Autonomous sensory meridian response

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ASMR (de l'anglais : Autonomous Sensory Meridian Response, que l'on peut traduire par « réponse sensorielle autonome culminante »[1]) est un sigle qui décrit une sensation distincte, agréable et non sexuelle de picotements ou frissons au niveau du crâne, du cuir chevelu ou des zones périphériques du corps, en réponse à un stimulus visuel, auditif, olfactif ou cognitif [2],[3]. Cette sensation est induite typiquement lors de séances chez le coiffeur où les manipulations du cuir chevelu, éventuellement ressenties comme sensuelles, interviennent de surcroit généralement dans un environnement calme.

Bien que ce phénomène ait toujours existé, il n'a commencé à être popularisé que dans les années 2010[4]. La nature et la classification scientifique du phénomène font l'objet de controverses.

Origines du terme ASMR[modifier | modifier le code]

Jenn Allen, qui a fondé le site ASMR-research.org, explique qu'« autonome » (ou « automatique ») fait référence à l'idiosyncrasie des personnes pratiquant l'ASMR, la « réponse » variant d'une personne à l'autre.

Les discussions en ligne de groupes tels que Society of Sensationalists (la société des sensationnalistes, sur Yahoo!), formé en 2008, ou le blog The Unnamed Feeling (la sensation sans nom), créé par Andrew MacMuiris en 2010, avaient pour but de permettre à une certaine communauté d'en apprendre davantage sur cette sensation, en partageant des idées et des expériences personnelles.

Les autres façons de décrire la sensation d'ASMR évoquent un « massage cérébral » et des « picotements et frissons dans la tête, le cerveau et la colonne vertébrale ».

Utilisation de ce phénomène[modifier | modifier le code]

Un jeu de rôle binaural

Ce phénomène est maintenant exploité via des vidéos de relaxation sur internet[5],[6],[7]. Elles « déclenchent » l'ASMR grâce à diverses techniques : voix douces, tapotements, chuchotement, etc. Cette technique est utilisée pour la relaxation, pour aider à s'endormir. Elle acquiert peu à peu une communauté.

Cependant l'effet est variable selon les individus. Pour le neurologue Pierre Lemarquis, « tout le monde n’est pas réceptif à ce genre de stimuli. Il s’agit d’un phénomène qui s’apparente à de la suggestion, comme en hypnose, ce qui suppose une capacité à lâcher prise, à rêver et à développer son imagination »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joy Fox, « Autonomous Sensory Meridian Response », The Colorado Psychologist,‎ (lire en ligne)
  2. (en-US) « What is ASMR? That Good Tingly Feeling No One Can Explain », Vice,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Pete Etchells, « ASMR and 'head orgasms': what's the science behind it? | Pete Etchells », sur the Guardian, (consulté le 27 avril 2018)
  4. Michelle Castillo, « These people make a living with bizarre repetitive YouTube videos that give users 'pins and needles' », CNBC,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Shelley Taylor, « 'Head orgasms', meditation and near-to-death experiences » [html], sur www.theguardian.com/science/, (consulté le 23 mai 2015)
  6. (en) Barratt EL, Davis NJ, « Autonomous Sensory Meridian Response (ASMR): a flow-like mental state », PeerJ, no 3,‎ , e851. (PMID 25834771, PMCID PMC4380153, DOI 10.7717/peerj.851, lire en ligne [html]) modifier
  7. (en) Laura Snapes, « ASMR: the new sensation that’s (literally) making people tingle », sur the Guardian, (consulté le 27 avril 2018)
  8. « ASMR, la curieuse pratique qui met les internautes «en transe» », sur Le Temps,

Liens externes[modifier | modifier le code]