Abdallah Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abdallah 1er de Jordanie)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant jordanien image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant une personnalité jordanienne et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abdallah Ier
عبد الله الأول بن الحسين
Abdallah Ier de Jordanie
Abdallah Ier de Jordanie
Titre
Roi de Jordanie[1]

(30 ans 3 mois et 19 jours)
Premier ministre Samir Rifai
Ibrahim Hashim
Ibrahim Hashim
Samir Rifai
Tawfik Abu al-Huda
Said Mufti
Samir Rifai
Prédécesseur Création
Successeur Talal
Biographie
Dynastie Al-Hashem (Hachémites)
Nom de naissance Abdallah bin al-Hussein al-Hashem
Date de naissance
Lieu de naissance La Mecque (Empire ottoman)
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Jérusalem (Palestine)
Père Hussein ben Ali
Conjoint 1) Musbah bint Nasser
2) Suzdil Khanum
3) Nahda bint Uman
Enfants Premier lit :
Princesse Haya bint Abdallah
Prince Talal bin Abdallah
Princesse Munira bint Abdallah
Deuxième lit :
Prince Nayef bin Abdallah
Princesse Makbula bint Abdallah

Troisième lit:
Princesse Naifeh bint Abdallah


Abdallah Ier
Monarques de Jordanie

Abdallah bin al-Hussein, né en février 1882 à La Mecque et mort assassiné le à Jérusalem, fut émir de Transjordanie de 1921 à 1946, puis roi de Transjordanie de 1946 à 1949 sous le nom d'Abdallah Ier, et enfin roi de Jordanie de 1949 jusqu'à sa mort. Il était fils de Hussein ben Ali, chérif de la Mecque et roi du Hedjaz, qui fut l'un des promoteurs de la révolte arabe de 1916 contre l'Empire ottoman. Son fils Talal lui succède.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1921, il devient émir de la Transjordanie, alors sous mandat britannique[2].

En 1946, il est proclamé roi lors de l'accession de ce territoire à l'indépendance. Sa politique a pour but la formation d'un grand État arabe englobant la Jordanie, la Syrie, l'Irak et une partie de la Palestine.

En 1948, il participe à la coalition des États arabes pour empêcher la partition de la Palestine mais en réalité se contente de prendre le contrôle de la Cisjordanie, conformément au pacte, négocié secrètement quelques semaines plus tôt entre lui et Golda Meir, qui prévoyait que la Légion arabe ne livrerait pas de combats envers Israël au-delà de la Cisjordanie en échange de l'annexion du territoire par son royaume.

En 1949, le rattachement de la Cisjordanie (littéralement « de ce côté-ci du Jourdain ») à la Transjordanie donne naissance au Royaume de Jordanie.

Le 20 juillet 1951 à Jérusalem, il est assassiné par Mustapĥa Ashu, âgé de 21 ans, de deux balles dans la poitrine et une dans la tête, et ce, sur ordre probable du Grand Mufti de Jérusalem via le colonel El Tell.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Précédemment émir (du 1er avril 1921 au 25 mai 1946) puis roi de Transjordanie (du 25 mai 1946 au 1er avril 1949).
  2. « Gardes du corps d'Amir Abdullah sur des chameaux avec un étendard rouge, vert et blanc à l'extrême gauche », sur World Digital Library,‎ (consulté le 14 juillet 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]