Alain Dubuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain Dubuc est un chroniqueur, éditorialiste et économiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était le journaliste Carl Dubuc.

Il reçoit une formation en économie à l'Université de Montréal, où il obtient une maîtrise. Il fait du journalisme d'affaires depuis 1976 et il est chroniqueur financier depuis 1981.

Dubuc écrit des éditoriaux depuis 1988. Il a été éditorialiste pour Le Soleil et La Presse. D'inspiration libérale, il est partisan du fédéralisme canadien.[réf. nécessaire] Il est aussi membre du Cercle Canadien de Montréal.

Dubuc est également présent à la télévision québécoise et il a publié des articles dans Time Magazine sur les fins du Parti québécois.

Il est un défenseur de la privatisation des services publics entre autres dans le domaine de la santé[1],[2].

Citation[modifier | modifier le code]

  • «Cette prévisible victoire libérale mènera au pouvoir une équipe forte, qu'a su réunir Jean Chrétien, qui a bien dirigé le Canada depuis sept ans, et dont il ne faut pas oublier les réalisations, notamment la résolution impressionnante de la crise des finances publiques, une prospérité économique qui s'est traduite par une baisse importante du chômage et, plus récemment, par des réductions significatives d'impôts.» (24 novembre 2000)[réf. incomplète]
  • « (…) il y a trop de cas où l'on voit que le secteur public, prisonnier de sa propre logique, défend mal le public. À l'inverse, il y a quelque chose de simpliste à associer laxisme et logique du profit.» (Dubuc, 2008)
  • «Méfions-nous des lois que les politiciens décident d'adopter… Encore plus quand ce sont des artistes qui les poussent à le faire. » (4 juillet 2011)

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Simple comme l’économie, 1987
  • Dialogue sur la démocratie au Canada, 2003
  • Éloge de la richesse, 2006
  • À mes amis souverainistes, 2008
  • Les démons du capitalisme Pourquoi la crise et comment s'en sortir, 2009

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Dubuc, « Listeria: Les bons et les méchants », La Presse,‎ 8 septembre 2008, A23 (lire en ligne)
  2. Alain Dubuc, « Y a-t-il un avocat dans la salle... d'op? », La Presse,‎ 15 février 2009, A13 (lire en ligne)