Élection présidentielle nigérienne de 2020-2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle nigérienne de 2020-2021
(1er tour)
(2e tour)
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 446 556
Votants 5 189 132
69,68 %  +2,9
Votes blancs et nuls 406 752
Mohamed Bazoum (cropped).jpg Mohamed Bazoum – PNDS
Voix au 1er tour 1 879 629
39,30 %
Voix au 2e tour 2 490 049
55,67 %
Elh. Mahamane Ousmane.png Mahamane Ousmane – RDR
Voix au 1er tour 812 412
16,98 %
Voix au 2e tour 1 983 072
44,33 %
Seyni Oumarou.png Seyni Oumarou – MNSD
Voix au 1er tour 428 083
8,95 %
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Albadé Abouba – MPR
Voix au 1er tour 338 511
7,07 %
Ibrahim Yacouba 2014.jpg Ibrahim Yacouba – MPN
Voix au 1er tour 257 302
5,38 %
Président de la République
Sortant Élu
Mahamadou Issoufou
PNDS
Mohamed Bazoum
PNDS

L'élection présidentielle nigérienne de 2020-2021 a lieu le avec un second tour le afin d'élire le président de la République du Niger. Des élections législatives ont lieu en même temps que le premier tour.

L'élection marque la première transition de pouvoir démocratique au Niger depuis son indépendance, le président Mahamadou Issoufou ne se représentant pas après deux mandats, en accord avec la limite imposée par la constitution.

Mohamed Bazoum, dauphin du président sortant, et l'opposant Mahamane Ousmane, ancien président de 1993 à 1996, se qualifient pour le second tour, qui voit la victoire de Bazoum avec 55,67 % des suffrages.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le président Mahamadou Issoufou, du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme, n'est pas candidat à sa réélection, la constitution limitant à deux le nombre de mandat présidentiel[1]. Le respect de cette limitation est un engagement mainte fois répété d'Issoufou, qui déclare dès 2017 « ne pas avoir cette arrogance de croire que je suis un homme providentiel irremplaçable » mais avoir au contraire pour ambition une passation de pouvoir dans le cadre d'élections libres et transparentes[2],[3].

Cette position lui vaut l'agacement de plusieurs de ses pairs africains ayant fait modifier ou ayant l'intention de modifier leur constitution pour la contourner[4]. Début 2020, son intervention en tant que président tournant de la Cédéao contraint ainsi le président guinéen Alpha Condé à surseoir la tenue de son référendum constitutionnel, Issoufou étant parvenu à convaincre les autres membres de l'organisation ouest-africaine de retirer sa mission d'observation, tout en multipliant les appels téléphoniques à Alpha Condé pour lui demander la révision du fichier électoral, l'inclusion de l'opposition dans le processus électoral, et la renonciation à un troisième mandat[5].

Le président sortant va même jusqu'à décider de désigner publiquement un « dauphin présidentiel » deux ans avant l'élection présidentielle de 2020 - en la personne de son ministre de l'Intérieur Mohamed Bazoum, un fait rarissime sur le continent. En raison de son engagement à se limiter à deux mandats, Mahamadou Issoufou est jugé susceptible de se voir attribuer le prix Mo-Ibrahim, qui récompense la bonne gouvernance et le leadership démocratique des dirigeants africains[4].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président de la république du Niger est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Est élu le candidat ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. À défaut, un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier dans les trois semaines suivant la proclamation des résultats du premier, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu[6],[7].

Candidats[modifier | modifier le code]

Un total de 41 dossiers de candidature sont déposés courant au ministère de l'Intérieur, un record pour une présidentielle au Niger[8].

La Cour constitutionnelle publie le la liste des candidats retenus. Sur les 41 dossiers de candidature initiaux, 11 sont rejetés, dont notamment celui de Hama Amadou en raison de sa condamnation à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés, qualifiée de condamnation politique par Amadou. Arrivé troisième de la présidentielle de 2011, le chef du parti Lumana est alors considéré comme l'une des principales figures de l'opposition[9].

