Albert Cobut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Cobut
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
MettetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Albert Cobut né à Parigné-l'Évêque le , mort à Mettet le est un homme politique belge et un militant wallon.

Il entre en 1939 au comité de la Fédération wallonne des étudiants de Louvain, en 1941. Il est à la base d'une action commune des professeurs et étudiants sur les déséquilibres entre professeurs wallons et francophones d'une part et professeurs flamands dans la seule section française de l'Université catholique de Louvain. Il y constate que sur 227 professeurs de cette section française, 114, soit une majorité, sont des Flamands, les Wallons et Bruxellois francophones une minorité. Un mémoire est adressé aux évêques à la suite de l’Assemblée du . Il est signé par des professeurs et tous les présidents des régionales de la Fédération wallonne des étudiants de Louvain. Le fait que de nombreux professeurs wallons et des anciens de l'UCL aient appuyé le mémoire lui donne encore plus d'importance. Mais c’est lui qui essuie la colère du recteur flamand, Monseigneur Van Wayenbergh (lettre du ). Avec d’autres, en 1945, Albert Cobut signe le manifeste à la base de Rénovation wallonne. Il participe aussi au Congrès national wallon de 1945.

Docteur en médecine, il s'installe à Mettet et comme membre du Parti social-chrétien, il devient échevin de Mettet (de 1947 à 1952), puis bourgmestre (1953-1964), ensuite conseiller provincial de la Province de Namur (1949-1965), enfin sénateur de Namur-Dinant-Philippeville (de 1967 à 1968).

Jean-Émile Humblet lui consacre une notice assez importante dans l'Encyclopédie du Mouvement wallon en son tome I, p. 282.