Biennale de Johannesbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Biennale de Johannesburg)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La biennale de Johannesburg, lancée à Johannesburg dans l'Afrique du Sud post-apartheid, est considérée comme l'une des manifestations d'art contemporain les plus marquantes des années 1990, même si elle n'a connu que deux éditions, en 1995 et 1997[1].

Première édition (1995)[modifier | modifier le code]

Africus, la première biennale, se tient du 28 février au 30 avril 1995, sous le commissariat de Lorna Ferguson et Christopher Till[2]. L. Ferguson, alors directrice d'une galerie d'art à Pietermaritzburg dans le Natal, avait pris conscience, en visitant en 1992 la documenta de Cassel, du rôle joué par cet événement, créé en 1956, dans la reconquête d'une identité artistique allemande. Elle eut l'idée d'un événement comparable, susceptible de mettre fin à l'isolationnisme culturel sud-africain[3].

Effectivement, dans le contexte des élections générales sud-africaines de 1994 – premières élections non raciales au suffrage universel de l'histoire du pays – suivies de l'élection de Nelson Mandela à la présidence de la République, il s'agissait, comme pour la coupe du monde rugby organisée la même année, de reconstruire l'image de la nouvelle nation et lui permettre de se positionner sur la scène internationale.

Sur un espace de 30 000 m2, l'exposition accueille 292 artistes étrangers, venus de 60 pays, aux côtés de 150 peintres et sculpteurs locaux. Parmi les participants africains, on remarque notamment les Béninois Calixte Dakpogan et Romuald Hazoumè, la photographe camerounaise Angèle Etoundi Essamba, le Ghanéen Kofi Setordji, les Sénégalais Moustapha Dimé et Souleymane Keita, le Tanzanien George Lilanga, la Zimbabwéenne Berry Bickle, les Sud-Africains Kendell Geers ou William Kentridge[4].

Cette première expérience connaît quelques tâtonnements et polémiques. L'argent investi (l'équivalent de 5 millions de francs) n'aurait-il pas pu être mieux utilisé dans un pays encore confronté aux besoins essentiels de sa population ? Mais faut-il attendre – ici comme ailleurs – que les besoins de santé et de logement soient satisfaits pour faire une place à l'art[3] ?

La manifestation, soucieuse d'incarner la nouvelle nation arc-en-ciel, se veut résolument hybride, consensuelle et politiquement correcte, à travers deux thèmes principaux, Alliances fragiles et Décolonisons nos esprits. Le design est spécifiquement sud-africain. Onze expositions d'artistes sud-africains sont organisées à travers la ville, onze autres dans les townships[3]. De manière « presque obsessionnelle », elle veille à l'élargissement des critères de sélection, à la visibilité des différents groupes ethniques et à l'absence de hiérarchie entre les différentes formes artistiques. Elle met l'accent sur les spécificités de l'Afrique du Sud où, compte tenu de son histoire, les définitions de la « qualité » et de l'« art » peuvent être assez éloignées de celles qui ont cours à l'échelle internationale[5].

Même si l'événement reproduit en partie le modèle classique de la biennale de Venise ou d'autres événements artistiques de l'hémisphère sud (São Paulo, Sydney), majoritairement conçus à l'étranger par des experts européens ou nord-américains[1], Africus a bénéficié d'une importante couverture médiatique nationale et internationale et a eu des effets positifs sur les artistes locaux et leur insertion dans les réseaux internationaux. En outre, les installations vidéo et les technologies numériques ont permis aux Sud-Africains ne disposant pas de ressources suffisantes pour voyager d'avoir accès au langage visuel propre à l'art contemporain dans le contexte de la mondialisation[5].

Deuxième édition (1997)[modifier | modifier le code]

Sous le titre Trade Routes: History and geography, la seconde biennale se déroule sur différents sites, à Johannesburg et au Cap, du 12 octobre au 12 décembre 1997, mais s'achève environ un mois avant la date de clôture initialement fixée au 18 janvier 1998, pour des raisons financières imputées à la Municipalité de Johannesburg[6].

Sous la direction d'Okwui Enwezor, l'exposition, en rupture avec l'organisation classique par pavillons nationaux, s'articule autour de six thèmes confiés à six commissaires (américain, espagnol, chinois, coréen, cubain et sud-africain)[1]. La plus importante, Alternating Currents, se tient à l'Electric Workshop, une ancienne centrale électrique transformée pour l'occasion. Les Sud-Africains peuvent ainsi découvrir les œuvres des Cubains Coco Fusco (en) et Tania Bruguera, de l'Afro-Américain David Hammons, du Congolais Bodys Isek Kingelez ou du Britannique Isaac Julien, tandis que leurs compatriotes, Santu Mofokeng ou Penny Siopis (en), ont accès à un plus large public[7]. Des artistes de 63 nationalités participent à la biennale qui, selon la vision de son commissaire Enwezor, veut transcender les données de l'Histoire dans une nouvelle représentation du monde, moins polarisée[7].

