Ambohimanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colline royale d'Ambohimanga *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Ambohimanga.jpg
Coordonnées 18° 45′ 33″ sud, 47° 33′ 46″ est
Pays Drapeau de Madagascar Madagascar
Critères (iii)(iv)(vi)
Superficie 59 ha
Zone tampon 425 ha
Numéro
d’identification
950
Zone géographique Afrique **
Année d’inscription 2001 (25e session)

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

(Voir situation sur carte : Madagascar)
Colline royale d'Ambohimanga
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Ambohimanga est une colline et une place forte royale traditionnelle de Madagascar (rova) située approximativement à 24km au nord-est de la capitale Antananarivo.

La colline et la place fortifiée située au sommet sont considérées comme les symboles les plus significatifs de l'identité culturelle des Merina et le monument le mieux préservé du Royaume Merina. Le village fortifié contient les résidences et les sites funéraires de plusieurs monarques importants.

Le site a été une place politique importante au début du 18ème siècle quand le Roi Andriamasinavalona (1675-1710) a divisé le Royaume Mérina en quatre parts et a choisi son fils Andriantsimitoviaminiandriana pour gouverner la partie nord-est, appelée Avaradrano, depuis sa nouvelle capitale Ambohimanga.

Sur cette colline est édifiée l'ancienne cité, berceau du royaume merina, qui en sa qualité de ville sacrée était interdite aux vazaha (terme générique désignant les Blancs et plus généralement les étrangers) et aux cochons.

C'est dans cette ville que naquit le roi Imboasalama qui, après la conquête d'Antananarivo, devint le roi Andrianampoinimerina ou prince désiré par l'Imerina.

Au sommet de la colline se trouve le Rova, enceinte fortifiée qui renferme la case où vécut le roi Andrianampoinimerina de 1788 à 1810 ; deux pavillons en bois avec étage ou venaient séjourner les reines Ranavalona I et Ranavalona II ; un parc à bœufs et les bassins sacrés où se baignaient les reines.

Petite anecdote, le mur d'enceinte est couvert d'un enduit fait à base d'œuf.

Il s'agit du seul site malgache à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco sur la base de critères culturels.

Etymologie[modifier | modifier le code]

Le nom "Ambohimanga" est formé à partir des mots malgaches "ambohi" qui signifie colline et "manga" qui signifie "sacré", "bleue", "beau" ou "bien"[1]. Ambohimanga pourrait donc être traduit comme Colline bleue ou Colline sacrée. Le premier nom connu pour ce site est Tsimadilo. Il a été renommé Ambohitrakanga ("Colline des Pintades") aux alentours de 1700 par Andriamborona, prince détroné, qui selon une légende orale a été le premier à s'installer sur le sommet de la colline. La colline reçue son nom acutel au début du 18ème siècle par le roi Andriamasinavalona.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les terres centrales de Madagascar, y compris les terrains autour d'Ambohimanga, ont été habité dès 200 avant Jésus-Christ par les premiers occupants de l'île, les Vazimba, qui semble être venus du sud-est de Borneo en pirogue et y ont implantés des villages rudimentaires dans la forêt.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. ALLIBERT Claude, RAJAONARIMANANA Narivelo, L'extraordinaire et la quotidien : variations anthropologiques, Paris, Karthala Editions, (ISBN 978-2-84586-083-4, lire en ligne)