Tarifa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Andalousie
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Andalousie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tarifa
Blason de Tarifa
Héraldique
La plazuela del viento face à la Méditerranée et au Maroc
La plazuela del viento face à la Méditerranée et au Maroc
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Flag Cádiz Province.svg Province de Cadix
Comarque Campo de Gibraltar
District judic. Algésiras
Budget 25 M€ [1] (2007)
Maire
Mandat
Miguel Manella Guerrero (PSOE)
2007-2011
Code postal 11 380
Distance de Madrid 670 km
Démographie
Gentilé Tarifeño/a
Population 17 478 hab. (2006)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 00′ 46″ Nord 5° 36′ 11″ Ouest / 36.01267, -5.60295
Altitude 7 m
Superficie 41 967 ha = 419,67 km2
Bordée par l'Océan Atlantique et la Mer Méditerranée (Détroit de Gibraltar)
Divers
Saint patron Virgen de la Luz
Localisation
Image illustrative de l'article Tarifa

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Tarifa

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Tarifa
Liens
Site web www.aytotarifa.com

Tarifa est une ville fortifiée du sud de l'Espagne, située dans la province de Cadix, en Andalousie. C'est là que se trouve le point le plus méridional de l'Europe continentale avec la pointe de Tarifa.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Tarifa vient du nom berbère d'un commandant omeyyade de Damas du général et émir d'Afrique du nord (Ifriqiya) Musa ibn Nusayr al-Lakhmi du VIIIe siècle, du nom de Tarif ibn Malik (طريف بن مالك).

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite de Tarifa et de sa pointe.

La ville est par ailleurs connue comme un haut lieu de la planche à voile et du kite-surf en Europe en raison des vents forts générés par un goulet entre l'Afrique et l'Europe constitué par les montagnes situées de part et d'autre du détroit de Gibraltar (altitudes presque identiques ± 840 m) : les colonnes d'Hercule. Une faille de près de 1000 m constitue la partie la plus profonde du détroit au nord du rocher de Gibraltar. Un projet de tunnel passant un peu plus au nord-ouest trouverait des fonds plus accessibles ± 200 m mais risque de détruire un site romain antique (à Bolognia) situé juste derrière la première montagne d'une chaîne au nom rendu célèbre : "La bétis" par une fameuse équipe de football.

Deux types de vent soufflent sur la ville de Tarifa :

  • le « levante » (de la Méditerranée), vent fort… régulièrement entre 6 et 8 Beaufort allant parfois jusqu'à 10 (est-nord-est)
  • le « poniente » (de l'Atlantique), plus faible, en général de 4 à 6 Beaufort (sud-ouest).

Tarifa et ses environs sont parsemés d'éoliennes.

L'île des Colombes (Isla de las Palomas), reliée à Tarifa par une digue, marque la séparation entre l'océan Atlantique et la mer Méditerranée. Elle est terrain militaire et ne peut être visitée. Elle constitue le point de départ d'une ligne bien visible depuis les hauteurs formée par la rencontre du très fort courant venant de la Méditerranée (8 nœuds soit 14 km/h) et son contre-courant créant une vague blanche déferlante caractéristique sur des kilomètres vers l'Atlantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, le site de Tarifa appartenait au territoire de la colonie punique puis romaine de Baelo Claudia, abandonnée au VIIe siècle.

Occupée en 710 par Tarif ibn Malik, lieutenant de Tarik, qui y bâtit une forteresse et lui donne son nom, Tarifa appartient au califat omeyyade puis au taïfa d'Algésiras (es). Elle est prise par les Castillans en 1292.

En 1340, une coalition musulmane rassemblant les forces de Abu al-Hasan ben Uthman du Maroc et Yusuf Ier du royaume de Grenade avec des vaisseaux prêtés par Abu Yahya Abu Bakr al-Mutawakkil, émir hafside de Tunis, inflige une défaite devant Tarifa à la flotte castillane. Puis l'armée musulmane entreprend le siège de la ville. Le roi Alphonse XI le Justicier de Castille, avec des renforts portugais et aragonais, livre la bataille de Tarifa (ou du Salado) et oblige les musulmans à lever le siège.

Pendant la guerre d'indépendance espagnole, en 1811-1812, Tarifa est assiégée à deux reprises par les troupes françaises. En octobre 1811, des troupes hispano-anglaises venue de Cadix débarquent et occupent le petit port ; le général Godinot tente de les en déloger mais la route balayée par les boulets des navires anglais rend la chose impossible et il doit lever le siège. En décembre, le général Ballesteros reculant, le général Leval est envoyé pour prendre la ville ; elle est défendue par 3 000 hommes commandés par le général Francisco Copons y Navia pour les Espagnols et le colonel John Byne Skerret pour les Anglais. Le général Leval fait ouvrir la tranchée le 25 décembre et venir des pièces de siège de Puerto Real. Le 30 décembre, une ouverture est pratiquée dans la muraille mais les Français qui chargeaient se heurtent à des retranchements improvisés dans les rues et doivent se replier. Le 4 janvier 1812, Leval reçoit l'ordre de lever le siège car les Anglais avancent en Estrémadure; le sol étant détrempé par les pluies, il doit abandonner les pièces de siège. Cet épisode vaudra au général Copons le titre de comte de Tarifa (es).

Démographie[modifier | modifier le code]

Tarifa

La ville de Tarifa compte environ 17 000 habitants.

Figure emblématique : "Gusman el bueno" qui préféra sacrifier son fils plutôt que céder la ville pendant le siège de 1340.

L'ancien footballeur français Luis Fernandez y est né.

Développement économique[modifier | modifier le code]

Grâce à sa situation géographique particulière sur le détroit, la ville très ventée a connu un développement économique important autour de la pratique des sports nautiques (windsurf et kitesurf).

Transports[modifier | modifier le code]

Tarifa se trouve à 11 km des côtes marocaines. Un service de ferry relie Tarifa à Tanger. La traversée dure 35 minutes environ au prix de 31 euros (2008), plusieurs traversées par jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Diariosur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]