Ancienne gare de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ancienne gare de Strasbourg
Image illustrative de l'article Ancienne gare de Strasbourg
L'ancienne gare (à droite) et l'ancienne synagogue vers 1900.
Localisation
Pays France
Commune Strasbourg
Adresse 1, rue de Sébastopol
Coordonnées géographiques 48° 35′ 08″ nord, 7° 44′ 35″ est
Gestion et exploitation
Services Gare fermée et détruite.
Caractéristiques
Ligne(s) Strasbourg - Bâle
Paris - Strasbourg
Strasbourg - Kehl
Strasbourg - Molsheim - Barr
Strasbourg - Lauterbourg
Historique
Mise en service
Ouverture 1854 (bâtiment voyageurs)
Fermeture août 1883 (fermeture)
1974 (détruite)
Architecte Jean-André Weyer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ancienne gare de Strasbourg

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Ancienne gare de Strasbourg

L’ancienne gare de Strasbourg, parfois appelée gare du Marais-Vert[1], était une gare ferroviaire située dans le quartier du Marais-Vert, à proximité directe du centre historique de Strasbourg.

Mise en service en 1846, elle est fermée au service voyageurs en 1883 à la suite de la construction de la nouvelle gare. L'ancien bâtiment voyageurs est alors utilisé comme marché couvert, puis détruit en 1974.

Elle se trouvait à l'emplacement de l'actuel centre commercial Place des Halles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan du système ferroviaire de Strasbourg.

Le débarcadère de Koenigshoffen (1841-1846)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Strasbourg-Koenigshoffen.

Le « débarcadère » provisoire de Koenigshoffen, situé à l'extérieur des fortifications de Strasbourg, est mis en service le par la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle lorsqu'elle ouvre le tronçon de Strasbourg (Koenigshoffen) à Benfeld de sa future ligne de Strasbourg à Bâle[2].

L’ancienne gare de Strasbourg (1846-1883)[modifier | modifier le code]

Le débarcadère de Koenigshoffen étant excentré et situé hors des fortifications de la ville, il est rapidement décidé de construire une nouvelle gare intra-muros. C'est le site dit du Marais-Vert, au nord du fossé du Faux-Rempart entre les faubourgs de Saverne et de Pierre, qui est choisi.

La gare y est alors transférée le . À cet effet, un tunnel est percé dans les remparts de Vauban. Cependant le bâtiment voyageurs n'est pas encore construit.

Le , la section entre Sarrebourg et Strasbourg de la future ligne Paris – Strasbourg est mise en service par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg. Un an plus tard, le , c'est au tour du tronçon entre Nancy et Sarrebourg d'être inauguré par la même compagnie. Ladite ligne est alors entièrement ouverte.

La ligne de Paris à Strasbourg est inaugurée dans son intégralité le . À cette occasion, la gare est inaugurée par Louis-Napoléon Bonaparte bien que les travaux ne soient pas terminés. Le bâtiment voyageurs, réalisé par l'architecte Jean-André Weyer (1805-1865), est achevé en 1854.

Construite sur le modèle des gares parisiennes, la gare est configurée en cul-de-sac. Sa situation au bord du fossé du Faux-Rempart facilite le transport des marchandises qui, à cette époque, se faisait davantage par voie fluviale pour les marchandises lourdes ou volumineuses. Le bâtiment voyageurs se situait à l'angle de la rue de Sébastopol et du quai Kléber ; à l'arrière de celui-ci, se trouvaient des halles et des entrepôts en bois utilisés pour le transport des marchandises.

Le , la Compagnie des chemins de fer de l'Est succède à la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle et à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg.

La liaison ferroviaire vers l'Allemagne débute le , avec l'inauguration du pont de Kehl.

La Compagnie des chemins de fer de l'Est, issue de la fusion des diverses compagnies ferroviaires de l'Est de la France (dont les compagnies Paris – Strasbourg et Strasbourg – Bâle, le ), inaugure la ligne entre Strasbourg et Barr (via Molsheim) le .

Vers 1868-1870, des Strasbourgeois demandent au maire de couvrir la portion du fossé du Faux-Rempart située en face de la gare (entre le pont de Saverne et le pont de la Gare) afin d'y construire un marché couvert. Les habitants mettent en avant la proximité immédiate avec le chemin de fer. Le projet ne sera jamais réalisé[3].

