Grosse cloche de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grosse cloche de Bordeaux
Grosse cloche de Bordeaux.jpg

La Grosse cloche

Présentation
Type
Style
Construction
Hauteur
40 m
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1886, Bâtiments)[1]
Logo monument historique Classé MH (1991, Cloche)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg

La grosse cloche de Bordeaux est le beffroi de l'ancien hôtel de ville. La porte et les tours, dites de la Grosse Cloche, sont classées au titre des monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

La porte en 2013.
La grosse cloche de la porte Saint-Éloi en 2013.

C'est un des rares monuments civils (avec la porte Cailhau) que la ville conserve du Moyen Âge. Elle vient d'être restaurée.[Quand ?]

Elle a été édifiée au XVe siècle sur les restes de l'ancienne Porte Saint-Éloy (dite aussi porte Saint James) du XIIIe siècle (adossée à l’église Saint-Éloi du XIIe siècle), ouverte sur le rempart du XIIIe siècle et sous laquelle passaient les pèlerins de Saint-Jacques en route pour Compostelle. D'où le nom de la rue Saint-James voisine, Saint-James étant le nom gascon de Saint-Jacques[2].

Elle est composée de deux tours circulaires de 40 mètres de haut reliées par un bâtiment central et dominée par le léopard d'or. À l'origine c'était un ensemble de quatre tours rondes et crenelées auxquelles furent adjointes, au XIIe siècle, deux autres tours et ne s'élevait que d'un étage. Ces deux dernières se situaient à l'emplacement du milieu de l'actuel cours Victor Hugo qui était à l'époque un fossé longeant le rempart.

Toutes les modifications successives effectuées entre le XVe et le XVIIe siècle transformeront la physionomie primitive de cette porte devenue beffroi, le clocher du ban communal lui ayant été adjoint dès le XVe siècle.

Les magistrats de la ville sonnaient la cloche pour donner le signal des vendanges et alerter la population en cas de débuts d'incendies.

C'est la raison pour laquelle elle est depuis toujours le symbole à la ville et figure encore aujourd'hui sur les armoiries de la cité.

Les Bordelais étaient très attachés à cette cloche. D'ailleurs, lorsque le roi voulait les punir pour leur insubordination, il lui suffisait de la faire enlever : les habitants ne tardaient guère alors à rentrer dans le rang pour retrouver leur emblème[3]... C'est ainsi qu'elle est enlevée aux Bordelais par le roi Henri II et brisée pour les punir de leur révolte de 1548 (la jacquerie des pitauds); la cloche revient en 1561 pour la plus grande joie du bon peuple.

Après l'incendie de 1755, crénelage et campanile viennent couronner les tours couvertes en forme de poivrière.

Au centre de la grille en fer forgé (XVIIIe siècle) qui ferme la baie dans laquelle se trouve la cloche, un écusson représente les armes de la ville tandis que, face nord, des gargouilles grimaçantes du XVe siècle subsistent avec, au-dessous, des inscriptions gravées sur marbre noir et datées de 1592.

La cloche actuelle fut coulée en juin 1775 par le fondeur Turmel. Elle pèse 7 800 kg pour deux mètres de hauteur et de diamètre[3]. Elle est classée au titre d'objet depuis le 4 juillet 1991[4]. Elle a sonné la commémoration de la victoire du [2], depuis en raison de son poids et des risques de fissures que pourraient provoquer les vibrations de la cloche, elle n'a sonné qu'à quelques reprises, lors de sa remise en place dans le campanile, à la suite de sa restauration et lors de la visite du Général de Gaulle dans la ville, le 10 avril 1961.

Jusqu'en juin 2016, elle sonnait tous les ans cinq fois par an. Le 1er janvier (nouvel an), le 8 mai (Victoire du 8 mai 1945), le 14 juillet (fête nationale), le 28 août (libération de Bordeaux en 1944) et le 11 novembre (Armistice de 1918) en présence de nombreux spectateurs à 11 heures[5]. Depuis, elle sonne tous les premiers dimanches du mois[6]

Représenté sur la girouette, le léopard anglais rappelle les armes de la province de la Guyenne anglaise dont Bordeaux était la capitale.

L'horloge construite en 1759 d'après les plans du mathématicien et astronome Paul Larroque a remplacé celle de 1567 exécutée par Raymond Sudre. Au-dessus d'elle se trouve un cadran à équation solaire.

La tour est visitable de 13 heures à 19 heures durant l'été[5].

Inscription[modifier | modifier le code]

Voici le texte gravé sur la cloche [3]:

J'appelle aux armes
J'annonce les jours
Je donne les heures
Je chasse l'orage
Je sonne les fêtes
Je crie à l'incendie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]