Talal (roi de Jordanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Talal
طلال بن عبد الله
Illustration.
Talal de Jordanie
Titre
Roi de Jordanie

(1 an et 22 jours)
Couronnement
Premier ministre Samir Rifai
Tawfik Abu al-Huda
Prédécesseur Abdallah Ier
Successeur Hussein
Prince héritier de Jordanie

(5 ans, 5 mois et 7 jours)
Monarque Abdallah Ier
Prédécesseur Aucun
Successeur Hussein
Biographie
Dynastie Al-Hashem (Hachémites)
Nom de naissance Talal ben al-Abdallah
Date de naissance
Lieu de naissance La Mecque (Empire ottoman)
Date de décès (à 63 ans)
Lieu de décès Amman (Jordanie)
Père Abdallah Ier
Mère Musbah bint Nasser
Grand-père paternel Hussein ben Ali
Conjoint Zein al-Sharaf Talal
Enfants Hussein Red crown.png
Prince Mohamed ben Talal
Prince Hassan ben Talal
Princesse Basma bint al-Talal
Héritier Hussein ben Talal
Entourage Ghazi (cousin)
Abdelilah ben Ali (cousin)
Fayçal Ier (oncle)
Ali ben Hussein (oncle)

Talal (roi de Jordanie)
Monarques de Jordanie

Talal ben Abdallah (arabe: طلال بن عبد الله) (né le , mort le ) fut roi de Jordanie du jusqu'à son abdication forcée le pour raison de santé (on dit qu'il souffrait de schizophrénie[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à La Mecque en 1909. En 1934, il se marie avec Zein al-Sharaf Talal. Il entame ensuite ses études à l'académie royale militaire de Sandhurst d'où il ressort diplômé en 1939. Il monte sur le trône à la suite de l'assassinat de son père, le roi Abdallah Ier à Jérusalem. Pendant son court règne, il met en place une constitution plus libérale pour le royaume hachémite. Cette constitution a été ratifiée le . Beaucoup jugent que son règne a servi au royaume à développer des relations nouvelles avec des États arabes voisins, comme l'Égypte et l'Arabie saoudite, qui reprochaient à son père l'annexion de la Cisjordanie.

Après sa déposition par le Parlement, son fils Hussein âgé de seize ans, lui succède[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Article du Time
  2. Chronique du XXe siècle, p. 781.

Liens externes[modifier | modifier le code]