Orthographe pratique des langues ivoiriennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Orthographe pratique des langues ivoiriennes est un ensemble de règles pour la transcription des langues de Côte d’Ivoire, rédigé par l’Institut de linguistique appliquée d’Abidjan en 1979.

Consonnes[modifier | modifier le code]

Graphèmes
b bh c d dh dzh f fh g gb gh h hy j k kp l m n
Valeurs phonétiques
/b/ /ɓ/ /c/ /d/ /ɗ/ // /f/ /ɸ/ /ɡ/ /ɡb/ /ɣ/, /ɠ/ /h/ /ɕ/ /ɟ/ /k/ /kp/ /l/ /m/ /n/
Graphèmes
ny ŋ/ŋn ny/ŋm p ʔ r s sh t ts tsh v vh w x y z zh
Valeurs phonétiques
/ɲ/ /ŋ/ /ŋm/ /p/ /ʔ/ /r/ /s/ /ʃ/ /t/ /ts/ // /v/ /β/ /w/ /ɥ/ /x/ /j/ /z/ /ʒ/

Voyelles[modifier | modifier le code]

Graphèmes
a ä e ë ɛ ɛa i ï ɩ o ö ɔ u ü ʊ
Valeurs phonétiques
/a/ /ʌ/ /ɑ/ /e/ /ə/ /ɛ/ /æ/ /i/ /ɨ/ /ɪ/ /o/ /ɤ/, /ø/, /ʊ/ /ɔ/ /u/ /y/, /ɯ/ /ō/

La nasalisation d’une voyelle est indiquée en la suivant d’une lettre ‹ n ›. Dans les cas ambigus, le point est utilisé pour clarification, par exemple : /kaĩ/ est écrit ‹ ka.in › et /kãi/ est écrit ‹ ka.ni ›.

Les voyelles longues sont indiquées par le doublement de la voyelle, par exemple : /kaːn/ est écrit ‹ kaan ›.

Tons[modifier | modifier le code]

Les tons sont notés de deux façons différentes selon la langue et ses conventions : à l’aide d’accents, ou avec des signes de ponctuation.

Accents[modifier | modifier le code]

Les langues dont les orthographes utilisent les accents pour indiquer les tons les utilisent de la façon suivante :

  • le ton haut est indiqué avec l’accent aigu : ó
  • le ton moyen n’est pas indiqué : o
  • le ton bas est indiqué avec l’accent grave : ò
  • le ton montant est indiqué avec l’accent circomflexe : ô
  • le ton descendant est indiqué avec l’accent antiflexe : ǒ
  • les tons sont indiqués sur la première syllabe dans les mots polysyllabiques, et sur la seconde ou troisième syllabe uniquement si leurs tons sont différents, par exemple /kɔ̀rɔ̀/, « porte » en sénoufo, est écrit ‹ kɔ̀rɔ ›, et /kàmúrú/, « masque poro » en sénoufo, est écrit ‹ kàmúru ›.

Ponctuation[modifier | modifier le code]

Les langues dont les orthographes utilisent la ponctuation pour indiquer les tons l’utilisent avec les règles suivantes :

  • le ton haut est indiqué avec l’apostrophe : ʼmö
  • le ton bas est indiqué avec le signe moins : ˗su
  • le ton très haut est indiqué avec la double apostrophe : ˮdu
  • le ton moyen n’est pas indiqué : su
  • les tons montant ou descendant sont indiqués avec un signe de ponctuation en début de syllabe et un autre en fin de syllabe :
    • ton montant bas-haut : ˗woʼ
    • ton montant moyen-haut : toʼ
    • ton montant moyen-très haut : sonˮ
    • ton descendant moyen-bas : sɛ˗

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.D. Kokora, 1979, Une orthographe pratique des langues ivoiriennes, Institut de Linguistique Appliquée, Université d’Abidjan, Abidjan : Ministère de l’Education Nationale, Ministère de la Recherche Scientifique, Ministère des Affaires Culturelles, Ministère de la Jeunesse, de l’Education Populaire, et des Sports.
  • Sassongo Silué, 2002, The Orthographic Conventions for Ivorian Languages, pp.117-132 dans Kwesi Kwaa Prah, 2002, Writing African: the harmonisation of orthographic conventions in African languages, Cape Town : Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), 167 p. (ISBN 1919799664)