Antoine Fonck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fonck.

Antoine Fonck
Antoine Fonck
Monument sur le lieu de son décès

Nom de naissance Antoine Adolphe Fonck
Naissance
Verviers
Décès (à 21 ans)
Thimister
Mort au combat
Origine Drapeau de la Belgique Belgique
Arme Cavalerie
Grade [Cavalier]
Années de service -1914
Conflits Première Guerre mondiale

Le lancier Antoine Fonck (Verviers 1893 - Thimister 4 août 1914) est la première victime belge de la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Verviers en 1893, rapidement orphelin, Antoine Fonck est élevé par sa grand-mère. L'école terminée, il trouve un emploi de magasinier au Grand-Bazar de Liège.

En 1911, il s'engage pour 3 ans dans l'armée belge comme cavalier au 2e régiment de lanciers. Il quitte l'armée en mai 1914.

Le 28 juillet 1914, il est rappelé au 2e régiment de lanciers.

Décès[modifier | modifier le code]

Le 2 août 1914, le 2e régiment de lanciers reçoit l'ordre de quitter sa caserne pour s'établir dans ses cantonnements de mobilisation à Milmort, d'où il doit mener des missions de surveillance de la frontière.

Le 4 août 1914, le 1er escadron est envoyé à Henri-Chapelle à proximité de la bifurcation des routes de Battice — Henri-Chapelle et de Battice — Aubel. Une patrouille de 4 lanciers, dont Antoine Fonck, et un officier parcourt la route de Margensault et se renseigne auprès des habitants sur les mouvements ennemis. Sur la route de Stockis à Battice, le lancier Fonck prend les devants et s'éloigne du groupe. Sur le pont enjambant la ligne de chemin de fer, le cavalier rencontre le directeur du charbonnage de Battice et un mineur venus faire sauter le pont. Il poursuit sa route vers Henri-Chapelle. Arrivé à la ferme Bolsée, un fermier lui signale un groupe « grisâtre ». Il avance pour s'en rendre compte, puis ayant reconnu des soldats prussiens, il met pied à terre, attache son cheval à une barrière, épaule son fusil et tire sur le groupe de cinq ou six soldats s'approchant. Un soldat ennemi tombe et le groupe se disperse. Le lancier Fonck remonte sur sa monture et reprend sa progression, mais les soldats, appartenant au 5e régiment de Uhlans, se rassemblent et lancent une contre-attaque. Le cheval de Fonck est tué sous lui. Après s'en être dégagé, il prend la fuite en longeant le fossé de la route, traverse la chaussée pensant que le pont a été détruit puis escalade l'accotement pour franchir la haie. Il tombe alors, mortellement touché d'une balle dans la nuque à 10 h du matin au lieu-dit La Croix Polinard.

Sa dépouille est ramenée quelques heures plus tard à la maison communale par des habitants. Il est enterré le 6 août 1914 au cimetière communal.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Chaque année, les autorités communales de Thimister lui rendent hommage le 1er dimanche du mois d’août.
  • Une Rue cavalier Fonck à Thimister
  • Un monument le long de la RN 3
  • La caserne du 2e régiment de Lanciers à Liège a été renommée en son honneur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Jules André Peugeot, premier soldat français tué lors de la Première Guerre mondiale, le 2 août 1914.
  • Albert Mayer, premier soldat allemand tué lors de la Première Guerre mondiale, le 2 août 1914.
  • Marcel Toussaint Terfve, dernier soldat belge tué lors de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918 à 10h45.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]