Étienne Martin (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne Martin (homonymie) et Martin.
Étienne Martin
Naissance
Décès
(à 88 ans)
Marseille
Nom de naissance
Étienne Philippe Martin
Nationalité
Drapeau de la France France
Activité
Maître

Étienne Philippe Martin, né à Marseille le , et mort dans la même ville le , est un peintre, compositeur et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Martin, fils unique de l'aquarelliste Paul Martin, commence une carrière de pianiste. Il suit les cours de Millout, Darboville et Thurner. Victime de crampes, il s'adonne à la composition musicale et devient membre du jury du conservatoire de Marseille. Il se consacre ensuite surtout à la peinture. Tout d'abord élève de son père, il s'initie à la peinture à l'huile auprès d'Antoine Vollon, chef de file de la peinture provençale. Toute sa vie il suit les enseignements de ce maître dont il se réclame et dont il écrira la biographie. Il s'inspire également d'Alphonse Moutte, directeur de l'École des beaux-arts de Marseille.

Il participe aux Salons de Paris de 1876 jusqu'en 1932, exposant d'abord des aquarelles puis des peintures à l'huile. Il obtient une mention honorable en 1885 et reçoit une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889[1].

Travailleur infatigable, il consacre son temps à de nombreuses activités. Le il est élu membre de l'Académie de Marseille. À la mort de son père il est nommé en 1905 conservateur du musée Gassendi à Digne-les-Bains, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort en 1945. Il sera également président du conseil d'administration de ce musée de 1906 à 1912. Il consacre sa fortune pour la réalisation de ce musée qui, pour lui rendre hommage, lui consacrera une salle reconstituant son cabinet[2]. Il est par ailleurs président de l'Association des artistes marseillais de 1912 à 1916 et de 1920 à 1923. Il écrit quelques ouvrages, notamment Réflexion d'un artiste sur la science, où il expose sa hantise du progrès et de la science. La présence de diligence dans ses œuvres, comme dans Le courrier et Le relais exposés au musée Gassendi, exprime sa nostalgie de voir disparaître des témoignages du passé.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Étienne Martin, Anecdotes d'un paysagiste, Digne, Chapsoul, , 116 p. (OCLC 26178972).
  • Étienne Martin, Réflexion d'un artiste sur la science, Imprimerie du Sémaphore, (OCLC 369335449).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Roger Soubiran, André Alauzen, André Bourde, Marie-Claude Homet, Marie-Christine Gloton, Pierre Lesage et al. (préf. François Trucy, Pierre Perruchio et Édouard Pommier), La peinture en Provence dans les collections du musée de Toulon du XVIIe au début du XXe siècle, Musée de Toulon, , 360 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-09-7), p. 290
  2. Site du musée Gassendi.
  3. « Vendanges en Provence », notice no 00000077655, base Joconde, ministère français de la Culture.
  4. « La Moisson en Provence », notice no 000PE013850, base Joconde, ministère français de la Culture.
  5. « Marseille », notice no 000PE013851, base Joconde, ministère français de la Culture.
  6. « Paysage », notice no 000PE024349, base Joconde, ministère français de la Culture.
  7. « Rentrée de procession dans la cathédrale de digne », notice no 000PE024305, base Joconde, ministère français de la Culture.
  8. « Le Pré de la foire à Digne », notice no 00980002181, base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. « Le Quai de la fraternité à Marseille », notice no 00980001847, base Joconde, ministère français de la Culture.
  10. « La grande Fontaine à Digne », notice no 00000056600, base Joconde, ministère français de la Culture.
  11. Port de Marseille.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :