Andrew Michael Ramsay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andrew Michael Ramsay

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Andrew Michael Ramsay

Nom de naissance Andrew Michel Ramsay
Alias
Chevalier de Ramsay
Naissance
à Ayr, (Écosse)
Décès
à Saint-Germain-en-Laye, (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Discours sur le poème épique (1717)
  • Voyages de Cyrus (1727)

Compléments

Andrew Michael ou André Michel Ramsay, dit le chevalier de Ramsay, né le à Ayr en Écosse et mort le à Saint-Germain-en-Laye, est un écrivain et philosophe français d'origine écossaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ramsay fut déchiré entre une mère anglicane et un père calviniste, dans une Angleterre déchirée par les querelles dynastiques et religieuses.

Recherchant un équilibre spirituel et une doctrine plus assurée de la vie, il voyagea dans ce but et trouvera à Cambrai auprès de Fénelon qui le baptisa et de Madame Guyon des père et mère spirituels, et se convertit au catholicisme en 1709.

À la mort de Fénelon en 1715, Ramsay rejoint Madame Guyon à Blois où la fondatrice du quiétisme français groupe un petit cénacle de disciples venus de toute l’Europe. À sa mort en 1717, il reprit la route et devint précepteur des fils du prétendant Jacques François StuartRome). Ayant quitté ce prince, il resta par la suite un agent des Jacobites. Il fut ensuite attaché comme gouverneur à Godefroy Maurice de La Tour d'Auvergne, duc de Château-Thierry, prince de Turenne et duc de Bouillon.

Il fit en 1729 un voyage en Angleterre, fut admis à la Royal Society le 11 décembre 1729[1] et fut initié franc-maçon à la Horn Lodge en mars 1730.

Il introduisit en France la franc-maçonnerie de rite écossais, et développa l'idée d'une fraternité universelle. Il rêvait de soucher sur le catholicisme une conception universelle de la religion, dont la maçonnerie, une maçonnerie chrétienne bien entendu, aurait été la clef de voûte.

Son « Discours » à la loge Saint-Thomas à Paris en 1736, tendant à faire de la franc-maçonnerie l'héritière des ordres chevaleresques de l'époque des croisades, eut une forte influence sur le développement des hauts grades maçonniques entre 1740 et 1780[2].

Sur les autres projets Wikimedia :

Il avait reçu du roi de France l'ordre de Saint-Lazare : c'est ce qui le fait appeler le « chevalier Ramsay ». À sa mort, il fut enseveli dans l'église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la vie et des ouvrages de Fénélon, La Haye, 1723,
  • Histoire de Turenne, Paris, 1735,
  • Voyages de Cyrus, 1727, à l'imitation de Télémaque de Fénelon,
  • Discours sur le poème épique, en tête de l'édition de Télémaque de 1717,
  • Principes philosophiques de la religion naturelle et révélée, 1749 (posthume).

Tous ces ouvrages sont en français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Andrew Michael Ramsay » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ (Wikisource).
  • Bernard Descarpentries, conférence du 22 février 2006, Cambrai.
  • (de) Georg Eckert, True, noble, christian freethinking : Leben und Werk Andrew Michael Ramsays (1686-1743), Aschendorff,‎ (ISBN 978-3402127995).
  • Daniel Ligou (dir.), Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Presses Universitaires de France - PUF, coll. « Quadrige »,‎ , 1357 p. (ISBN 978-2130550945).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]