Bataille du Ravin-Aux-Loups

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bataille du Ravin-du-Loup)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille Du Ravin-Aux-Loups

Informations générales
Date
Lieu Melilla
Issue

Victoire rifaine

Déroute espagnole
Belligérants
Drapeau : Espagne EspagneTribus rifaines
Commandants
Général Marina (es)
Guillermo Pintos
Mohamed Ameziane El Mizzian[1]
Pertes
153 à 1 200 tués
600 blessés
Inconnues

La Bataille du Ravin-Aux-Loups est un épisode militaire survenu près de Melilla le au cours duquel les troupes espagnoles furent vaincues par la résistance rifaine organisée par la tribu des Iqeriyens.

Cette bataille est considérée, avec celle d'Anoual en 1921, comme la plus sanglante défaite subie en Afrique par l'armée espagnole.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le général Marina.

À cette époque, les tribus qui entouraient la ville de Melilla vivaient sous le joug de Jilali ben Driss Zirhouni Al-Youssefi, dit Rogui Bou Hmara, un charlatan qui se faisait passer pour le frère du sultan Abd El Aziz. Celui-ci va négocier avec l’Espagne l’exploitation des gisements miniers pour le compte des compagnies espagnoles comme françaises, ce qui aboutira à la création de la Compagnie Espagnole des Mines du Rif [1].

Rébellion[modifier | modifier le code]

Les Rifains vont alors se rebeller et attaquer les exploitations minières le 8 août 1908, cela sera la fin pour Bou Hmara, qui sera chassé du Rif Oriental et son armée battue par la tribu Rifaine des Iqer'iyen. Il sera ensuite capturé le 8 août 1909 et exécuté le 21 août 1909 sur ordre du sultan Abdelhafid [1].

Les Espagnols qui se trouvent constamment harcelés par les Rifains, voient leurs positions se fragiliser, ce qui va pousser le général Marina (es), gouverneur de Melilla, à demander des renforts à son gouvernement pour stopper la rébellion afin d’assurer la sécurité de l'exploitation minière, mais la réponse du gouvernement fut négative. Le 7 juin 1909, les Espagnols reprennent l’exploitation de ces mines, mais les Rifains dès la fin juin repartent en guerre contre les Espagnols. Marina décide d’envoyer deux compagnies d’infanterie afin d’appréhender les auteurs de ces attaques.

Après l’attaque du 09 juillet, l’arrestation de certains membres de la fraction Lehedara de la tribu Ikbedanen va enflammer la région et l’insurrection débute le 09 juillet 1909 à Sidi Mussa (près de Ait Ensar). Les Iqer'iyens vont attaquer un chantier de construction de pont pour une ligne de chemin fer, il y aura 6 militaires espagnols morts. Lorsque le gouvernement espagnol eut connaissance de ces évènements, Maura qui dirigeait ce pays décida le 10 juillet 1909 de mobiliser 3 brigades mixtes de chasseurs formées principalement par des réservistes.[réf. nécessaire]

Premiers affrontements[modifier | modifier le code]

Les Rifains cachés dans les maquis qui surplombent les positions espagnols vont continuer à les harceler. Le 16 juillet, les troupes de renfort arrivent, le 20 juillet les Rifains mènent une nouvelle attaque à Sidi Mussa, mais les Espagnols réussissent à repousser les Iqer'iyens . Le 22, les Rifains se dirigent vers Mritc et une bataille débute à proximité de la ville pour contenir l’avancement des Amazighs. Les Espagnols utilisèrent leur artillerie lourde. Le déploiement des militaires fut large, allant de la montagne Gourougou au village Mesquita. Leur déploiement était renforcé de façon continue avec plus d’effectifs étant donné que les Rifains n’étaient nullement impressionnés par cet étalage de force.[réf. nécessaire]

