Église Sainte-Marie de Roquefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Sainte-Marie de Roquefort
Image illustrative de l’article Église Sainte-Marie de Roquefort
Présentation
Nom local Notre-Dame de l'Assomption
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Paroisse Saint-Jacques-de-la-Douze-et-d’Albret
Diocèse d'Aire et Dax
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Architecture romane
Protection  Inscrit MH (1995)
Logo monument historique Classé MH (1996)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Roquefort
Coordonnées 44° 02′ 03″ nord, 0° 19′ 24″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Église Sainte-Marie de Roquefort

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marie de Roquefort

L'église Sainte-Marie ou Notre-Dame de l'Assomption est une église catholique située à Roquefort, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français des Landes, sur la commune de Roquefort. Elle est une étape sur la voie limousine du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Historique[modifier | modifier le code]

Le clocher fortifié de l'église a pour origine le donjon d'un château construit au Xe siècle[2].

Un prieuré est fondé par les Bénédictins au XIIe siècle. Il fait partie des nombreuses possessions de la puissante abbaye de Saint-Sever. L'église date de cette époque. Son chevet de style roman est renforcé par d'épais contreforts vers le XIVe siècle. Son abside est dépourvue d'ouvertures : il y en eut sept qui éclairaient abondamment le chœur, mais au XVIe siècle, elle est transformée en forteresse à cause des guerres de religions[3], pourvue d'un clocher tour et rehaussée d'un grenier où, le cas échéant, pouvait tenir une garnison. La nef gothique a été agrandie aux dépens du cloître. Le portail est marqué aux armes de Roquefort : trois étoiles et trois rocs. L'église conserve la porte basse uniquement réservée à l'accès des cagots. À l'intérieur, on peut admirer deux tableaux de l'Assomption. Le plus ancien, du XVIe siècle, fut découvert en 1951. Du monastère des Clarisses et du couvent des Cordeliers il ne reste que quelques vestiges.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1995 et classé en 1996[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Sainte-Marie », notice no PA00135184, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Francis Zapata, Jean-Pierre Rousset, Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes, éditions Sud-Ouest, p 100
  3. Voir les guerres de religions dans les Landes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :