Ancienne chocolaterie Poulain de Blois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chocolaterie Poulain
Château et ateliers.jpg
Présentation
Type
Usine
Construction
1862, 1919
Propriétaire
Société privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
8 avenue GambettaVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Loir-et-Cher
voir sur la carte de Loir-et-Cher
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'ancienne chocolaterie Poulain de Blois est un ensemble de bâtiments construits au XIXe siècle pour le compte de l'entreprise Poulain, l'un des plus anciens fabricants de chocolat.

Rendus célèbres par l'architecture de l'usine, les édifices encore présents témoignent de l'importance de la ville de Blois dans l'histoire de la chocolaterie Poulain.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1848, Auguste Poulain lance sa première chocolaterie à Blois et crée sa propre marque. Il s'installe alors dans l'ancienne maison du prestidigitateur Robert Houdin, située au n° 4 de la rue Porte-Chartraine[1]. En 1851, Poulain achète sa première machine à broyer le chocolat[2],[3].

De 1862 à 1872, Auguste Poulain fait construire sa première grande usine sur le site de « la Villette »[2],[4]. En 1867, il construit un nouveau bâtiment servant à la fabrication du chocolat ainsi qu'à l'hébergement de sa famille. En 1872, il fait construire, au centre du domaine, le château de « la Villette », qui sert de nouveau foyer pour sa famille[5]. En 1879, la demande de chocolats étant de plus en plus forte, Auguste Poulain installe un nouveau bâtiment dans l'usine de « la Villette »[2].

Ayant repris la direction de l'entreprise, son fils Albert Poulain décide, en 1884, de faire construire une nouvelle usine nommée « Beauséjour », sur le site de « la Villette »[6]. La nuit du 7 au , un grand incendie ravage intégralement cette usine[2],[4]. Elle est finalement reconstruite en 1918, juste après l'incendie, à la demande d'Albert Poulain[4].

En 1991, la production de chocolat déménage au nord de Blois, à Villebarou. L’usine Beauséjour est finalement démolie en 1995. L'Institut national des sciences appliquées de Blois (INSA Centre-Val de Loire) occupe actuellement les locaux réaménagés depuis la Fondation de l'école d'ingénieur du Val de Loire en 1993[7].

En 1997, une partie des bâtiments de la chocolaterie est inscrite au titre des monuments historiques[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'usine de Poulain a été pensée et construite comme un ensemble architectural unique et chacun de ses bâtiments y a ses propres spécificités[5]. Le château de « la Villette » est le bâtiment principal de l'ensemble industriel, du fait de son architecture et de sa position. Il a en effet une position dominante par rapport aux autres bâtiments, qu'il permet de surveiller. Les autres bâtiments flanquent l'usine de « la Villette » et, cette dernière, a, en face d'elle une grande allée qui renforce l'idée d'un château avec ses ailes. De plus, grâce à une clôture faite d'un mur bas et d'une grille en ferronnerie, l'usine est close[5].

Le second bâtiment est l'usine « Beauséjour ». Ce bâtiment de deux étages, recueillant le cartonnage, l'imprimerie, le broyage et le malaxage, est construit en béton armé. Il utilise aussi le système Hennebique. Ce système consiste à assembler des dalles de bétons coulées dans un coffrage de bois, reposant dans des linteaux de fers qui sont eux-mêmes dans des poutres, ce qui permet une meilleure répartition des contraintes. C'est d'ailleurs à cause de ce système que l'incendie de 1918 se répand aussi rapidement[9].

Le dernier atelier, situé dans la rue Gambetta, est lui aussi construit en béton. Mais contrairement aux autres bâtiments, le béton n'est visible que de l'intérieur mais non de l'extérieur. Il est aussi caractérisé par ses colonnes à évasement[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Boucher, Le Conseil général de Loir-et-Cher : De 1790 à nos jours, Conseil Général, (ISBN 978-2-84503-886-8).
  • Annie Cosperec, Blois : La Forme d'une ville, Imprimerie nationale, (ISBN 2110813229).
  • Ermakoff et Michel Melot, Blois une étrange douceur, Autrement, (ISBN 2862608270).
  • Bruno Guignard, Blois de A à Z, Editions Sutton, (ISBN 2849106216).
  • Pascal Nourrisson et Jean-Paul Sauvage, Blois : Insolite et secret, Editions Alan Sutton, (ISBN 2813806374).
  • Bernard Stephane, Dictionnaire des noms de rue, Mengès, (ISBN 2856204856).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]