À quatre heures du matin, deux compagnies de la brigade disciplinaire, sous la conduite du lieutenant-colonel Aizpuru, sortent pour prendre les hauteurs de la Mesquita, tandis que le colonel Álvarez Cabrera, à la tête de la 6e compagnie d’Afrique et des chasseurs récemment arrivés, se dirige vers Sidi Musa, où se trouve le campement du lieutenant colonel Baños. Mais les Espagnols n’arrivent pas arrêter la poussée formidable des Rifains. Alors que l’artillerie pilonne les positions Rifaines, ces derniers ne reculent pas mais arrivent à la hauteur des espagnols. Du côté de Sidi Musa les Rifains vigilants vont déjouer la manœuvre espagnole, encerclant les hommes de Alvarez Cabrera pour les attaquer de toute part. Les combats ont duré jusqu’à midi.[réf. nécessaire] Les pertes sont lourdes au matin du 23 juillet 1909 dans les rangs espagnols.

Déroute espagnole finale[modifier | modifier le code]

Après l’opération du 22 juillet, le général Marina décida d’organiser le 26 juillet un nouveau convoi de troupe, car ses renseignements l’informèrent que les Amazighs du Rif préparaient une attaque contre une position espagnole qui se trouve située au pied de la montagne Gourougou. Mais ce convoi sera immédiatement attaqué près du Ravin du Loup par les Rifains le 27 juillet. Les troupes espagnoles vont paniquer et vont battre en retraite dans la confusion. Au terme de ces batailles acharnées, les Espagnols seront lourdement touchés, plus de 1 200 morts et 600 blessés [1]. Selon l'historienne espagnole María Rosa De Madariaga, les Espagnols déplorent 153 morts et 600 blessés à la suite de ce combat[2]. Après ces évènements, les Espagnols suspendent leur colonisation, et pendant 2 mois, ils vont faire venir des troupes de la péninsule ibérique et se réorganiser, à la mi-juin, c’est plus de 40 000 soldats espagnols qui repartent à l’attaque et vont cette fois-ci coloniser une partie du territoire Rifain et mater toutes rebellions.[réf. nécessaire]

Chant populaire[modifier | modifier le code]

La défaite de Barranco del Lobo inspira cette chanson :

En el Barranco del Lobo
hay una fuente que mana
sangre de los españoles
que murieron por España.
(dans d'autres versions "por la patria")

¡Pobrecitas madres,
cuánto llorarán,
al ver que sus hijos
a la guerra van!


Ni me lavo ni me peino
ni me pongo la mantilla,
hasta que venga mi novio
de la guerra de Melilla.


Melilla ya no es Melilla,
Melilla es un matadero
donde van los españoles
a morir como corderos.

Traduction[modifier | modifier le code]

Dans le Barranco del lobo ("ravin du loup")
Il y avait une source dont s'écoulait
Le sang des espagnols
Qui moururent pour l'Espagne (dans d'autres versions "pour la patrie")

Pauvres petites mères,
Quand elles pleurèrent,
En voyant que leurs fils
S'en allaient à la guerre!

Je ne me laverais ni me coifferais
Je ne me mettrais pas non plus de mantille,
Jusqu'à ce que revienne mon fiancé
De la guerre de Melilla.

Melilla n'est plus Melilla,
Melilla est un abattoir
Où s'en vont les espagnols
Mourir comme des agneaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jesús F. Salafranca, El sistema colonial español en África, Ed. Algazara, Málaga (2001) (ISBN 84-87999-71-9)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Adaptation ou réaction locale vis-à-vis de l’administration espagnole au Maroc dans le premier tiers du XXe siècle », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain,‎ (DOI 10.4000/mimmoc.1372, lire en ligne, consulté le 19 septembre 2017)
  2. (es) María Rosa De Madariaga, Semana Trágica. Entre las barricadas de Barcelona y el Barranco del Lobo, Barcelone, Edicions Bellaterra, (ISBN 978-84-7290-528-3), « La guerra de Melilla o del Barranco del Lobo, 1909 », p. 110