

— Jules Laurent, Le Figaro, lundi 11 juillet 1932

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Blanche Toutain est morte », Le Figaro, 11 juillet 1932, sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :