Algodonales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Algodonales
Blason de Algodonales
Héraldique
Drapeau de Algodonales
Drapeau
Algodonales
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Flag Cádiz Province.svg Province de Cadix
Comarque Sierra de Cadix
District judic. Arcos de la Frontera
Budget 3 333 107,07 € [1] (2006)
Maire
Mandat
José María Gómez Martínez (PSOE)
2015-2019
Code postal 11680
Démographie
Gentilé Algodonaleño/a
Population 5 506 hab. ()
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 52′ 51″ nord, 5° 24′ 21″ ouest
Altitude 370 m
Superficie 13 416 ha = 134,16 km2
Distance de Madrid 530 km
Divers
Saint patron Saint Jacques et Sainte Anne
Localisation
Localisation de Algodonales
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Algodonales
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Algodonales
Liens
Site web http://www.algodonales.es

Algodonales est une commune espagnole, située dans la province andalouse de Cadix. Elle est située à l'entrée nord du parc naturel de la Sierra de Grazalema, à l'extrémité nord de la province, en particulier au pied de la Sierra de Líjar, entre les rivières Guadalete et Guadalporcún, elle possède un grand marais qui borde la municipalité de Zahara de la Sierra et El Gastor. Elle fait partie de la route des villages blancs. La municipalité se limite au nord à ceux de Villamartin, Puerto Serrano et Morón de la Frontera (Séville) ; au sud, avec El Gastor ; à l'est, avec Olvera ; et à l'ouest, avec Zahara. En 2018, la municipalité comptait 5590 habitants . L'extension de surface de la commune est de 135 km2 et a une densité de 42,41 habitants/km2. Elle est située à 370 mètres d'altitude et à 118 kilomètres de la capitale provinciale, Cadix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ses premiers établissements humains, datant du Néolithique, ont eu lieu dans les abris naturels de Cueva Santa, Chamusquina et Castillejo, auxquels il faut ajouter les fortifications ibériques ultérieures de Cerro de la Botinera.

L'origine de la population est liée à la politique de repeuplement des terres reconquis au début du XVIe siècle. La répartition des terres proclamée vers 1 520 par la famille ducale d'Arcos, les Ponce de León, marque l'origine de la colonisation des Algodonales. La fertilité de la terre et l'abondance de l'eau ont attiré les voisins de la Villa de Zahara, pour coloniser la plaine qui s'étend au pied de la Sierra de Líjar. La construction des maisons sur les terres communales a amené le Conseil de Zahara à intenter au milieu du XVIe siècle un procès avec le duc d'Arcos, seigneur de ces terres, afin que la ville mère ne soit pas dépeuplée, démolissant les maisons des colons. Malgré la dévastation continue, dès 1566, il est devenu un village et a obtenu une bulle du pape pour construire une église consacrée à Sainte-Anne. À la fin du XVIe siècle, il est devenue un important centre de population, qui a été rebaptisé "peuple de coton".

Pendant la guerre d'indépendance, en 1810, les troupes françaises ont brûlé le noyau, tuant près d'un dixième de sa population. Le bouclier actuel de la municipalité (une maison incendiée) reflète la tragédie subie par ses habitants dans ce conflit. Précisément, le comportement héroïque des défenseurs du peuple vis-à-vis de l'armée napoléonienne était l'argument qu'ils utilisaient pour exiger leur ségrégation de leur matrice. En 1817, le roi Ferdinand VII a accordé à Algodonales le titre de ville, devenant définitivement indépendant de Zahara de la Sierra.

Géographie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
N/A N/A N/A N/A Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Patrimoines[modifier | modifier le code]

  • Église de Santa Ana : de style baroque, fondée le 6 novembre 1784, l'église paroissiale de Santa Ana préside le centre de la Villa de Algodonales. Construit sur le site de la paroisse primitive, son plan est un salon, avec trois nefs longitudinales, un transept et une tête de lit plate, il a été l'œuvre de l'architecte José Alvarez. Les portes principales et latérales sont l'œuvre de l'architecte exceptionnel Antonio Matías de Figueroa. Du complexe architectural se distingue sa splendide tour, d'une hauteur considérable, composée d'une canne carrée, décorée sur sa face principale par des bords arrondis et des ouvertures encadrées d'une riche décoration de profil mixte, et sur les faces latérale et arrière par des pilastres à motifs géométriques. À l'intérieur, nous nous proposons un beau répertoire de retables, parmi lesquels nous soulignons celui de la chapelle principale, de fabrication néoclassique. Il convient de mentionner son chœur, situé au pied du temple, avec de riches pierres de taille et un facistol.
  • Ermitage de la Vierge : Situé à la périphérie, il est dédié à l'invocation de la Vierge des Douleurs. De son existence, nous avons des nouvelles au milieu du XIXe siècle dans l'œuvre de Madoz. L'esthétique de son architecture participe à un grand éclectisme, avec un mélange de motifs néoclassiques et néo-gothiques avec des éléments typiques de l'architecture populaire. La ville s'y rend en pèlerinage le dernier dimanche de mai.
  • Site archéologique du Cerro de la Botinera : Le site du Cerro de la Botinera est situé sur une petite colline près du versant est de la Sierra de Líjar, à l'endroit appelé "Cerro de la Botinera", situé à environ 4 km d'Algodonales en direction d'Olvera. Ce site appartient à une colonie de la période ibéro-romaine (IIe siècle av. J.-C.). C.-II d. C.) datant au moins à cette époque de matériaux archéologiques, principalement des fragments de céramique ibérique et romaine, ainsi que par les vestiges de structures dispersées sur leurs pentes et leur sommet.

Les moulins à main pour moudre le blé sont également une indication d'une exploitation de la terre, apparaissant à proximité d'un pied de barrage pétrolier, qui reflètent la prédominance des céréales dans les cultures et le caractère complémentaire de l'olivier.

Les deux principales constructions dont les vestiges émergent sont des citernes à eau de l'époque romaine, qui stockeraient l'eau de pluie. Les vestiges de murs de l'opus incertum et de l'opus signinum sont conservés, qui feraient partie du toit voûté. Une maison du début du XXe siècle a réutilisé le mur de l'une d'entre elles, une structure que l'on peut observer devant l'époque.

  • Fontaines publiques et blanchisserie : Elles ont été fabriquées au XIXe siècle et sont distribuées dans différentes parties du centre urbain ; au centre de la ville, dans la rue Fuente, se trouve le "Fuente del Algarrobo et les blanchisseries". Sur l'Avenida "Fuente Alta" se trouve la fontaine de la même dénomination. L'eau est une ressource très abondante dans la localité. Le dictionnaire Madoz, ouvrage du XIXe siècle, faisait allusion aux 12 sources d'eau douce et pérenne par lesquelles le liquide émerge des cours souterrains des montagnes : La Higuera, Algarrobo, Alta, Higuereta, Cabeza, Chorrito, San José, Dornajo, Cristóbal Gómez, Zapata, Muela et Viboras

Notes et références[modifier | modifier le code]