Abjuration de Henri IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'abjuration d'Henri IV, le , en la basilique Saint-Denis.
Toile de Nicolas Baullery, musée d'art et d'histoire de Meudon.

L'abjuration de Henri IV est la conversion du roi de France Henri IV au catholicisme qui se tient le 25 juillet 1593, dans la basilique Saint-Denis par Renaud de Beaune, évêque de Bourges. Cette « messe » permet à Henri IV de réclamer son trône dont il est l'héritier légitime depuis la mort de Henri III[1], en 1589 à Saint-Cloud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Henri de Navarre, qui n'est pas encore reconnu comme roi de France de droit divin, est en guerre contre la Ligue catholique dirigée par le duc de Mayenne. Les ligueurs veulent reconnaître comme héritier de la couronne de France, un prince de sang royal qui n'est autre que l'oncle paternel d'Henri de Navarre, le Cardinal de Bourbon qui, contrairement à son frère Antoine, ne s'est jamais éloigné de la foi catholique. Après la mort du cardinal en 1590, les ligueurs jettent leur dévolu sur son neveu François de Bourbon, cousin germain d'Henri de Navarre, qui lui a pourtant apporté son soutien en combattant à ses côtés[2].

Quant au roi d'Espagne Philippe II, il soutient la candidature de sa propre fille Isabelle au trône de France, n'hésitant pas à apporter un soutien militaire aux ligueurs en espérant pouvoir tôt ou tard leur imposer son choix, ce que ces derniers ne sont néanmoins pas prêts d'accepter[2],[3].

Durant les premières années du règne d'Henri de Navarre, les ligueurs perdent au fur et mesure de l'influence dans le royaume. Les unes après les autres, les villes font soumission et ouvrent leurs portes aux armées du nouveau souverain. Cependant, Mayenne et ses partisans tiennent toujours la plus importante des cités du royaume, la capitale : Paris. Celui-ci cherche alors à pénétrer dans la ville, soit par la force (siège de Paris en 1590), soit la ruse (journée des Farines), mais en vain[4],[5].

N'ayant pas réussit à obtenir la reddition de Paris par la voie militaire, sa maîtresse et favorite Gabrielle d'Estrées lui suggère de se convertir à la religion catholique afin qu'il puisse être accepté par la population de la ville, et ainsi contrer les arguments des derniers ligueurs pour pouvoir être couronné roi de France. Il s'y résout[2]. Il négocie la participation de la papauté, qui refuse, car il a été précédemment excommunié depuis qu'il dirige l'armée protestante durant la huitième guerre de religion.

Cérémonie du baptême de Henri IV[modifier | modifier le code]

Estampe allemande anonyme juxtaposant plusieurs temporalités. Au premier plan, une file de cavaliers et de piétons se rend à la basilique Saint-Denis. À l'arrière-plan, à gauche, l'abjuration du roi dans le chœur de la basilique. À l'arrière-plan, à droite, Henri IV trône sous un dais fleurdelisé, juché sur un échafaud et entouré de dignitaires, tandis que des pièces sont lancées dans la foule en don de « joyeux avènement », ce qui provoque des bagarres ; devant le souverain se déroule un jeu de bague[6].
Gravure à l'eau-forte, Paris, BNF.

Au début de l'année 1593, alors que le roi Henri IV a déjà tenté deux sièges de Paris, Charles de Mayenne réunit au château du Louvre les états généraux pour élire un roi catholique. Le roi Philippe II favorise l'accès au trône à sa fille, l'infante Isabelle Claire Eugénie mais ces états généraux rejettent son élection au trône grâce à la loi salique toujours en vigueur le 20 juin 1593. Le parlement de Paris soutenant l'élection au trône de France de Mayenne interdit à Henri IV de se faire couronner sans son autorisation. En réponse à cela, soutenu par sa maîtresse Gabrielle d'Estrées, Renaud de Beaune préside la cérémonie. Le pape Clément VIII refuse de le convertir car pour lui, c'est encore un protestant. Lorsqu'il pénètre dans l'abbatiale de Saint-Denis, un grand silence se fait puis le roi s'avance vers monseigneur de Beaune, archevêque de Bourges, qui lui dit[7] : « Qui êtes-vous ? - Je suis le roi ! - Que demandez-vous ? - À être reçu dans le giron de l'église catholique, apostolique et romaine. »

L'archevêque lui donne ensuite le baptême avec l'huile sainte des rois de France puis le roi s'agenouille et l'archevêque lui donne l'absolution. Enfin, le roi baise son anneau. Puis dans un tonnerre d'applaudissements, le roi sort de la cathédrale et il réussit à guérir selon la tradition du royaume de France les malades atteints des écrouelles. Les ligueurs refusent de reconnaître le baptême de Henri IV mais l'ensemble de la population fatiguée des guerres civiles se rallie à lui.

