Axel de Tarlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Antoine de Tarlé.
Axel de Tarlé
Description de cette image, également commentée ci-après
Axel de Tarlé au studio d'Europe 1.
Naissance (48 ans)
Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Formation

Axel de Tarlé est un journaliste, animateur de télévision et chroniqueur français à la radio, spécialiste de l'économie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'ESC Toulouse, Axel de Tarlé commence sa carrière de journaliste en 1994 sur BFM[1]. En 1996, il rejoint Europe 1. Depuis 2000, il présente une chronique consacrée à l'économie dans la matinale Europe Matin[1]. Il collabore aussi avec les hebdomadaires Paris Match et Le Journal du dimanche[1].

Parallèlement, à partir d'octobre 2010, il présente C à dire ?!, l'interview d'une personnalité faisant l'actualité, tous les soirs sur France 5[2],[3].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2003, il reçoit le dauphin d'or (prix Dauphine Henri Tézenas du Montcel) du meilleur journaliste économique de radio de l'année[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le neveu d'Antoine de Tarlé, professionnel de la presse écrite, le cousin de Sophie de Tarlé, journaliste au Figaro et de Virginie de Tarlé, journaliste à Femme actuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Axel de Tarlé », sur france5.fr (consulté le 26 octobre 2011)
  2. (fr) Julien Mielcarek, « Thierry Guerrier quitte provisoirement l'antenne de France 5 », sur Ozap.com,
  3. (fr) « Thierry Guerrier à la tête du service politique d’Europe 1 », sur teleobs.nouvelobs.com,
  4. (fr) Communiqué de presse du groupe Lagardère, « Axel de Tarlé élu journaliste économique radio de l’année », sur lagardere.com,
  5. (fr) Guillaume Goubert, « La crise en mots simples. Petit manuel éconoclaste pour comprendre et survivre à la crise », La Croix,‎ (lire en ligne)