Firmin Bouisset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Firmin Bouisset
Firmin Bouisset.jpg
Portrait gravé (avant 1904)[1]
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Paris
Nom de naissance
Firmin Maurice Étienne Bouisset
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Distinction

Firmin Bouisset, né Firmin Maurice Étienne Bouisset le à Moissac et mort le (à 65 ans) à Paris, est un illustrateur, lithographe et affichiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans la campagne de Moissac, d’un père meunier, Firmin Étienne Maurice Bouisset entre à l'École des beaux-arts de Toulouse en 1877[2] en classe de modèle vivant et suit les cours de Jules Garipuy. Il est reçu au concours des Beaux-Arts de Paris en mars 1880 dans la classe de d'Alexandre Cabanel[3], et expose deux portraits peints la même année au Salon des artistes français[4]. En 1883, il exécuta, sur la demande du directeur de la fabrique de faïence de Sarreguemines, des dessins pour décorer un service qui furent remarqués.

Firmin Bouisset s’est affirmé dans différents genres. Il a composé des frises, des fresques, des œuvres murales de toutes sortes et illustré de très nombreux livres et albums pour enfants. Mais c'est par ses affiches que Firmin Bouisset s’est fait connaître du grand public. Les plus emblématiques restent la Petite Menier écrivant sur un mur et le petit écolier de LU. Des affiches qui restent aujourd'hui dans notre imagerie collective et qui incarnent encore les marques pour lesquelles elles avaient été créées. Bouisset prenait toujours ses enfants pour modèle : Yvonne sa fille pour le chocolat Menier ou Jacques, son fils, pour le petit LU.

Léon Cladel lui a confié l’illustration de son roman N’a qu’un œil. Avant la guerre de 1914, il tenta d'ouvrir à Moissac un musée de la gravure avec des planches rares des meilleurs artistes du moment, mais ce musée, peu soutenu par la municipalité de l'époque, fut très éphémère. Il était membre du jury de la gravure et des arts décoratifs, officier de l’Instruction publique depuis 1897, et chevalier de la Légion d’honneur depuis [5].

Son fils épouse en 1913 la fille d'Abel Mignon, Yvonne Bouisset-Mignon (1891-1978).

Illustrations livresques[modifier | modifier le code]

  • N’a qu’un œil de Léon Cladel, 1882-1886 ;
  • La Journée de Bébé, album en couleurs, 1884 ;
  • Ce que disent les fleurs, 1889 ;
  • Faits et gestes d’enfants, 1891 ;
  • Mémoires d’un gros sou, 1891 ;
  • La Petite Princesse, 1891 ;
  • Contes rustiques, 1891 ;
  • Contes de Perrault, 1895.

Affiches[modifier | modifier le code]

Le petit « Lulu » pour Lefevre-Utile, 1897.
  • Chocolat Menier, 1892-1900 ;
  • Jouets, pour le Bazar de l’Hôtel-de-Ville, 1892 ;
  • Noël, pour La Ménagère, 1893 ;
  • Jouets, pour La Samaritaine, 1893 ;
  • Entrepôt de liqueurs d’Ivry, 1893 ;
  • Véritable extrait de viande Liebig, imprimerie Camis, 1893 ;
  • Le Petit Méridional, 1893 ;
  • Sucre d’orge de l’Abeille, 1893 ;
  • Le Petit Havrais, 1894 ;
  • Bière Grüber, 1895 ;
  • Bec Deselle, 1895 ;
  • Nestlé’s Milk, 1895 ;
  • JOB, 1895 ;
  • Chocolat Poulain, 1897 ;
  • Poudre bleue, 1897 ;
  • Biscuits Lefèvre-Utile, 1897 ;
  • Plus de Microbes !, 1897 ;
  • La Saxolèine, 1897 ;
  • Couveuse artificielle, 1897 ;
  • Ouate de tourbe, 1897 ;
  • Pierrot, 1898 ;
  • Maggi, 1899 ;
  • Biberon Robert, 1899.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le peintre Jean Coladon a réalisé en hommage à Firmin Bouisset un mur peint de 110 m2, visible à Moissac (Square Firmin Bouisset). Un mur très endommagé aujourd'hui.

En 2014, les éditions Privat ont publié La Pub, un jeu d'enfants livre sur la vie et l'œuvre de Firmin Bouisset par Annie-Claude Elkaim.

Un Espace Firmin Bouisset ouvre ses portes en juillet 2020 à Castelsarrasin, à quelques encablures de sa ville natale, où l'on retrouve une bonne partie de ses œuvres graphiques et de ses publicités[6].

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Uzanne, Figures contemporaines tirées de l’Album Mariani, Librairie Henri Floury, vol IX, 1904 — sur Gallica.
  2. Registre d'inscriptions de l'Ecole des beaux-arts de Toulouse, années 1877-1879 (série 1R41, archives municipales, dépôt de l'isdaT-beaux-arts)
  3. Base Cat'zArts, ENSBA.
  4. Fiche exposant SAF 1880, Base salons du musée d'Orsay.
  5. « Cote LH/314/51 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  6. Espace Firmin Bouisset, site officiel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie-Claude Elkaim, La Pub, un jeu d'enfants, Toulouse, Éditions Privat, 2014 Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]