Abidji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abidji
Pays Côte d'Ivoire
Nombre de locuteurs 50 500 (1993)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 nic[2]
ISO 639-3 abi
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF abi

L'abidji est une langue parlée au sud-est de la Côte d'Ivoire par le peuple du même nom. Elle appartient à la famille des langues kwa, sous-groupe lagunaire intérieur.

Elle compte 2 dialectes : l’enyembe et l’ogbru, noms par lesquels se désignent eux-mêmes les membres de cette ethnie, le nom d’« Abidji » leur étant donné par les ethnies voisines[3].

Écriture[modifier | modifier le code]

L’abidji est écrit avec l’alphabet latin, utilisant les graphèmes de l’orthographe pratique des langues ivoiriennes (OPLI). La lettre upsilon ‹ Ʊ, ʊ › de l’OPLI est souvent remplacée par le V de ronde ‹ Ʋ, ʋ ›.

Alphabet abidji
Majuscules
A B C D E Ɛ F G Gb J I Ɩ K Kp L M N Ny O Ɔ P R S T U Ʊ / Ʋ W Y ʔ
Minuscules
a b c d e ɛ f g gb j i ɩ k kp l m n ny o ɔ p r s t u ʊ / ʋ w y ʔ
Valeurs phonétiques
/a/ /b/ /tc/ /d/ /e/ /ɛ/ /f/ /ɡ/ /ɡ͡b/ // /i/ /ɪ/ /k/ /k͡p/ /l/ /m/ /n/ /ɲ/ /o/ /ɔ/ /p/ /r/ /s/ /t/ /u/ /ʊ/ /w/ /j/ /ʔ/

Les voyelles nasalisées sont écrites avec ‹ n › (‹ m › devant ‹ p › et ‹ b ›) : ‹ an, en, ɛn, in, on, ɔn, un, ʊn ou ʋn, ɩn ›.

Phonologie[modifier | modifier le code]

La phonologie de l'abidji se caractérise par l'harmonie vocalique : les neuf voyelles sont divisées en deux séries, suivant la position de la racine de la langue.

Les voyelles /i, e, u, o/ sont dites avancées car prononcées avec la racine de la langue vers l'avant de la bouche.

Les voyelles /ɩ, ɛ, ʋ, ɔ/ sont dites rétractées car prononcées avec la racine de la langue vers l'arrière de la bouche.

La voyelle /a/ se comporte dans les verbes comme une voyelle rétractée, mais dans les noms, elle peut apparaître aussi bien avec des voyelles avancées que rétractées, ex. : atingbre "piste", abrɛbɛ "ananas".

Toutes les voyelles d'un même mot appartiennent soit à l'une, soit à l'autre des deux séries : yɔfʋ "aimer", kikeu "secouer"[4].

Chacune des neuf voyelles peut être nasalisée.

D'autre part, la langue ne présente que des syllabes ouvertes, la seule exception étant la première syllabe du mot dar"marmite en métal", probablement un mot d'emprunt.

L'abidji est une langue tonale, c'est-à-dire que la hauteur musicale de chaque syllabe joue un rôle dans le sens des mots ou de la forme conjuguée du verbe[5]. Il existe deux tons phonémiques : le ton haut (H) et le ton bas (B), qui peuvent s'attacher à une seule ou à deux voyelle(s), ex. :

kpan (H) "tout", kpan (HB) "être humain"[4].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Le point le plus remarquable de la grammaire de l'abidji est son système verbal, très régulier. Il comporte quatre groupes de verbes qui se distinguent par la combinaison de leurs schémas syllabique et tonal.

Le groupe 1 est celui des verbes à base monosyllabique dont la base ne peut porter de tons modulés, ex. mɩkan "je dis" (ton B.H).

Le groupe 2 est celui des verbes à base monosyllabique dont la base porte un ton modulé, ex. mɩkan "j'ai" (ton B.HB).

Le groupe 3 est celui des verbes à base polysyllabique dont chaque syllabe ne peut porter qu'un seul ton, ex. mubutu "je demande" (ton B.H.B).

Le groupe 4 ne comporte que cinq verbes très courants ("aller, venir, manger, mourir, combattre") dont la base verbale présente une alternance entre une séquence hV, une séquence VV et une séquence ʔVVV, suivant l'aspect/temps auquel le verbe est conjugué, ex. mehi "je viens", mie "je suis venu", ʔieu "venir (infinitif)"[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ethnologue code « abi ».
  2. code générique
  3. Vick 1990.
  4. a et b Tresbarats et Vick 1992, p. 16-20.
  5. a et b Tresbarats 1990.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moïse Adjèbè Aka, Émile Yédé N’guessan, Jonas N’guessan et Chantal Tresbarats, Syllabaire abidji, Abidjan, Les nouvelles éditions africaines, coll. « Je lis ma langue », (ISBN 2-7236-0679-1)
  • (en) Chantal Tresbarats, « Tone in Abidji verb morphology », Studies in African Linguistics, nos 21-1,‎
  • Chantal Tresbarats et Renée Vick, Esquisse linguistique de l’abidji, Abidjan, ACCT/ILA,
  • Renée Vick, Le système aspecto-modal de l’abidji, Abidjan, Institut de linguistique appliquée,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]