Île des Pétrels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant l’Antarctique
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire et l’Antarctique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île des Pétrels
Base antarctique française Dumont-d'Urville.
Base antarctique française Dumont-d'Urville.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Archipel de Pointe Géologie
Localisation Mer Dumont-d'Urville
Coordonnées 66° 39′ 47″ S 140° 00′ 10″ E / -66.6631032, 140.0027061
Géologie Île continentale
Administration
Territoire d'outre-mer Terres australes et antarctiques françaises
District Terre Adélie
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte 1840
Fuseau horaire UTC+10

Géolocalisation sur la carte : Antarctique

(Voir situation sur carte : Antarctique)
Île des Pétrels
Île des Pétrels
Îles en France

L'île des Pétrels est une île revendiquée par la France située dans l'archipel de Pointe Géologie et faisant partie du district de La Terre-Adélie des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). L'île des Pétrels est située à 5 kilomètres du continent antarctique.

Historique[modifier | modifier le code]

La région a été découverte en 1840 par le commandant d'exploration antarcique française Jules Dumont d'Urville.

L'île des Pétrels abrite la principale base française en Antarctique, la base antarctique Dumont d'Urville qui est habitée en permanence par une trentaine de personnes (une soixantaine en été) depuis 1956.

La Terre-Adélie en fait une tranche du continent Antarctique qui est non reconnue internationalement comme étant de souveraineté française. Le territoire est lié par le Traité de l'Antarctique, mais dont la France conserve ses revendications, suspendues seulement pour la durée de validité du traité.

Le 28 octobre 2010, un accident d'hélicoptère fait quatre morts[1].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur le site Ouest-France. Le 28 octobre 2010.