La gare est lourdement endommagée après les bombardements de la guerre franco-allemande de 1870.

En 1871, elle entre dans le réseau de la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) à la suite de la défaite française lors de la guerre de 1870 et de l'annexion de l'Alsace-Lorraine. Un changement de train s'avère dès lors nécessaire pour relier Paris, excepté pour l'Orient-Express créé en 1883, qui s'effectue à partir de 1875 à la gare frontière de Nouvel-Avricourt.

La ligne de Strasbourg à Lauterbourg est ouverte le .

Strasbourg devient la capitale du Reichsland Elsaß-Lothringen. Les autorités allemandes lancent alors un vaste plan d'urbanisme qui va permettre à la ville de tripler sa superficie (voir l'article « Neustadt »). La construction d'une nouvelle gare débute en 1878 afin de remplacer l'ancienne devenue trop petite.

Reconversion en halle de marché (1883-1974)[modifier | modifier le code]

La nouvelle gare (qui est la gare actuelle de Strasbourg) est mise en service en août 1883. Le bâtiment du quai Kléber perd ainsi la fonction pour laquelle il a été édifié.

L'ancienne gare est transformée en marché couvert, prisé par les habitants de la ville. Le pont dit « de la Gare », situé devant l'édifice, prend alors le nom de pont du Marché qu'il porte aujourd'hui encore.

Arrière de l'ancienne gare de Strasbourg, vue depuis l'actuel boulevard du Président-Wilson.

Une activité ferroviaire est néanmoins maintenue avec des trains de marchandises qui desservent notamment le nouveau marché. Le site est intégré dans le complexe ferroviaire de Strasbourg en tant qu'« ancienne gare » et toujours embranché aux lignes principales[4]. L'ancienne gare était également connectée au réseau du tramway de Strasbourgvoie métrique) qui, en plus du transport de voyageurs, connaissait un important trafic de marchandises.

Le point de départ des tramways de l'ancien réseau suburbain à destination de Westhofen, Truchtersheim et Ottrott se trouvait près de l'ancienne gare.

Le buffet de la gare est maintenu dans ses locaux d'origine et abondamment fréquenté par des résistants entre 1940 et 1944.

Dès les années 1950, on y trouve également la gare routière. Un marché aux puces se tient le long de la rue de Sébastopol depuis ses origines.

Le , pour célébrer le centenaire de la ligne Paris – Strasbourg, une grande exposition avec du matériel ferroviaire d'époque est organisée sur le site.

Le marché de gros quitte le site le , à la suite de l'ouverture du marché d’intérêt national de Cronenbourg[5].

Le marché couvert est fermé en 1973. Malgré une virulente campagne de protestation de la population strasbourgeoise, le bâtiment est finalement détruit au cours de l'année 1974. Il est remplacé par le vaste complexe commercial Place des Halles.

À ce sujet, l’historien de Strasbourg Georges Foessel, a écrit que « La démolition de l'immeuble sera pour Strasbourg une des erreurs des Trente Glorieuses »[6].

La petite rue reliant la rue du Marais-Vert et la rue des Halles, entre l'arrière du centre commercial et le parking Wilson, a été nommée rue de l'ancienne gare pour rappeler le passé du site.

Les médaillons représentants les armes de différentes villes qui se trouvaient sur la façade du bâtiment voyageurs ont été conservés et se trouvent aujourd'hui sur le mur en contrebas du quai Kléber.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire du quartier gare », sur le site strasbourg.eu, consulté le 29 juillet 2014.
  2. Pierre-Dominique Bazaine, Chemin de fer de Strasbourg à Bâle - notes et documents, 1892, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière) p. 107 intégral.
  3. « Pour un marché couvert quai Kléber », article des DNA du 18 septembre 2016.
  4. Plan du nœud ferroviaire de Strasbourg, sur le site Elsassbahn.
  5. « Strasbourg - Il y a cinquante ans », article des DNA du 8 novembre 2015.
  6. Georges Foessel, Strasbourg de la Belle Époque aux Années Folles, G4J, , p. 149

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Georges Foessel, Strasbourg de la Belle Époque aux Années Folles, Éditions G4J, 2002

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]