Pays des Moți

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Țara Moților)
Aller à : navigation, rechercher

En Roumanie, le pays des Moți (ou des Motses, en roumain Țara Moților) est une région traditionnelle située dans les Carpates occidentales roumaines (Monts Apuseni en roumain). Elle est administrée par plusieurs départements (județ d'Alba, județ d'Arad, județ de Bihor, județ de Cluj et județ de Hunedoara).

Étymologie et histoire[modifier | modifier le code]

Le pays des Moți tire son nom de ses habitants, les Motses (en roumain Moți). Leur nom n'a aucune connotation administrative ou politique et a été rapproché du mot roumain moț (prononcé "mots") et signifiant motte, éminence, sommet, peut-être en raison du caractère montagnard du pays. Mais cette étymologie est incertaine et discutée. L'identité des Motses et de leur pays est d'ordre ethnographique, pastorale et historique : c'est une ancienne « valachie » transylvaine régie par le jus valachicum, orthodoxe et roumanophone (oláhszég, vlaška, vlašina...). Ces « valachies » sont, plus savamment, appelées « Romanies populaires »[1]. Leurs habitants ont une longue tradition de défense de leurs droits et terroirs : les Motses ont envoyé de nombreux combattants tant à la révolte de Bobâlna de 1437 qu'à la révolution transylvaine de 1784[2], ils ont aussi formé des maquis de résistance anti-fasciste dans les années 1940-1944 et anti-communiste dans les années 1949-1953[3]et en 2013 ils ont organisé de grandes manifestations de masse contre l'extension de l'exploitation minière de Roșia Montană, génératrice de pollutions au cyanure et au mercure, alors que leur région est très touristique.

Localités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la région repose sur l'industrie minière, l'industrie du bois, l'élevage et le tourisme.

Tourisme[modifier | modifier le code]

De nombreux villages de vacances profitent des caractéristiques morphologiques de la région : montagnes, nombreux karsts, etc.

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Alexandru Avram, Mircea Babeş, Lucian Badea, Mircea Petrescu-Dîmboviţa et Alexandru Vulpe (dir.), Istoria românilor : moştenirea timpurilor îndepărtate (« Histoire des Roumains : l'héritage des temps anciens ») vol.1, éd. Enciclopedică, Bucarest 2001, (ISBN 973-45-0382-0).
  2. Coriolan Suciu, Dicționar istoric al localităților din Transilvania, éd. de l'Académie roumaine, Bucarest 1967-1968 et Mario Solomon sur [1]
  3. Georges Diener, article Résistance paysanne et maquis en Roumanie de 1945 à 1965, in : « Genèses » n° 43, pp. 145-158, éd. Belin, Paris 2001/2