Cette expérience ambitieuse, qui donne une visibilité sans précédent aux artistes locaux et aux galeries d'art, est célébrée par les critiques internationaux, mais mal comprise dans une démocratie en devenir, car très éloignée du contexte local et des préoccupations immédiates de nombreux Sud-Africains. La personnalité même d'Enwezor, d'origine nigériane mais vivant alors à New York, suscite le scepticisme : il est perçu comme un « soi-disant Africain », « captif de l'intelligentsia blanche »[7]. Lui-même fut profondément déçu par les difficultés rencontrées et l'interruption prématurée de la biennale, tandis que de nombreux visiteurs se demandaient ouvertement s'il était « possible de créer une biennale transnationale dans un pays qui n'était pas encore une nation »[8].

Troisième projet (2000)[modifier | modifier le code]

Pour tenter de remédier à ces biais, la troisième édition, Ubuntu 2000 – en référence au concept africain d'Ubuntu – est préparée par des commissaires sud-africains, qui se réclament davantage du FESTAC 77 (en) (Second World Black and African Festival of Arts and Culture), organisé à Lagos en 1977, et de son prototype, le Festival mondial des arts nègres, tenu à Dakar en 1966.
Cependant l'État et la municipalité de Johannesburg refusent de s'y impliquer et cette troisième biennale n'a jamais lieu[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Marie-Laure Bernadac et Simon Njami (dir.), « Johannesburg Biennale », in Africa Remix : l'art contemporain d'un continent (exposition), Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005, p. 263 (ISBN 2-84426-280-5)
  2. (en) Bernd Scherer, « Johannesburg biennale: Interview with Lorna Ferguson », Third Text, vol. 9, 1995, no 31, p. 83-88, [lire en ligne] ; (en) Candice Breitz, « The first Johannesburg Biennale: Work in progress », Third Text, vol. 9, 1995, no 31, p. 89-94, [lire en ligne]
  3. a b et c Corinne Moutout, « Avec Africus, Johannesburg veut renaître au monde », Libération, 28 février 1995, [lire en ligne]
  4. (it) Liste des artistes, Quaderno di appunti di Iolanda Pensa [1]
  5. a et b (en) Sabine Marschall, « Positioning the “Other”. Reception and Interpretation of Contemporary Black South African Artists », in Tobias Döring (dir.), African Cultures, Visual Arts, and the Museum: Sights/sites of Creativity and Conflict, no 11, Rodopi, 2002, p. 56 (ISBN 9789042013209)
  6. (en) Okwui Enwezor (dir.), Press information : 2nd Johannesburg Biennale 1997 : Trade routes : history and geography : 12 October 1997-18 January 1998, Johannesburg and Cape Town, Greater Johannesburg Metropolitan Council, 1997, 59 p.
  7. a b et c (en) The 2nd Johannesburg Biennale, South Africa History Online (SAHO), consulté le 23 avril 2017.
  8. (en) Carol Becker, « The Second Johannesburg Biennale », in Surpassing the Spectacle: Global Transformations and the Changing Politics of Art, Rowman & Littlefield, 2002, p. 105 (ISBN 9780742509207)
  9. Cédric Vincent, « Une biennale sous le chapeau. Notes pour une histoire des biennales absentes ou inachevées », in Africultures, 2008/2, no 73, p. 157-160

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Africus : Johannesburg Biennale, 28 February-30 April 1995, Greater Johannesburg Transitional Metropolitan Council, Braamfontein, Thorold's Africana Books, Johannesburg (distrib.), 1995, 304 p. (ISBN 0-86998-171-4) (catalogue)
  • Marie-Laure Allain (et al.), Festivals et biennales d'Afrique : machine ou utopie ?, L'Harmattan, 2008, 248 p. (ISBN 9782296196261)
  • Marie-Laure Allain, « Biennale de Johannesburg : chronique d’une mort annoncée », in Africultures, 2008/2, no 73, p. 151-156,
  • (en) Carol Becker, « The Second Johannesburg Biennale », in Surpassing the Spectacle: Global Transformations and the Changing Politics of Art, Rowman & Littlefield, 2002, p. 101-116 (ISBN 9780742509207)
  • Marie-Laure Bernadac et Simon Njami (dir.), « Johannesburg Biennale », in Africa Remix : l'art contemporain d'un continent (exposition), Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005, p. 263 (ISBN 2-84426-280-5)
  • (en) Okwui Enwezor (dir.), Trade routes: History and geography : 2nd Johannesburg Biennale 1997, Thorold's Africana Books, 1997, 412 p. (ISBN 978-0620215220) (catalogue)
  • (en) Charles Green et Anthony Gardner, Biennials, Triennials, and Documenta: The Exhibitions that Created Contemporary Art, John Wiley & Sons, 2016, 304 p. (ISBN 9781444336658)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]