Talal (roi de Jordanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Talal de Jordanie)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant la Jordanie
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et la Jordanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Talal
طلال بن عبد الله
Talal de Jordanie
Talal de Jordanie
Titre
Roi de Jordanie

(1 an et 22 jours)
Couronnement
Premier ministre Samir Rifai
Tawfik Abu al-Huda
Prédécesseur Abdallah Ier
Successeur Hussein
Prince héritier de Jordanie

(5 ans 5 mois et 7 jours)
Monarque Abdallah Ier
Prédécesseur Aucun
Successeur Hussein
Biographie
Dynastie Al-Hashem (Hachémites)
Nom de naissance Talal ben al-Abdallah
Date de naissance
Lieu de naissance La Mecque (Empire ottoman)
Date de décès (à 63 ans)
Lieu de décès Amman (Jordanie)
Père Abdallah Ier
Mère Musbah bint Nasser
Conjoint Zein al-Sharaf Talal
Enfants Hussein Red crown.png
Prince Mohamed ben Talal
Prince Hassan ben Talal
Princesse Basma bint al-Talal
Héritier Hussein ben Talal

Talal (roi de Jordanie)
Monarques de Jordanie

Talal ben Abdallah (arabe: طلال بن عبد الله) (né le , mort le ) fut roi de Jordanie du jusqu'à son abdication forcée le pour raison de santé (on dit qu'il souffrait de schizophrénie[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à La Mecque en 1909. En 1934, il se marie avec Zein al-Sharaf Talal. Il entame ensuite ses études à l'académie royale militaire de Sandhurst d'où il ressort diplômé en 1939. Il monte sur le trône à la suite de l'assassinat de son père, le roi Abdallah Ier à Jérusalem. Pendant son court règne, il met en place une constitution plus libérale pour le royaume hachémite. Cette constitution a été ratifiée le . Beaucoup jugent que son règne a servi au royaume à développer des relations nouvelles avec des États arabes voisins, comme l'Égypte et l'Arabie saoudite, qui reprochaient à son père l'annexion de la Cisjordanie.

Après sa déposition par le Parlement, son fils Hussein âgé de seize ans, lui succède[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Article du Time
  2. Chronique du XXe siècle, p. 781.