Jean-Antoine de Baïf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antoine de Baïf)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baïf.
Jean-Antoine de Baïf
Description de l'image Jean Antoine de Baïf.jpg.
Naissance
Venise
Décès (à 57 ans)
Paris
Activité principale
Auteur
Mouvement Pléiade

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le , et mort à Paris le , est un poète français. Ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, il se distingue comme le principal artisan de l'introduction en France d'une versification quantitative mesurée, calquée sur la poésie de l'Antiquité gréco-latine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Antoine de Baïf était le fils naturel de Lazare de Baïf, ambassadeur à Venise au moment de sa naissance. Son père ne négligea rien pour son éducation. Il eut comme maître en latin Charles Estienne, et en grec Ange Vergèce, le savant crétois qui créa des fontes grecques pour François Ier.

À onze ans il devint l'élève de Jean Dorat, qu’il suivit au collège de Coqueret.

Sa production poétique est très importante, mais il n’a jamais connu un succès comparable à celui de Ronsard. Il a donné Les Amours (1552 et 1558) ; Les Météores, où il s’inspire des Géorgiques de Virgile (1567) ; le Passe-Temps (1573) ; Les Mimes, enseignements et proverbes (1581), ouvrage très original. On a en tout 9 livres de poèmes, 7 d’amours, 5 de jeux, 5 de passe-temps sous le titre d’Œuvres de poésies de Baïf, Paris, 1572.

Baïf, avide d'expérimentations littéraires, fut aussi un des pionniers du théâtre protoclassique avec ses amis de la Pléiade, avec lesquels il participa notamment à la Pompe du bouc. Au théâtre, on lui doit aussi la traduction de L'Eunuque de Térence, et du Brave (Miles gloriosus) de Plaute ; en 1573, dans les Euvres en rime, il donne une traduction de l'Antigone de Sophocle.

Il créa une Académie française avant celle de Richelieu. Deux femmes en étaient membres[2].

Du Bellay l’a qualifié de « docte, doctieur, doctime Baïf[3] » ce qui, eu égard à l'impressionnante étendue de son savoir, était tout sauf ironique.

Versification « mesurée à l'antique »[modifier | modifier le code]

Le corpus de plus de 15 000 vers mesurés de Baïf occupe une place unique dans la littérature européenne de la Renaissance. Contrairement aux autres entreprises de versification dites « mesurées à l'antique », celle de Baïf est la seule de son genre parmi toutes les tentatives d'importer la métrique gréco-latine à reposer, comme ses modèles antiques, sur une prosodie formellement constituée et, qui plus est, essentiellement et authentiquement quantitative.

Jean Antoine de Baïf : Chansonnette I-65

La chansonnette (cf. colorisation les syllabes longues ou brèves) ci-contre est composée en distiques élégiaques (un hexamètre dactylique suivi d'un pentamètre dactylique). La graphie particulière de Baïf (Ę = È ; EJ = EU ; K crochet = G ; Ł = ILL ; N crochet = GN ; ∞ = O ouvert ; ŏ = OU, etc), visant à faciliter la scansion et, accessoirement, à révéler la prononciation, peut être transcrite de la manière suivante :


Vienne le beau Narcis qui jamais n'aima autre sinon soi,
Et qu'il regarde tes yeux, Et, qu'il se garde d'aimer.
Vienne le Grec tant caut, qui la force de Troie détruisit,
Et qu'il regarde ce poil, Et qu'il se garde d'aimer.
Vienne le chantre Orphé' qui son Eurydice encore cherchât
Et qu'il regarde ta main, et qu'il se garde d'aimer.
Vienne l'amour lui-même, et davant sa vue ôte le bandeau,
Et qu'il regarde ta bouche, et qu'il se garde d'aimer.

Les Étrénes de poézie Franzoęze an vęrs mezurés (1574), notamment, comportent des hexamètres dactyliques, tels que les étrennes : Au Roi ou les sept derniers poèmes du recueil.

