Bataille de Shanggao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataille de Shanggao
Description de l'image Shanggao bridge.jpg.
Informations générales
Date 14 mars - 9 avril 1941
Lieu Shanggao, Jiangxi en Chine
Issue victoire chinoise
Belligérants
Drapeau de la République de Chine République de Chine Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de la République de Chine Luo Zhuoying Drapeau : Japon Korechika Anami
Forces en présence
100 000 hommes 65 000 hommes
Pertes
20 533 15 792

Guerre sino-japonaise (1937-1945),
Seconde Guerre mondiale

Batailles

Seconde Guerre mondiale : batailles de la Guerre sino-japonaise
Incident du pont Marco Polo · Shanghai · Taiyuan · Xinkou · Pingxingguan · Taierzhuang · Xuzhou · Nankin : bataille, massacre · lac Khassan · Wuhan · Nanchang · Khalkhin Gol · Suixian-Zaoyang · Changsha (1re) · Guangxi · Henan · Zaoyang-Yichang · Cent régiments · Shanggao · Sud-Shanxi · Changsha (2e) · Pacification du Mandchoukouo · Changsha (3e) · Hubei · Changde · Ichi-Go · Changsha (4e) · Guilin-Liuzhou · Reconquête chinoise


Guerre du Pacifique


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Théâtre américain
Coordonnées 28° 11′ 00″ Nord, 114° 53′ 00″ Est

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Shanggao.

La bataille de Shanggao opposa en 1941, l'Armée nationale révolutionnaire chinoise et l'Armée impériale japonaise pendant la guerre sino-japonaise.

L'offensive japonaise sur Zaoyang et Yichang, l'année précédente, n'avait pas réussi à mettre les troupes chinoises hors de combat, ni à abattre le gouvernement du Guomindang. Les Japonais, souhaitant mettre un terme à la résistance des troupes nationalistes du Kuomintang dans le Hunan, le Jiangxi et le long du Yangtsé et dégager la route vers Changsha, bastion chinois qu'ils avaient échoué à prendre, attaquèrent Shanggao sur trois lignes différentes. Les nationalistes parvinrent cependant à couper en deux les lignes de défense japonaises, contraignant l'ennemi à appeler en renfort des troupes du Wuhan et lui infligeant des pertes importantes[1]. La victoire des forces chinoises fut néanmoins assombrie par leur défaite dans le sud-Shanxi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hans J. Van de Ven, War and nationalism in China, 1925-1945, Routledge