Mohamed Bazoum apparait comme le grand favori du scrutin. Agé de soixante ans, il est ministre à plusieurs reprises sous le gouvernement sortant, notamment aux Affaires étrangères puis à l'Intérieur, avant de devenir le dauphin officiel de Mahamadou Issoufou. Bazoum porte ainsi le bilan de son prédécesseur, dont il est un ami de longue date. Son action à la tête de la sécurité intérieure au cours de laquelle ont lieu plusieurs arrestations de militants de différentes associations lors de manifestations lui vaut l'inimitié de la société civile, perçue par le ministre comme une opposition déguisée[10],[11]. La victoire probable de Bazoum dans la campagne malgré son appartenance à une ethnie ultra-minoritaire au Niger, les Oulad Souleymane — principalement présents en Libye —, est perçu comme un signe d'une bonne santé de la vie politique nigérienne, qui se détacherais d'un vote à prédominance communautaire auquel le pays était jusque là habitué. Bazoum ne bénéficie ainsi d'aucun fief électoral « naturel » acquis à sa candidature. Cette appartenance ethnique n'est cependant pas dépourvue de polémique identitaire, une partie de l'opposition l'utilisant pour jeter le doute sur la légitimité, voire la légalité, de sa candidature en faisant courir le bruit qu'il serait né à l'étranger, appelant les électeurs à ne pas élire un « président libyen » et à « ne pas choisir un blanc », en référence à son teint relativement clair. Cet argument identitaire, dénoué de fondement, est alors commun dans la région, ayant notamment déjà été utilisé par le passé contre son principal opposant, Mahamane Ousmane[12].

Premier président élu démocratiquement en 1993, Mahamane Ousmane s'est présenté sans succès à toutes les élections présidentielles depuis son renversement par un coup d'État militaire mené trois ans plus tard par le colonel Ibrahim Baré Maïnassara au terme d'une période de tensions sociales[13],[10].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats de la présidentielle nigérienne de 2020-2021[14],[15],[16],[17],[18]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Mohamed Bazoum PNDS 1 879 629 39,30 2 490 049 55,67
Mahamane Ousmane RDR 812 412 16,98 1 983 072 44,33
Seyni Oumarou MNSD 428 083 8,95
Albadé Abouba MPR 338 511 7,07
Ibrahim Yacouba MPN 257 302 5,38
Salou Djibo PJP 142 747 2,98
Oumarou Malam Alma RPP 118 259 2,47
Hassane Baraze Moussa ANDP 114 965 2,40
Omar Hamidou Tchana AMEN 76 368 1,59
Amadou Ousmane ADEN 63 396 1,32
Souleymane Garba PNC 61 158 1,27
Idi Ango Ousmane ADR 56 100 1,17
Nayoussa Nassirou CDPS 41 697 0,87
Ibrahim Gado CRPD 39 319 0,82
Mounkaila Issa RNDP 38 604 0,80
Hamidou Mamadou Abdou RANAA 35 934 0,75
Intinicar Alhassane PNPD 30 995 0,64
Abdoul Kadri Alpha GGZ 28 910 0,60
Kane Habibou SDR 27 162 0,56
Oumarou Abdourahamane UNPP 20 488 0,42
Moustapha Moustapha PRPN 20 365 0,42
Amadou Saidou Ind. 20 156 0,42
Mahaman Hamissou Moumouni PJD 18 585 0,38
Djibril Mainassara UDFP 17 233 0,36
Sagbo Adolphe PS 17 060 0,35
Idrissa Issoufou MCD 16 995 0,35
Amadou Cissé UDR 16 835 0,35
Mamadou Doulla RSP 16 768 0,35
Abdallah Souleymane NIGERENA 14 282 0,29
Ismael Ide FANN 12 062 0,25
Votes valides 4 782 380 92,16 4 473 121 95,48
Votes blancs et nuls 406 752 7,84 211 658 4,52
Total 5 189 132 100 4 684 779 100
Abstention 2 257 424 30,32 2 761 777 37,09
Inscrits / participation 7 446 556 69,68 7 446 556 62,91

Représentation des résultats du second tour :

Mohamed
Bazoum
(55,67 %)
Mahamane
Ousmane
(44,33 %)
Majorité absolue

Analyse[modifier | modifier le code]

Le premier tour se déroule dans le calme[19]. Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane se qualifient pour le second tour organisé le [20], après la validation le des résultats du premier tour par la Cour constitutionnelle, ouvrant le lendemain la période officielle de campagne pour le second[13].

