Ibrahim Yacouba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ibrahim Yacouba
Illustration.
Ibrahim Yacouba en 2014.
Fonctions
Ministre nigérien des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur

(2 ans et 1 jour)
Président Mahamadou Issoufou
Premier ministre Brigi Rafini
Gouvernement Rafini
Prédécesseur Aïchatou Kané Boulama
Successeur Kalla Ankourao
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Maradi (Niger)
Nationalité Nigérienne
Parti politique MPN
Diplômé de ÉNA
Profession Inspecteur des douanes

Ibrahim Yacouba, né le à Maradi (Niger), est un syndicaliste et homme politique nigérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, études et vie personnelle[modifier | modifier le code]

Son père est un commerçant, né dans les années 1940 à Birnin Lokoyo (commune de Matankari) mais qui passe l'essentiel de sa vie à Maradi. Militant sawabiste, ce dernier a quitté son village natal vers le début des années 1960 pour se retrouver à Maradi, à 300 km à l'est, où il entreprend différentes activités commerciales. Son père meurt en . Sa mère est elle aussi née à Birni Lokoyo, dans l'actuelle commune rurale de Matankari (département de Doutchi, région de Dosso).

Après un cycle primaire et secondaire à Maradi, Ibrahim Yacouba fréquente l'École nationale d'administration (ENA) du Niger, où il suit de 1988 à 1991 (et de nouveau en 2002) le cycle de formation des contrôleurs des douanes. Il poursuit en 2006-2007 sa formation supérieure en douanes, au Maroc, au Centre de formation douanière de Casablanca (CFD), où il obtient le diplôme d'inspecteur général des douanes[1]. Il est également détenteur d'un DESS en gestion des ressources humaines.

Il est marié et père de quatre enfants[1].

Carrière syndicale[modifier | modifier le code]

En parallèle de ses études, il est secrétaire général du syndicat étudiant de l'ENA. Il crée un journal étudiant, La Marche.

Au congrès d’ à Niamey, il prend la tête du Syndicat national des agents des douanes (SNAD). Il est réélu à deux reprises et reste à ce poste jusqu’en 2012, lorsqu'il est nommé ministre. Il a participé à faire construire le siège du syndicat et a négocié des réformes concernant le statut des agents des douanes.

Il participe également à la création de la Coordination démocratique de la société civile nigérienne (CDSCN). Cette structure s’était illustrée dans la défense des services publics de base au Niger et dans la lutte contre la vie chère, notamment en 2005. Il a également occupé les fonctions de secrétaire de la Convergence citoyenne du Niger. Il est membre fondateur et du premier bureau de la Confédération démocratique des travailleurs du Niger (CDTN) entre 2003 et 2006.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Militant altermondialiste, il est coordonnateur du mouvement contre la guerre en Irak[1] et organise plusieurs manifestations contre cette guerre au Niger.

Il dirige le réseau national dette et développement (RNDD), affilié au Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde. Rapporteur général du Conseil consultatif de la transition de à , il prend une part active dans l'amendement et l'enrichissement des textes ayant encadré la transition politique au Niger en 2011[1].

Il est ministre des Transports au sein du gouvernement Brigi Rafini d' à . À ce poste, il crée la compagnie aérienne nationale Niger Airways. Il n'est pas reconduit dans le remaniement d’ et devient en septembre de la même année directeur de cabinet adjoint du président de la République, Issoufou Mahamadou, coordonnant sa communication[1].

Le , considéré comme trop ambitieux par plusieurs proches du président, il est exclu du parti présidentiel, le PNDS, pour « rébellion ». Il quitte également son poste de directeur de cabinet adjoint et démissionne de la douane pour se consacrer uniquement à la politique. En novembre, il fonde le MPN-Kiishin Kassa et se lance dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2016, dénonçant la volonté du président de truquer le scrutin. Il est éliminé dès le premier tour, se classant cinquième avec 4,34 % des voix.Il est élu député au titre de son parti, dans la circonscription régionale de Dosso.

Il se rallie pourtant à Issoufou Mahamadou lors du second tour, après avoir été approché par l'opposant Hama Amadou[1]. Issoufou Mahamadou est réélu président avec 92,37 % des voix.

Le , il est nommé ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens de l'extérieur dans le nouveau gouvernement Brigi Rafini[1].

En , il lance sa coalition pour se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue en 2020.

Décoration[modifier | modifier le code]

Grand officier de l'ordre national du Niger à l'issue de la transition du général Salou Djibo, il est fait officier de la Légion d'honneur française en 2016 ; il est décoré de cette dernière médaille le par l'ambassadeur Marcel Escure. Auparavant et pour reconnaitre le remarquable travail accompli au sein de l'administration des douanes, il a obtenu par décret la Medaille d'honneur des Douanes nigériennes.

Sport[modifier | modifier le code]

Entre 2009 et 2012, il préside la fédération nigérienne de basket-ball. Il est également vice-président de la fédération nigérienne de football jusqu'en 2012. Il est propriétaire du Dan Kassawa FC[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]