Arieșeni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arieșeni
Blason de Arieșeni
Héraldique
Paysage d'Arieșeni
Paysage d'Arieșeni
Administration
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Județ Alba
Maire
Mandat
Vasile Marin Jurj (PNL)
depuis
Code postal 517040
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 1 765 hab. ()
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 35″ nord, 22° 45′ 25″ est
Superficie 6 310 ha = 63,10 km2
Fuseau horaire +02:00 (heure d'hiver)
+03:00 (heure d'été)
Divers
Fondation 1909
Localisation
Localisation de Arieșeni dans le județ de
Localisation de Arieșeni dans le județ de

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Arieșeni

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Arieșeni
Liens
Site web www.primariaarieseni.ro Mairie]

Arieșeni (prononcé [a.rje.ʃenʲ]) est une commune située au nord-ouest du județ d'Alba, dans la région de Transylvanie en Roumanie. Elle tire son nom des rivières Arieș (prononcé [a.rjeʃ ]), du latin Auraneus évoquant l'orpaillage jadis répandu dans la région. La commune a aussi un nom hongrois : Lepus (prononcé [ˈlɛ.puʃ ]).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de est située sur le cours supérieur de la rivière Arieșul Mare (le « grand Arieș », un affluent de l'Arieș), au cœur des monts du Bihor dans les Carpates occidentales roumaines, au pays des Motses, à 120 km d'Alba Iulia, à 130 km d'Oradea, à 133 km de Deva, à 141 km de Cluj-Napoca et à 182 km d'Arad.

La commune comprend 18 villages, hameaux et fermes parsemés en habitat dispersé sur les versants des montagnes : Arieșeni, Avrămești, Bubești, Casa de Piatră, Cobleș, Dealu Bajului, Fața Cristesei, Fața Lăpușului, Galbena, Hodobana, Islaz, Păntești, Pătrăhăițești, Poenița, Ravicești, Sturu, Ștei-Arieșeni et Vanvucești, et il n'est pas inhabituel que deux maisons « voisines », appartenant à la même localité, soient séparées par une vallée large de plusieurs kilomètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme leurs voisins les autres Motses, les Ariéchois ont d'anciennes traditions de libertés locales, de franchises et de combats pour les préserver, car le pays est une ancienne Valachie régie par le jus valachicum et ses habitants ont envoyé de nombreux combattants tant à la révolte de Bobâlna de 1437, qu'à la révolution transylvaine de 1784 et à la celle de 1848[1] ; ils ont aussi formé des maquis de résistance anti-fasciste dans les années 1940-1944 et anti-communiste dans les années 1949-1953[2].

Jusqu'au 1909 Arieșeni était mentionnée par écrit sous le nom hongrois de Lepus et faisait partie d'un corpus rural beaucoup plus étendu (qui, malgré une très faible densité d'unités d'habitation, avait un rayon de plus de dix kilomètres) ; en effet, au XIXe siècle on considérait que les maisons des actuelles localités d'Arieșeni et d'Albac, distantes d'environ 23 km, faisaient partie d'une seule et même grande localité, nommée Râul Mare.

Politique[modifier | modifier le code]

En 2013 les habitants d'Arieșeni ont participé aux grandes manifestations contre l'extension de l'exploitation minière de Roșia Montană, génératrice de pollutions au cyanure et au mercure, alors que leur région est très touristique, et en 2017 aux manifestations de masse contre la corruption de la classe politique roumaine.

Élections municipales de 2016[3]
Parti Sièges
Parti social-démocrate (PSD) 4
Parti national libéral (PNL) 4
Parti Mouvement populaire (PMP) 2
Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR) 1

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville du Pradet avait « parrainé » celle d'Arieșeni dans la cadre de l'« opération Villages Roumains » sous le mandat du maire Roland Joffre. Le comité a beaucoup aidé l'école d'Arieșeni à s'équiper dans les années 1990, juste après la Révolution roumaine. Le point culminant du jumelage a été, en 2000, l'organisation au Pradet du symposium international annuel de sculpture, dont les œuvres ont été créées en marbre blanc ou rose transylvain : l'une d'elles, une stèle d'André Sandel à la mémoire de Philippe Tailliez pionnier de la plongée en France, a été placée sur la jetée des Oursinières. Du côté pradétan, après la mort du maire Claude Mesangroas, la municipalité n'a plus donné suite aux suggestions d'échanges de la partie ariéchoise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
Année Pop. ±%
1930 2 020 —    
1966 2 990 +48.0%
2002 1 921 −35.8%
2011 1 765 −8.1%

Lors du recensement de 2011, 97,79 % de la population se déclarent roumains (2,03 % ne déclarent pas d'appartenance ethnique et 0,16 % déclarent appartenir à une autre ethnie)[4].

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[5] :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur l'industrie du bois, l'élevage et le tourisme.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'une des pistes de ski d'Arieșeni.

La commune d'Arieșeni contient presque autant de villages de vacances que de localités. Située dans un cadre naturel très riche qui comprend plusieurs réserves naturelles, des gorges, des dizaines de grottes dont quelques-unes abritant des glaciers souterrains, la commune tourne plutôt vers le tourisme de niche : tourisme rural, spéléologie, sports de montagne etc. On y trouve deux pistes de ski (éclairage nocturne, téléskis).

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Route DN75 qui traverse les Monts Apuseni de l'ouest à l'est.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coriolan Suciu, Dicționar istoric al localităților din Transilvania, éd. de l'Académie roumaine, Bucarest 1967-1968 et Mario Solomon sur [1]
  2. Georges Diener, article Résistance paysanne et maquis en Roumanie de 1945 à 1965, in : « Genèses » no 43, p. 145-158, éd. Belin, Paris 2001/2
  3. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro.
  4. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  5. Statistiques officielles du recensement de 2002