Ala ad-Din Muhammad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ala ad-Din Muhammad
Mort de Muhammad Hwârazmshâh.jpeg
Fonction
Chah
Khwarezm
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
علاءالدين محمدVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Terken Khatun (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Ay-Chichek (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Religions
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir `Alâ' ad-Dîn Muhammad et `Alâ' ad-Dîn.

Ala ad-Din Muhammad, Chah du Khwarezm (Khwârazm-Shahs) de 1200 à 1220

Faits guerriers[modifier | modifier le code]

Il défait le sultan ghuride Muhammad Ghori (1204), puis attaque le Kara Khitaï mais est repoussé en 1210 par les Khitan qui occupent Samarkand. Il prend Ghaznî et la quasi-totalité de l’Afghanistan en 1215, ce qui lui permet, en 1217, de contrôler les parties de l’Iran qui lui échappent. Il contrôle alors le Khorasan, la Transoxiane, l’Afghanistan et l’Iran presque entier.

Soucieux d'étendre ses possessions vers l'ouest, il conclut en 1218 un accord avec Gengis Khan : Ala al-Din Muhammad serait maître de l'Occident, Gengis Khan maître de l'Orient. Or, en cette même année 1218, l'accord à peine conclu, une caravane de marchands musulmans venus de Mongolie (450 hommes et 500 chameaux environs) est arrêtée à Otrar aux frontières du Khwarezm et ses hommes sont massacrés. Gengis Khan envoie trois ambassadeurs pour demander réparation : l'un est mis à mort, les deux autres renvoyés avec le crane rasé. Gengis Khan ne peut supporter ni ce défi ni cette humiliation et rassemble une immense armée de cavaliers[1].

En 1220, les Mongols de Gengis Khan brûlent et rasent Boukhara (), Samarkand (mars) et Hérat. Ögödei, Djaghataï et Djötchi prennent Gourgandj, la capitale du Khwarezm. Ils détruisent les digues de l’Amou-Daria pour submerger la ville et en massacrent la population. Muhammad Chah, à peu près inerte depuis le début de l'offensive, incapable de réunir ses forces divisées entre les féodaux, est pris de panique et s’enfuit à Ray (actuelle Téhéran), puis à Hamadan. Les généraux mongols Djebé et Subutay le poursuivent avec 20 000 hommes, mais perdent sa trace en Iran[2]. Il meurt peu après d’une pneumonie dans une île de la Caspienne non loin de Abaskun en . Son fils Djalal ad-Din Mengü Berti regroupe ses forces à Ghaznî où Gengis Khan le poursuit (1221)[3].

Les victoires des Mongols face aux armées organisées du Khwarezm s’expliquent par le démembrement féodal de ce dernier, ainsi que par la terreur qu’inspirent les envahisseurs auprès des populations. Pour prendre les villes, les Mongols utilisent les prisonniers. Ils contraignent les populations soumises à démolir les murs et à combler les fossés des forteresses. Ils les utilisent pour combler les fossés et les pièges creusés par les défenseurs ; ils les chassent devant les armes des Khwarezmiens, jusqu’à ce que les corps tombés aient empli les fossés. Un autre stratagème consiste à habiller les prisonniers en vêtements mongols et à les contraindre à participer au siège des villes et des forteresses. Enfin, depuis les campagnes contre la Chine, l’armée mongole dispose de béliers et de catapultes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Roux, Histoire de l'Iran et des Iraniens : Des origines à nos jours, Paris, Fayard, , 523 p. (ISBN 2-213-62736-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]