Anne Queffélec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne Queffélec
Description de cette image, également commentée ci-après
Anne Queffélec lors de La Folle Journée de Nantes en 2009

Naissance (73 ans)
Paris
Activité principale Pianiste
Style
Formation Conservatoire national supérieur de musique de Paris
Enseignement Alfred Brendel
Descendants Gaspard Dehaene, son fils, également pianiste
Famille fille d'Henri Queffélec et sœur de Yann Queffélec

Anne Queffélec est une pianiste française, née le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Anne Bénédicte Jeanne Queffélec naît le (73 ans) dans le 15e arrondissement de Paris du mariage de l'homme de lettres Henri Queffélec et d'Yvonne Pénau[1].

Elle a trois frères dont l'écrivain Yann Queffélec et le mathématicien Hervé Queffélec. Malgré son goût pour la littérature, elle choisit la musique dès son plus jeune âge[2].

Le , elle épouse Luc Dehaene ; de ce mariage, sont issus deux enfants : Gaspard et Arthur[1]. Gaspard est pianiste[3] et Arthur, énarque, haut fonctionnaire[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au cours Hattemer, elle suit les cours du conservatoire national supérieur de musique de Paris où elle obtient les premiers prix de piano et de musique de chambre[1].

Elle se perfectionne à Vienne auprès d’Alfred Brendel[5].

Carrière de pianiste[modifier | modifier le code]

Elle remporte en 1968 le concours international de Munich[6], puis en 1969 celui de Leeds, succès qui lui ouvrent les portes des salles de concert. Invitée dès lors par les plus grands orchestres et chefs d'orchestres, elle se produit également lors de nombreux festivals français et anglais, tels les « Proms » de Londres, le Festival de La Roque-d'Anthéron, la Folle Journée de Nantes[2].

Son répertoire très éclectique s'étend de Scarlatti à Satie et Dutilleux, bien qu'elle affectionne tout particulièrement Haydn, Schubert et Mozart, dont elle a notamment joué quelques extraits pour la bande son du film Amadeus de Miloš Forman[5].

Elle reçoit en 1990 en France la Victoire de la « meilleure interprète de musique classique »[5].

Sa discographie compte une trentaine de disques, notamment les intégrales pour piano seul de Ravel et Dutilleux[5].

En 2007, 2010 et 2013, elle siège comme membre du jury au concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique[7].

En 2015, elle joue à La Grange au Lac d'Évian-les-Bains, elle s'allie avec le Quatuor Manfred.

Anne Quéffelec transmet sa passion de la musique à son fils Gaspard Dehaene (né en 1987), qui choisit lui aussi la carrière de pianiste[8]. Elle donne des stages de perfectionnement à l'École normale de musique de Paris[9].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Commandeur de la Légion d'honneur Commandeure de la Légion d'honneur. Anne Queffélec est nommée au grade de chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le au titre de « pianiste ; 34 ans d'activités professionnelles », puis au grade d'officier le et de commandeur le en tant que « pianiste-concertiste »[10],[11].

Commandeur de l'ordre national du Mérite Commandeure de l'ordre national du Mérite. Elle est nommée au grade de chevalier de l'ordre national du Mérite puis promue au grade d'officier le au titre de « pianiste-concertiste ; 36 ans d'activités musicales », puis au grade de commandeur[12],[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Who's Who in France, édition 2015, p. 1865.
  2. a et b « Anne Queffélec | Sartory Artists », sur sartoryartists.com, (consulté le 3 février 2018).
  3. « Anne Queffélec et Gaspard Dehaene, mère et fils derrière le clavier », sur le site du quotidien La Croix, (consulté le 18 janvier 2021).
  4. « L'ENA, fabrique des élites françaises, sacrifiée sur l'autel de l'égalité des chances ? », sur le site du magazine L'Obs, 25avril 2019 (consulté le 18 janvier 2021).
  5. a b c et d « Anne Queffélec : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture, (consulté le 3 février 2018).
  6. (en) concours de musique de l'ARD.
  7. « Page d'Anne Queffélec, membre du jury du Concours Reine Élisabeth », sur cmireb.be (consulté le 15 mai 2013).
  8. « Anne Queffélec et son fils Gaspard Dehaene ont enchanté le public, dimanche soir, à la basilique », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2018).
  9. « Queffelec Anne - Ecole normale de musique de Paris », Ecole normale de musique de Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  10. Ordre de la légion d’honneur — Décret du 11 juillet 1997 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  11. Décret du 14 novembre 2011 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  12. Décret du 30 avril 2002 portant promotion et nomination (lire en ligne)