Le système de Baïf est le seul à reposer sur une analyse exhaustive et raisonnée de la prosodie du français, en partie fondée sur de réelles oppositions de quantité qui sont fort bien attestées dans la langue française de cette période. On est donc en présence de vers authentiquement quantitatifs qui peuvent, au plein sens du terme, être appelés hexamètres (ou pentamètres) dactyliques.

Le manuscrit autographe fr.19140 conservé à la Bibliothèque nationale de France regroupe trois œuvres non publiées (Psautier A incomplet (1569), Psautier B complet (1573) et recueil de Chansonnettes), dont le premier, qui décrit la métrique de chaque poème, permet de déterminer à partir de la graphie spéciale employée par Baïf, les règles de quantité métrique qu'il utilise et qui sont directement adaptées de celles en vigueur en métrique antique. Sont ainsi des syllabes longues, celles qui se terminent par une consonne, qui comportent plusieurs voyelles (diphtongues) ou une de ses voyelles originales graphiquement longue (comprenant le O ouvert), sauf si, en fin de mot, elle est suivie par une voyelle, et sont des syllabes brèves, celles dont la voyelle est notamment un E féminin (muet) ou un O fermé. Mais la règle selon laquelle toute syllabe coiffée d'un macron ou d'un accent circonflexe est longue et que toute syllabe coiffée d'un micron est brève prévaut sur toutes les autres.

Baïf s'illustra également dans l'emploi de la strophe saphique, comme avec les étrennes : Au roi de Pologne, celles Aux trésoriers ou la Chanson XXIII du livre II des Chansonnettes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les Amours (1552 et 1558)
  • Les Météores (1567)
  • Psautier A, manuscrit (1569)
  • Œuvres de poésies de Baïf (1572)
  • Psautier B, manuscrit (1573)
  • Chansonnettes, manuscrit (les premières pages avec 25 des 202 chansons sont perdues)
  • Passe-Temps (1573)
  • Étrennes de poésie française (1574)
  • Les Mimes, enseignements et proverbes (1581)

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

  • « Antigone », Théâtre français de la Renaissance. La Tragédie à l'époque d'Henri II et de Charles IX, première série, vol. 5 (1573-1575), Florence-Paris, Olschki-P.U.F., 1993, p. 1-69,  éd. de Simone Maser.
  • Ch. Marty-Laveaux, Euvres en rime [...], Paris, A. Lemerre, 1881-1890.
  • Olivier Bettens, Œuvres en vers mesurés, édition en ligne avec mise en évidence de la métrique, 2006, site virga.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Augé-Chiquet, La vie, les idées et l'œuvre de Jean-Antoine de Baïf, Paris-Toulouse, Hachette-Privat, 1909.
  • Louis Becq de Fouquières, « Jean-Antoine de Baïf Sa vie et ses œuvres », dans Poésies choisies de J. A. de Baïf (1874).
  • Olivier Bettens, Œuvres en vers mesurés, édition en ligne avec mise en évidence de la métrique, 2006, site virga.org.
  • A. Billaut, « Baïf traducteur d'Antigone », Revue d'histoire du théâtre, XLIII, 1991, p. 76-84.
  • Ferdinand Brunetière, Histoire de la littérature française classique, t. III, 1904, p. 398–422.
  • Marie Delcourt, « L’Antigone de J.-A. de Baïf », Études sur les traductions des tragiques grecs et latins depuis la Renaissance, Bruxelles, M. Hayez, 1925, p. 71-82
  • (en) Barbara Anne Terry, The life and works of J.-A. de Baïf, thèse, University of Alabama, 1966, 568 p.
  • (en) Barbara Anne Terry, The chansonnettes en vers mesurés
  • Jean Vignes, Mots dorés pour un siècle de fer, Les Mimes, enseignements et proverbes de Jean-Antoine de Baïf : texte, contexte, intertexte, Champion, Paris 1997.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il avait été précédé dans cette voie par Jacques de la Taille, auteur en 1562 de Manière de faire des vers en français comme en grec et en latin (1573).
  2. Jean-Loup Chiflet, Français Mon amour, Chiflet&Cie, , 142 p. (ISBN 9782351641804), p. 12
  3. « À J. Ant. de Baïf »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]