M1917 Enfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer. (septembre 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia. La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sources, etc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Découvrez comment faire pour le « wikifier ». Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

M1917 Enfield
Image illustrative de l'article M1917 Enfield
United States Rifle, cal .30, Modèle de 1917.
Présentation
Pays d'origine États-Unis
Munitions .30-06 US (7,62 mm X 63 mm)
Période d'utilisation 1917-1918
Poids et dimensions
Masse sans baïonnette : 4,4 kg
avec baïonnette : 4,9 kg
Longueur(s) sans baïonnette : 1 175 mm
avec baïonnette : 1,58 m
Longueur du canon Calibre 0.30 inch (7,62 mm)
Caractéristiques techniques
Cadence de tir 18 coups/min
Capacité 6 cartouches (5 pour le P14 britannique chambré en 303 brit à bourrelet)

Le fusil militaire United States Rifle, Caliber .30, Model of 1917 appellation officielle dans l'armée US, ou US 1917 dans l'armée française est la version américaine du Enfield P14.

P 17 culasse
P17 Mauser-type culasse démontée

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de l'entrée en guerre des États-Unis, en avril 1917, les forces armées US disposaient d'environ 600 000 fusils Springfield modèle 1903, adopté récemment et de près de 140 000 fusils Krag-Jorgenssen, considéré comme obsolètes. La capacité de production du Modèle 1903 ne dépassant pas 1 000 fusils/jour à l'arsenal de Springfield et 400/jour dans celui de Rock-Island, il devint vite évident qu'ils ne seraient pas en mesure d'équiper les 4,5 millions d'homme du futur corps expéditionnaire. A la même période, trois arsenaux privés: Eddystone, Remington et Winchester, achevaient de livrer les derniers Enfield P14 qui leur avaient été commandés par le War Office britannique. Ainsi, trois usines modernes, bien équipées et pourvues d'ouvriers qualifiés se trouvaient prêtes à produire en masse les armes destinées aux combattants américains. Dans un premier temps, il fut envisagé de produire le modèle réglementaire 1903 dans ces trois usines. Mais, très vite, les difficultés de transformation des machines et des méthodes de travail firent abandonner ce projet.

La solution la plus simple, et la moins coûteuse, c'était de modifier le P14 pour l'adapter au calibre 30-06 en usage dans l'armée US à cette époque. Cette décision, pourtant rationnelle, fut très mal accueillie par l'opinion publique et une campagne de presse virulente et bien orchestrée dénonça l'incurie des généraux américains qui allaient envoyer les "boys" au combats avec un fusil de conception étrangère, et considéré comme moins bon que le Springfield. Il fallut un article bien argumenté dans "Arms & the man" pour rétablir la vérité sur le choix des ingénieurs de l'american ordnance.

Il fut produit près de 2 200 000 fusils US model of 1917 dont environ 1 200 000 par Eddystone, 600 000 par Remington et 400 000 par Winchester (les chiffres sont contradictoires).

À la fin de la Première Guerre mondiale, après avoir hésité à adopter le modèle 1917 comme nouvelle arme réglementaire, l'US Ordnance lui préféra finalement le 1903, ce choix se fit essentiellement sur des critères subjectifs, mais bien compréhensibles, de patriotisme.

Les modèles 1917 furent donc reconditionnés et stockés en réserve, ou utilisés comme armes d'exercice.

Un peu plus de 20 ans plus tard, il équipèrent quelques unités de mortier de l'armée US, mais furent distribués largement aux alliés des États-Unis, équipant des vétérans de la home-guard britannique ou des unités territoriales canadiennes. Un grand nombre dotèrent l'armée française renaissante, et certains ont été parachutés aux mouvements de résistance.

On peut donc dire de cette arme de circonstance, adoptée dans l'urgence, qu'elle eu le rare privilège de contribuer à libérer la France par deux fois: La première aux mains des "Doughboys" du général Pershing, la seconde, dans celles des combattants des forces françaises libres et des résistants.

Et par la suite, a encore servi comme arme d'exercice : en 1964 au 302ème G.A. en Allemagne (F.F.A.), nous nous baladions avec des US17 à la culasse soudée au canon pour le maniement d'armes, les sorties d'instruction et avions le Garant comme arme de tir.

Technique[modifier | modifier le code]

L'US 1917 est un fusil à verrou, à armement à la fermeture. La culasse de type Mauser comporte deux tenons de verrouillage en tête, le levier d'armement formant le troisième verrou de sécurité. Le magasin, fixe, peut contenir six cartouches de 30-06, car conçu pour une cartouche à bourrelet, il est très profond. La monture en noyer américain est réalisée en trois parties : le fût comportant la crosse, et les deux garde-mains supérieurs, avant et arrière. Le nécessaire de nettoyage se range dans une cavité ménagée dans la crosse et fermée par un couvercle à ressort, comme sur les Enfield. C'est une arme d'allure massive, robuste et efficace, mais pesante et peu maniable. Son seul point faible, au plan mécanique, est le ressort de l’éjecteur dont la fragilité est reconnue; ce qui a conduit a concevoir un modèle de remplacement équipé d'un ressort à boudin.

Données numériques[modifier | modifier le code]

  • Nombre de rayures : 5 à gauche
  • Pas de rayure : 1 tour en 10 inches (1 tour en 25,4 cm)
  • Hausse de combat : œilleton basculant, rabattu=hausse de combat jusqu'à 200 verges, relevé= réglable de 200 à 1600 verges

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]