.22 Long Rifle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cartouche .22 Long Rifle
image illustrative de l’article .22 Long Rifle
Cartouches 22 LR standard, haute vélocité, Stinger sur fond centimétrique
Caractéristiques
Calibre .22
Pays d'origine États-unis
Mesures
Ø diamètre collet 5,7 mm
Ø projectile 5,7 mm
Ø culot 7,1 mm
Longueur de douille 15,6 mm
Longueur de la cartouche 25,4 mm
Poids
Poids du projectile 1,9 - 2,6 g
Vitesse de sortie V0 330 - 500 m/s
Énergie du projectile 140 - 280 J

Le .22 Long Rifle (désignation métrique : 5,56 x 15 mm R) est une munition à calibre à percussion annulaire (la composition d'amorçage se trouvant contenue dans le bourrelet de la cartouche) de 5,5 millimètres, soit 22/100 de pouce, apparue en 1887. C'est la munition la plus répandue au monde[réf. souhaitée]

Elle a été directement extrapolée du .22 Court (ou .22 Short) et du .22 Long sous l'impulsion de la marque américaine Arms & Tool Company et fabriquée par Peters (États-Unis) pour la manufacture d'armes Stevens de même nationalité.

C'est le calibre utilisé pour les compétitions internationales de biathlon[1].

Description[modifier | modifier le code]

.22 LR subsonique.
.22 court, .22 LR, .22 Winchester Magnum, et .22 Hornet.
Mémo 22lr

Ce petit calibre est à la fois très économique, très précis, avec très peu de recul et une détonation faible, et il est utilisé indifféremment pour les carabines, les revolvers, les pistolets à un coup et les pistolets semi-automatiques. Ces armes sont avant tout utilisées pour le tir sportif, à 25 mètres (pistolet standard, pistolet sport dames, pistolet « vitesse olympique » pour les disciplines UIT-ISSF), 50 mètres (carabine petit calibre position couchée, carabine « 3 positions », pistolet libre, biathlon, 22 Hunter) et jusqu'à 100 mètres pour le tir sur silhouettes métalliques, mais aussi pour tuer des petits animaux classés « nuisibles », et pour le tir réduit militaire.

La cartouche .22 Long Rifle standard comporte une balle en plomb de 2,59 grammes (40 grains) propulsée à environ 330 mètres par seconde dans un canon long de carabine et 290 mètres par seconde dans un canon court de pistolet. Elle développe une énergie de 141 joules à la bouche.

Il existe de très nombreux chargements, allant de la .22 LR subsonique à la .22 LR « Stinger » de la marque CCI (projectile de 2,07 grammes en plomb cuivré à pointe creuse propulsé à 500 mètres par seconde, délivrant une énergie de 259 joules, en passant par la .22 LR « High Velocity » à la vitesse à la bouche élevée (balle de 2,46 grammes à 390 mètres par seconde), développant 187 joules.

De nombreuses marques fabriquent ce petit calibre, dont Eley (Grande-Bretagne), Remington, Winchester, CCI (États-Unis), Geco-RWS (Allemagne), Lapua (Finlande), Fiocchi (Italie), Armscor (Philippines), Aguila (Mexique), etc. De même, on ne saurait compter les fabricants de carabines, revolvers et pistolets chambrant cette munition (Winchester, Smith & Wesson, Hämmerli, Ruger, Browning, Feinwerkbau, Walther, Beretta, Weihrauch, Baïkal, Alfa proj,Bretton Gaucher, Manu Arm etc.).

Il est possible de tirer, dans les armes chambrées en .22 LR, des munitions de .22 Bosquette, .22 Court et .22 Long (mais les armes semi-automatiques nécessiteront alors souvent un réarmement manuel), à l'exclusion de la .22 Magnum (en), qui a un étui plus large et plus long, lui interdisant tout passage dans une chambre de .22 LR.

La munition de .22 Long (balle de 1,8 gramme propulsée à 220 mètres par seconde, développant une énergie de 44 joules à la bouche, qui est à l'origine de la .22 Long Rifle, est elle-même extrapolée de la .22 Court, apparue en 1855 et fabriquée pour les tout premiers revolvers de Smith & Wesson en 1857 (originellement chargée de 0,18 gramme de poudre noire, actuellement chargée à la poudre sans fumée et propulsant la balle de 1,8 gramme à 260 mètres par seconde pour une énergie de 61 joules, ce qui est supérieur à la .22 Long car cette dernière est le plus souvent proposée en version « .22 Long Z », c'est-à-dire sans poudre, l'amorçage seul assurant la propulsion du projectile), qui dérive elle-même de la toute première munition à percussion annulaire, la .22 Bosquette [5,5 mm] et la 6 mm Bosquette de l'armurier parisien Louis Nicolas Flobert, créée en 1845.

Enfin, en 2002, la firme Hornady a extrapolé de la .22 LR, par rétreint de son collet à 4,31 millimètres, la munition de .17 Mach 2, (en abrégé 17HM2) offrant une balle de 1,1 gramme propulsée à 530 mètres par seconde délivrant une énergie de 155 joules. Une extrapolation similaire à partie de la .22 WMR (22 Winchester Magnum Rimfire ou encore 22 magnum) a donné naissance à la .17 Hornady magnum rimfire (en abrégé 17 HMR).

Dérivés[modifier | modifier le code]

  • .22 Winchester Magnum
  • .22 Hornet
  • 17 HMR
  • .22 Long Z
  • .22 Bosquette

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wilfried Valette et Renaud Charignon (préf. Marie Dorin et Vincent Vittoz), Ski de fond et biathlon : Initiation, perfectionnement, fartage, matériel, Grenoble, Glénat, , 191 p. (ISBN 978-2-344-00948-2).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]