Truchtersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Truchtersheim
Truchtersheim
La maison du Kochersberg.
Blason de Truchtersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes du Kochersberg
(siège)
Maire
Mandat
Justin Vogel
2020-2026
Code postal 67370
Code commune 67495
Démographie
Population
municipale
4 148 hab. (2018)
Densité 281 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 49″ nord, 7° 36′ 27″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 199 m
Superficie 14,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Truchtersheim
(ville isolée)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bouxwiller
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Truchtersheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Truchtersheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Truchtersheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Truchtersheim
Liens
Site web truchtersheim.fr

Truchtersheim (prononcé [tʁyʃtəʁsajm] ou [tʁuxtəʁsajm]) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Déjà associée à Behlenheim depuis 1974 elle est créée dans le cadre de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi Notre) le sous le statut de commune nouvelle après la fusion de Truchtersheim avec Pfettisheim[1].

Truchtersheim est le siège de la Communauté de Communes Kochersberg-Ackerland depuis la fusion avec l'Ackerland le . La communauté de communes regroupe 33 villages et 25 000 habitants (2014).

La commune a perdu son statut de chef-lieu de canton en 2014 au profit de Bouxwiller.

Elle est jumelée avec la commune de Welschensteinach (Forêt-Noire) depuis 2004, après que les deux paroisses catholiques aient contracté un jumelage dès 1964.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la région agricole du Kochersberg au nord-ouest de l'agglomération strasbourgeoise, la commune est bordée à l'ouest par le ruisseau d'Avenheim.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Truchtersheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Truchtersheim, une unité urbaine monocommunale[5] de 4 029 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges trouvés sur place (outils du néolithique, urne cinéraire gallo-romaine..) prouvent que le site est habité depuis la préhistoire et, en tout cas, depuis les périodes gallo-romaine et mérovingienne. La première mention de "Drudersheim" remonte à 1178.

Truchtersheim fait partie en 1236, comme 27 autres villages des environs, des terres de l'Empire et de l'Evêque de Strasbourg.

Depuis 1887 et jusqu'en 1954, Truchtersheim a été relié à Strasbourg par une ligne de tramway, d'abord à vapeur, puis électrique, qu'évoque le nom de sa salle polyvalente: l'"Espace Terminus"

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Truchtersheim (commune déléguée)
(siège)
67P03 CC du Kochersberg 9,92 3 049 (2013) 307


Pfettisheim 67374 CC du Kochersberg 4,84 804 (2013) 166

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Ancienne mairie de Truchtersheim, démolie en 2011.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours
(au 31 mai 2020)
Justin Vogel [10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
LR Fonctionnaire au Ministère des Finances
Conseiller régional d'Alsace puis du Grand Est (1998 → )
Vice-président du conseil régional d'Alsace (2004 → 2015)
Président de la CC du Kochersberg (2002 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 4 148 habitants[Note 3].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2018
3 9474 0334 0224 0294 148
(Sources : Insee à partir de 2014[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église SS. Pierre et Paul a été construite en 1964 et remplace une première église édifiée en 1743, puis une seconde de 1925, qui présentait des malfaçons. La chapelle de semaine est en fait le chœur de l'église primitive de 1743, dont l'arc en pierre de taille rappelle la date d'érection. La nef est éclairée sur ses faces latérales et le chœur par des vitraux de Tristan Ruhlmann . Le clocher de 1964 est séparé de l'édifice. Quelques pierres tombales anciennes sont conservées derrière le clocher.

Quelques belles fermes à colombage égaient les rues de l'Eglise et de Strasbourg, ainsi que la Place du Marché.

Sur le ban communal une dizaine de belles croix rurales en grès des XVIIe – XVIIIe siècles sont conservées.

L'ancienne mairie a été démolie. Ouvert en , le Trèfle, la Maison de services au public, regroupe les services de la communauté de communes Kochersberg-Ackerland, de la mairie de Truchtersheim, une antenne décentralisée de la chambre d'agriculture du Bas-Rhin, une unité médico-sociale du conseil départemental du Bas-Rhin, ainsi qu'une vingtaine de services complémentaires destinés à faciliter la vie des habitants.

La "Maison du Kochersberg" ouverte en 1982 dans une maison à colombage de 1817 sur la place du Marché, a été agrandie puis intégrée en 2017 à l'esKapade, bâtiment qui regroupe le musée, l'office du tourisme, un atelier d'artiste et un restaurant italien.

Outre son école primaire construite en 1954 et sa maternelle édifiée en 1974, la commune compte un collège depuis 1966. L'ancien bâtiment du type Pailleron a été rasé et remplacé par une construction neuve, à l'entrée de la commune.

Sur le territoire de la commune se situent également la Bibliothèque départementale de prêt du Bas-Rhin ( BDBR), la médiathèque intercommunale du Kochersberg (MIK), l'école de musique intercommunale du Kochersberg et le centre sportif du Kochersberg. Un terrain de football synthétique, des terrains de tennis et un centre équestre complètent ces équipements.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

- Joseph Lienhart (1767-1833) fut maire et juge de paix du canton. Son enthousiasme pour le régime impérial lui valut le sobriquet de « Drüderscher Bonapartel » (« petit Bonaparte de Truchtersheim »). C'est grâce à son influence que la commune devint chef-lieu du canton du Kochersberg.

- Charles Pfleger (1883-1975), prêtre et écrivain de renom, curé de la paroisse de Behlenheim (1937-1975).

- Brigitte Auzière, future épouse du président Macron, a résidé durant cinq ans à Truchtersheim où elle s'était même présentée aux élections municipales en 1989, sans être élue.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Truchtersheim

Les armes de Truchtersheim se blasonnent ainsi :
« D'argent au chevron de gueules soutenu d'un soc de charrue de sable la pointe en haut. »[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

- Truchtersheim, Histoire d'un chef-lieu, Joseph Sonnendrucker, édité par la municipalité 1992

- Truchtersheim d'hier, Truch d'aujourd'hui, ouvrage collectif, édité par la commune de Truchtersheim-Behlenheim, 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 3 décembre 2015 », sur bas-rhin.gouv.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Truchtersheim », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).