Les deux candidats ne démarrent cependant réellement leur campagne que le suivant en entamant une série de meetings dans les chefs lieux des huit régions que comporte le Niger. Le candidat du gouvernement sortant, Mohamed Bazoum, réunit entre temps les ralliements de Seyni Oumarou et d'Albadé Abouba, arrivé respectivement troisième et quatrième de premier tour, ainsi que d'Alma Oumarou, Moussa Hassane Barazé, Amadou Ousmane, Garba Souleymane, Nassirou Nayoussa, Gado Ibrahim, Issa Mounkaila, Alhassane Intinicar, Issoufou Idrissa, Talata Doulla Mamadou et Souleymane Abdallah. Des ralliements qui font de Bazoum le favori du second tour en totalisant un peu plus de deux tiers des voix potentielles, Mahamane Ousmane reçevant les soutiens des autres candidats[21].

Un débat télévisé attendu entre les deux hommes n'a finalement pas lieu, Ousmane refusant d'affronter Bazoum, jugé excellent orateur[22].

Mohamed Bazoum l'emporte finalement au second tour avec 55 % des suffrages, pour un taux de participation de près de 63 % des inscrits[23],[24].

Contestation[modifier | modifier le code]

L'opposition rejette les résultats du scrutin. Le le domicile à Niamey du journaliste Moussa Kaka, correspondant de Radio France internationale, est vandalisé et incendié après la contestation des résultats par Mahamane Ousmane et l'opposant Amadou Hama, qui n’avait pas pu se présenter à la présidentielle à cause d’une condamnation en justice[25].

En mars 2021, l'Opele, l'Observatoire du processus électoral, appelle la Cour constitutionnelle à vérifier les résultats.

Le , la Cour constitutionnelle déclare Mohamed Bazoum élu président du Niger. Son investiture a lieu le 2 avril[26],[27].

Suites[modifier | modifier le code]

Issoufou[modifier | modifier le code]

Mahamadou Issoufou reçoit en mars 2021 le prix Mo-Ibrahim, qui récompense la bonne gouvernance et le leadership démocratique des dirigeants africains. Selon le comité le décernant, le chef de l'État s'est « distingué par ses efforts pour améliorer le développement économique de son pays, tout en œuvrant pour la stabilité régionale. ». Sa volonté de ne pas se représenter pour un troisième mandat est également jugée déterminante. Le prix n'avait pas été décerné depuis 2017, faute de candidat remplissant les critères[28].

Bazoum[modifier | modifier le code]

La victoire du candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme à la présidentielle est assortie de celle du parti au législatives, où le PNDS conserve la majorité relative des sièges.

Une tentative de putsch est déjouée dans la nuit du 30 au 31 mars[29].

