Bataille du Sud-Shanxi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Sud-Shanxi
Description de l'image Battle of South Shanxi map.jpg.
Informations générales
Date 7 - 27 mai 1941
Lieu Shanxi en Chine
Issue victoire japonaise
Belligérants
Drapeau de la République de Chine République de Chine Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau de la République de Chine Wei Lihuang Drapeau : Japon Hayao Tada
Forces en présence
8 armées, soit
180 000 hommes
6 divisions,
3 brigades, soit
100 000 hommes
Pertes
inconnues 20 000 tués ou blessés

Guerre sino-japonaise (1937-1945),
Seconde Guerre mondiale

Batailles

Seconde Guerre mondiale : batailles de la Guerre sino-japonaise
Incident du pont Marco Polo · Shanghai · Taiyuan · Xinkou · Pingxingguan · Taierzhuang · Xuzhou · Nankin : bataille, massacre · lac Khassan · Wuhan · Nanchang · Khalkhin Gol · Suixian-Zaoyang · Changsha (1re) · Guangxi · Henan · Zaoyang-Yichang · Cent régiments · Shanggao · Sud-Shanxi · Changsha (2e) · Pacification du Mandchoukouo · Changsha (3e) · Hubei · Changde · Ichi-Go · Changsha (4e) · Guilin-Liuzhou · Reconquête chinoise


Guerre du Pacifique


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Théâtre américain
Coordonnées 38° Nord 112° Est / 38, 112

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Sud-Shanxi.

La Bataille du Sud-Shanxi opposa en 1941 l'Armée nationale révolutionnaire chinoise et l'Armée impériale japonaise pendant la guerre sino-japonaise.

Avec la bataille de Shanggao, cet affrontement faisait partie d'un plan japonais pour réduire les poches de résistance des troupes nationalistes chinoises[1]. Les Japonais réalisèrent une offensive contre les troupes nationalistes, qui menaçait leurs lignes dans le nord de la Chine et protégeaient, depuis les montagnes, des voies de communications vers le Shaanxi et Xi'An.

S'ils avaient échoué à Shanggao, les Japonais parvinrent ici à leurs objectifs. Les troupes chinoises, bien que supérieures en nombre, furent battues, du fait notamment des frappes du Service aérien de l'Armée impériale japonaise. Les troupes du Guomindang durent abandonner leurs bases montagneuses et perdirent le contrôle de plusieurs voies de communication.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hans J. Van de Ven, War and nationalism in China, 1925-1945, Routledge