Conséquences sur la fin des guerres de religion[modifier | modifier le code]

Le roi est donc reconnu par l'Église mais de nombreux protestants quittent l'armée du roi s'estimant incompris par Henri IV. Le roi poursuit le blocus de Paris jusqu'à ce qu'on lui ouvre les portes de la capitale, la nuit du 21 mars au 22 mars 1594. Le roi va ensuite se recueillir au monastère de Montmartre sur des reliques de saints, preuve qu'il accepte sa conversion. La résistance du couronnement de Henri IV vient de la dictature des seizes, c'est-à-dire que plusieurs ligueurs à la fois gouvernent un quartier de Paris. Les ligueurs tenant Paris et Reims, les fidèles du roi choisissent Chartes. Le roi de France est ensuite sacré par Nicolas de Thou le 27 février 1594 où il reçoit l'onction sacrée. Le 5 juin 1595, entré en guerre contre l'Espagne, l'armée du roi remporte la bataille de Fontaine Française. Il faut attendre le 13 avril 1598, à la signature de l'édit de Nantes pour que la liberté de conscience soit accordée aux protestants. La même année, par le traité de Vervins, l'Espagne reconnaît Henri IV comme roi. Reste maintenant pour le roi de France à gouverner son pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Quetel et Isabelle Dumielle, L'histoire de France en 365 dates, Paris, PERRIN, , 285 p. (ISBN 978-2-262-06530-0, Inconnu), p. 65
  2. a b et c Pierre De Vaissière, « La conversion d'Henri IV », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 14, no 62,‎ , p. 43–58 (DOI 10.3406/rhef.1928.2456, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  3. Albert Mousset, « Les droits de l'infante Isabelle-Claire-Eugénie à la couronne de France », Bulletin hispanique, vol. 16, no 1,‎ , p. 46–79 (DOI 10.3406/hispa.1914.1849, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  4. « Henri IV (1553-1610) », sur Musée protestant (consulté le 13 décembre 2019)
  5. « Henri IV (1553-1610) », sur Musée protestant (consulté le 13 décembre 2019)
  6. Michel Hennin, Les monuments de l'Histoire de France : catalogue des productions de la sculpture, de la peinture et de la gravure relatives à l'histoire de France, t. 10, Paris, J. F. Delion, (lire en ligne).
  7. [https://www.herodote.net/25_juillet_1593-evenement-15930725.php « 25 juillet 1593 - Henri IV abjure le protestantisme � Saint-Denis - Herodote.net »], sur www.herodote.net (consulté le 10 janvier 2020)


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Cornette, Henri IV à Saint-Denis : de l'abjuration à la profanation, Paris, Belin, , 317 p. (ISBN 978-2-7011-5601-9, présentation en ligne).
  • Hugues Daussy, « Fidélité et devoir d'obéissance au roi : la position de Philippe Duplessis-Mornay après la conversion de Henri IV », Albineana, Cahiers d'Aubigné, no 9 « Actes du colloque le livre entre Loire et Garonne (1560-1630) »,‎ , p. 59-77 (lire en ligne).
  • (en) Mark Greengrass, « The Public Context of the Abjuration of Henri IV », dans Keith Cameron (dir.), From Valois to Bourbon : Dynasty, State and Society in Early Modern France, Exeter, University of Exeter, coll. « Exeter Studies in history » (no 24), , 177 p. (ISBN 0-85989-310-3), p. 107-126.
  • Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher et Dominique Biloghi, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1526 p. (ISBN 2-221-07425-4, présentation en ligne).
  • (en) Ronald S. Love, « The Symbiosis of Religion and Politics : Reassessing the Final Conversion of Henri IV », Historical Reflections / Réflexions Historiques, vol. 21, no 1,‎ , p. 27-56 (JSTOR 41299014).
  • (en) Ronald S. Love, Blood and Religion : The Conscience of Henri IV, 1553–1593, Montréal / Kingston, McGill–Queen's University Press, , XII-457 p. (ISBN 0-674-17031-8, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • (en) Nicola Mary Sutherland, Henry IV of France and the Politics of Religion, 1572-1596, vol. 1 & 2, Bristol, Elm Bank, , XI-628 p. (ISBN 1-84150-846-2, 1-84150-701-6 et 1-84150-702-4, présentation en ligne).
  • Pierre de Vaissière, « La conversion d'Henri IV », Revue d'histoire de l'Église de France, t. 14, no 62,‎ , p. 43-58 (lire en ligne).
  • Thierry Wanegffelen, « Henri IV roi catholique ? Les Sujets du très-Chrétien et l'abjuration de Saint-Denis (25 juillet 1593) », dans Patrice Marcilloux (éd.), Laon, 1594 : Henri IV, la Ligue et la ville : actes du colloque, 19-20 novembre 1994, Laon, Conseil général de l'Aisne, Archives départementales, coll. « Axona, mémoires et documents sur l'Aisne » (no 1), , 158 p., p. 61-87.
  • Natalia Wawrzyniak, « « Les concavités de la conscience » : l'hypotypose comme un lieu de persuasion dans la polémique autour de la conversion de Henri IV », Acta Universitatis Lodziensis. Folia Litteraria Romanica, no 11,‎ , p. 103-117 (DOI 10.18778/1505-9065.11.08).
  • (en) Adair G. Williams, « The Abjuration of Henry of Navarre », The Journal of Modern History, vol. 5, no 2,‎ , p. 143-171 (JSTOR 1875338).
  • (en) Michael Wolfe, « The Conversion of Henri IV and the Origins of Bourbon Absolutism », Historical Reflections / Réflexions Historiques, vol. 14, no 2,‎ , p. 287-309 (JSTOR 41298881).
  • (en) Michael Wolfe, The Conversion of Henri IV : Politics, Power, and Religious Belief in Early Modern France, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, coll. « Harvard Historical Studies » (no 112), , X-253 p. (ISBN 0-674-17031-8, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Sophie Yvert-Hamon, « Stratégies de désignation dans le discours politique catholique et protestant pendant les guerres de religion : le tournant décisif de la conversion d'Henri IV (1593) », Bergen Language and Linguistics Studies, vol. 10, no 1,‎ (DOI 10.15845/bells.v10i1.1464).

Articles connexes[modifier | modifier le code]