16 levers de soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
16 levers de soleil
Réalisation Pierre-Emmanuel Le Goff
Acteurs principaux
Sociétés de production La Vingt-Cinquième Heure
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre documentaire
Durée 117 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

16 levers de soleil est un film documentaire français coproduit et réalisé par Pierre-Emmanuel Le Goff, sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le 17 novembre 2016, Thomas Pesquet s'envole pour sa première mission à bord de la Station spatiale internationale. En orbite à 400 kilomètres de la Terre, durant ces six mois où le monde semble basculer dans l’inconnu, un dialogue se tisse entre l'astronaute et l’œuvre visionnaire de Saint-Exupéry qu’il a emportée dans la station spatiale.

Dans le film, le réalisateur Pierre-Emmanuel Le Goff confie sa statuette du Petit Prince à Thomas Pesquet pour qu'il l'emmène dans la station spatiale internationale avec les œuvres complètes de Saint-Exupéry. L'astronaute l'a ramenée sur Terre à son retour, après 196 jours dans l'espace.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteur exécutif : Richard Heyraud[réf. nécessaire]
Producteur assistant : Mélisande Girard et Audrey Deval[réf. nécessaire]

Distribution[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production[modifier | modifier le code]

Développement et genèse[modifier | modifier le code]

16 levers de soleil est le premier long métrage réalisé à partir de prises de vues en 6K tournées dans l’espace, grâce à la participation de Thomas Pesquet et ses équipiers pendant leur mission[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé sur près de deux ans, commençant plus d'un an avant le décollage de Thomas Pesquet depuis le cosmodrome de Baïkonour. Durant la mission spatiale, le réalisateur était en contact par mail avec l'astronaute pour lui donner des directives sur les séquences à tourner. Anne Mottet, la compagne de Thomas Pesquet, était aussi impliquée, le réalisateur l'ayant sollicitée pour filmer ses échanges en visiophonie avec son compagnon dans la station spatiale internationale.[réf. nécessaire]

La séquence de sortie extravéhiculaire a été tournée à l'aide d'une caméra protégée par un dispositif lui permettant de résister à des variations de températures comprises entre -100°C et + 150°C.[réf. nécessaire]

Postproduction[modifier | modifier le code]

La postproduction a nécessité de visionner plusieurs centaines d'heures de rushes filmés par les caméras de surveillance de la station spatiale internationale.[réf. nécessaire]

L'ensemble des plans utilisés dans le film ont nécessité un traitement particulier pour "effacer" les pixels morts des capteurs des caméras, conséquence du rayonnement cosmique subi en permanence par les astronautes dans la station spatiale internationale.[réf. nécessaire]

Musique[modifier | modifier le code]

Pierre-Emmanuel Le Goff fait appel au saxophoniste et compositeur Guillaume Perret pour la bande originale du film. Le morceau Into the Infinite est interprété par l’astronaute Thomas Pesquet lui-même à bord de la Station spatiale internationale avec son propre saxophone[2], livré quelques semaines plus tôt par cargo spatial[réf. nécessaire].

Les morceaux sont composés à partir des vrais sons de la station spatiale internationale et des enregistrements des vibrations de étoiles et du chant des planètes enregistrés par les capteurs électromagnétiques de la sonde Voyager.[réf. nécessaire]

Festivals[modifier | modifier le code]

16 levers de soleil est présenté le en clôture du « Doc Day » du marché du film au Festival de Cannes, consacré aux documentaires[3]. Il sort en France le .

Le film est également projeté dans le cadre de l'édition 2018 du Festival du film francophone d'Angoulême, le au cinéma CGR d’Angoulême ; séance animée en présence du réalisateur Pierre-Emmanuel Le Goff et du spationaute Jean-François Clervoy[4].

Listes des sélection en festivals

  • Festival de Cannes - film de clôture du Doc Day - 2018
  • Festival du Film Francophone d'Angoulême - 2018
  • Festival Cinéma et Musique de Film de La Baule - 2018
  • Festival Atmosphères, Courbevoie - 2018
  • Festival du film Politique de Carcassonne - 2018
  • Festival Paris Paradis, Paris - 2018
  • Festival du film documentaire 50/1, Saint-Quentin en Yvelines - 2018
  • Festival des Nouvelles Explorations, Royan - 2018

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (novembre 2018).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Durant les tournages sur Terre, l'auteure Marion Montaigne accompagne l'équipe du film pour suivre les entraînements de l'astronaute pour réaliser son album Dans la combi de Thomas Pesquet. L'équipe du film est visible dans plusieurs pages de l'album, notamment au centre d'entraînement de Houston.[réf. nécessaire]

L'équipe est aussi accompagnée par la réalisatrice Alice Winocour dans le cadre du repérage de son film Proxima et par la photographe Emilie Buzyn qui réalise un reportage sur Thomas Pesquet.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 16 levers de soleil », sur Société astronomique de France, (consulté le 17 août 2018).
  2. « 16 levers de soleil avec Thomas Pesquet », sur Cité de l'espace, (consulté le 24 août 2018).
  3. « 16 Sunrise - Closing Screening », sur Marché du film de Cannes, (consulté le 17 octobre 2018). Voir page 11.
  4. « 16 levers de soleil au Festival du Film d'Angoulême », sur Festival du film francophone d'Angoulême, (consulté le 17 octobre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]