Bazoum étant d'origine arabe, le Premier ministre Brigi Rafini, d'origine touareg, laisse sa place à un membre l’une des deux ethnies majoritaires, les Haoussas et les Djermas, d'origine subsahariennes, lors de la formation du gouvernement. Cette dernière intervient dans la foulée de l'investiture du nouveau chef de l'état le 2 avril. Si le PNDS s'y taille la part du lion, plusieurs postes reviennent à des partis tiers en retour de leur ralliement en faveur de Bazoum au second tour de la présidentielle, dont notamment le Mouvement Patriotique pour la république d'Albadé Abouba ainsi que le Mouvement national pour la société du développement de Seyni Oumarou, qui se voit par ailleurs confié la présidence de l'assemblée[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Niger: le calendrier des élections dévoilé, présidentielle et législatives fin décembre 2020
  2. « Niger: le président Issoufou assure ne pas vouloir briguer un troisième mandat », sur RFI, RFI, (consulté le 4 mars 2020).
  3. « Aux urnes. Niger et Centrafrique : deux élections, deux réalités », sur Courrier international, (consulté le 27 décembre 2020).
  4. a et b « Mahamadou Issoufou : « Ma décision de respecter la Constitution et de ne pas me représenter est irrévocable » – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 4 mars 2020).
  5. « Elections en Guinée : l’opposition en quête d’un second souffle après le report surprise d’Alpha Condé », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 4 mars 2020).
  6. Jean-Pierre Maury, « Niger, Constitution du 25 novembre 2010, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 21 mars 2021).
  7. « Une première vraie transition démocratique pour le Niger ? », sur perspective.usherbrooke.ca, (consulté le 24 février 2016).
  8. « Présidentielle au Niger: 41 candidats ont déposé leur dossier au ministère de l'Intérieur », sur rfi.fr, RFI, (ISSN 1950-6244, consulté le 9 novembre 2020).
  9. « Présidentielle au Niger : la candidature du principal opposant, Hama Amadou, rejetée », sur Le Monde.fr, le monde, (consulté le 13 novembre 2020).
  10. a et b Deutsche Welle (www.dw.com), « Présidentielle au Niger : Qui sont les candidats ? », sur DW.COM (consulté le 8 février 2021).
  11. « Élection présidentielle au Niger : qui sont les candidats ? », sur TV5MONDE, (consulté le 8 février 2021).
  12. « Mohamed Bazoum favori du second tour de la présidentielle au Niger », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 23 février 2021).
  13. a et b « Niger / Présidentielle : la Cour constitutionnelle confirme les résultats du premier tour », sur www.aa.com.tr (consulté le 8 février 2021).
  14. « Ceni - résultats provisoires », sur www.ceniniger.org (consulté le 20 décembre 2020).
  15. « Cour Constitutionnelle NIGER », sur www.cour-constitutionnelle-niger.org (consulté le 13 décembre 2020).
  16. « Cour constitutionnelle - résultats définitifs du premier tour », sur cour-constitutionnelle-niger.org (consulté le 8 février 2021).
  17. « 2ndtour », sur www.ceniniger.org (consulté le 23 février 2021).
  18. « Cour constitutionnelle - résultats définitifs du second tour », sur cour-constitutionnelle-niger.org (consulté le 23 mars 2021).
  19. « Élections au Niger: les observateurs saluent un scrutin calme, malgré des dysfonctionnements », sur RFI, RFI, (consulté le 29 décembre 2020).
  20. « Présidentielle nigérienne: Le second tour fixé au 21 février », sur VOA (consulté le 4 janvier 2021)
  21. « Niger : Après les alliances, la bataille du second tour de la présidentielle a véritablement commencé », sur www.anp.ne (consulté le 8 février 2021).
  22. « Au Niger, le dauphin Bazoum fait la course en tête », sur Libération, Libération (consulté le 21 février 2021).
  23. « Présidentielle au Niger: Mohamed Bazoum l'emporte avec 55,75% des voix », sur LEFIGARO, lefigaro (ISSN 0182-5852, consulté le 23 février 2021).
  24. « Niger : le candidat du pouvoir, Mohamed Bazoum, remporte la présidentielle », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 23 février 2021).
  25. Agence France-Presse, « Niger : vives tensions à Niamey, où la maison du correspondant de RFI a été incendiée », sur lemonde.fr, (consulté le 27 février 2021)
  26. « Niger: la Cour constitutionnelle déclare Mohamed Bazoum vainqueur du 2nd tour de la présidentielle », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2021).
  27. https://www.facebook.com/RFI, « Niger: la Cour constitutionnelle déclare Mohamed Bazoum vainqueur du 2nd tour de la présidentielle », sur RFI, RFI, (consulté le 22 mars 2021).
  28. RFI, « Le prix Mo Ibrahim attribué au président nigérien Mahamadou Issoufou », Radio France International,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  29. « « Tentative de coup d’État » au Niger deux jours avant l’investiture de Mohamed Bazoum – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 2 avril 2021).
  30. « Niger : Mohamed Bazoum élu président face à Mahamane Ousmane – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le 11 mars 2021).