Alexandre Kaïdanovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Kaïdanovski
Naissance
Rostov-sur-le-Don, RSFSR
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité russe
Décès (à 49 ans)
Moscou, Drapeau de la Russie Russie
Profession acteur, scénariste, réalisateur
Films notables Stalker

Alexandre Leonidovitch Kaidanovski, né le à Rostov-sur-le-Don et mort le (à 49 ans) à Moscou, est un acteur, réalisateur et scénariste soviétique et russe[1]. Il travaillait également dans le doublage des films et dessins animés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kaidanovski, diplômé de l'école d'art dramatique de Rostov-sur-le-Don en 1965, s'inscrit à l'École-studio du Théâtre d'Art académique de Moscou, mais l'abandonne quelques mois plus tard pour l'Institut d'art dramatique Boris Chtchoukine.

En 1969-1971, il est acteur au Théâtre Vakhtangov. Il travaille aussi au Théâtre d'art de Moscou et au Théâtre sur Malaïa Bronnaïa.

En 1976, Andreï Tarkovski lui donne le rôle principal dans Stalker[2]. Le film ayant une portée métaphysique osée pour l'époque[3], initialement démoli par la critique soviétique avant d'être acclamé au Festival de Cannes en 1980, où on retient le nom de Kaidanovski[1].

En 1984, l'acteur sort diplômé des cours supérieurs de scénaristes et réalisateurs et passe derrière la caméra. Il tourne plusieurs films, et, notamment en 1988, La femme du marchand de pétrole qui au premier abord laisse l'impression de se ranger dans le genre policier, mais qui se concentre de façon approfondie sur le thème de la rivalité fratricide à l'instar de celle de Caïn et Abel[4],[5]. Quant à son côté esthétique, il rappelle grandement ceux des films de Tarkovski.[4]

En 1992, Kaidanovski est nommé "Maître émérite des arts de la Fédération de Russie". En 1994, il est membre du jury du Festival de Cannes[6],[7].

Après la dislocation de l'URSS, il a l'occasion de travailler à l'étranger. On le voit entre autres dans El aliento del diablo de Paco Lucio (1993) et dans les Confidences à un inconnu de Georges Bardawil (1995)[8].

L'artiste, mort d'un infarctus du myocarde à son domicile, le , est inhumé au cimetière de Kountsevo.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jeanne Vronskaya, « Obituaries : Alexander Kaidanovsky », sur independent.co.uk, (consulté le 7 octobre 2016)
  2. Pierre Murat, « Stalker », sur telerama.fr, (consulté le 7 octobre 2016)
  3. (en)Sean Martin, Andrei Tarkovsky, Oldcastle Books, (ISBN 9781842434406, lire en ligne)
  4. a et b (en)Anna Lawton, Kinoglasnost: Soviet Cinema in Our Time, CUP Archive, (ISBN 9780521388146, lire en ligne)
  5. (en)Andrew Horton, Michael Brashinsky, The Zero Hour: Glasnost and Soviet Cinema in Transition, Princeton University Press, (ISBN 9780691019208, lire en ligne)
  6. « Alexandre Kaidanovski », sur festival-cannes.com (consulté le 8 octobre 2016)
  7. (en)Catherine Deneuve, Close Up and Personal: The Private Diaries of Catherine Deneuve, Pegasus Books, (ISBN 9781933648361, lire en ligne), p. 81
  8. « Confidences à un inconnu », sur unifrance.org (consulté le 8 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]