A. R. Penck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis A.R. Penck)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Penck.
A. R. Penck
PENCK.jpg

Future of the soldiers (1995) par A.R. Penck.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Ralf WinklerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Distinction
Prix d'art de Aachen (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

A. R. Penck est le pseudonyme[1] du peintre et sculpteur allemand Ralf Winkler, né le à Dresde (Allemagne) et mort le 2 mai 2017 à Zurich (Suisse).

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1953 à 1954, Ralph Winkler suit un enseignement artistique avec Juergen Böttcher.

De 1955 à 1956, il est dessinateur à l'agence de publicité du Parti, la DEWAG (Deutsche Werbe- und Anzeigen-Gesellschaft).

Après 1956, il postule quatre fois sans succès à la Hochschule für Bildende Künste (École supérieure des beaux-arts) de Dresde et à la Hochschule für Bildende und Angewandte Künste (École supérieure d'arts) de Berlin-Est.

Certes, il n'affirme pas qu'il a été refusé à cause de son attitude politique, cependant son talent a été trouvé insuffisant. Comme il se trouve, de ce fait, dans l'impossibilité d'enseigner, il travaille donc comme conducteur de chaudières, veilleur de nuit, facteur et fait d'autres petits boulots.

En 1966, Winkler est candidat à la Verband bildender Künstler (Fédération des jeunes artistes), sous le nom d'emprunt A.R. Penck[2].

À partir de 1969, il a de plus en plus de problèmes avec les services de sûreté de l'État de la RDA : ses dessins sont censurés et saisis, son affiliation à la Verein bildender Künstler (VBK), la société d'artistes, est refusée.

En 1971, Penck fonde le groupe Lücke (« vide »), avec Wolfgang Opitz et Steffen Kuhnert (Terk), que rejoindront Peter Herrmann et Harald Gallasch.

À partir de 1973, Ralph Winkler travaille sous les pseudonymes « Mike Hammer » et « T.M. » (ou TM). Après son service militaire, en 1974, puis le prix Will-Grohmann attribué en 1975 par l'Akademie der Künste (Académie des arts de Berlin-Ouest), la Stasi ne lui laisse que peu de répit.

Après 1977, la douane saisit les peintures de Ralph Winkler - qui étaient signées par un Y depuis 1976.

En mai 1979, des travaux et des notes de A.R. Penck sont détruits dans l'effondrement de son atelier, de sorte que le passage à l'Ouest devient inévitable : il émigre le 3 août 1980 après l'obtention d'un visa et va s'installer et vivre à Kerpen près de Cologne.

En 1981, la Goethe-Stiftung (Institut Goethe) lui attribue le prix Rembrandt à Bâle. En 1983, il visite Israël et déménage à Londres.

Il obtient, en 1985, le prix des arts de la ville d'Aix-la-Chapelle.

En 1988, il est nommé professeur de peinture à la Kunstakademie (école des beaux-arts) de Düsseldorf.

Dans sa peinture, il se sert principalement de lignes, de symboles graphiques qui rappellent la peinture rupestre, les calligraphies asiatiques et les graffitis. C'est dans les années 1970 que Penck a élaboré son style. De cette façon, avec des peintures simples et « archaïques », Penck donne une indication permettant à chaque spectateur de comprendre les peintures de sa propre façon - comme avec Verkehrsschilder ou Warenzeichen. Il appartient au courant allemand de la figuration avec cependant une stylisation des figures qui rappellent des scènes primitives et s'inspirent de souvenirs de paysages incendiés de son enfance[3].

Dans les années 1980, Penck est considéré comme faisant partie des Nouveaux Fauves.

Expositions[modifier | modifier le code]

Collections publiques (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Migros Museum für Gegenwartskunst[4]
  • Kunstmuseum Walter[5]

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1964-1965 : Ohne Titel (Freundesgruppe) / Sans titre (Groupe d'amis) au Museum Ludwig (Cologne).
  • 1965 :
    • Grosses Weltbild / Grande vision du monde au Museum Ludwig (Cologne).
    • Ein mögliches system / Un système possible au Museum Ludwig (Cologne).
  • 1984 : Ich in Deutschland (West) / Moi en Allemagne (Ouest) au Museum Ludwig (Cologne).
  • 1987 :
    • Ich-Selbsbewusstsein / Moi-conscience de soi, bronze, au Museum Ludwig (Cologne).
    • The spirit of Europe, bois de peuplier, au Museum Ludwig (Cologne).

Fait divers[modifier | modifier le code]

Le 12 novembre 2005, la sculpture Die himmlischen Stürze (un ensemble en marbre en cinq parties), réalisée par Penck en collaboration avec Frank Breidenbruch, d'une valeur de plusieurs centaines de milliers d'euros, est détruite par un chauffard. La sculpture avait été installée, le 13 novembre 1996, à Wuppertal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Autres pseudonymes : Mike Hammer, T.M.
  2. D'après le nom du géologue Albrecht Penck (1858-1945).
  3. Guide : Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, éd. Musée des beaux-arts de Montréal, , 2e éd. (1re éd. 2003), 342 p. (ISBN 978-2-89192-312-5), p. 252
  4. (de) Site du musée Migros.
  5. Site du musée Walter.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]