Édouard Bonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Édouard Bonie
Portrait de Édouard Bonie
Biographie
Naissance
à Marseille
Décès (à 75 ans)
à Bordeaux
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation Licence de droit (Paris, 1838)
Titres Avocat, Conseiller à la cour d'appel
Ordre de Nicham à Tunis
Chevalier puis officier de la Légion d'honneur
Ordre des Palmes académiques
Membre de la Société archéologique de Cahors
Président de la Société archéologique de Bordeaux
Profession Avocat et collectionneur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux catalogue des 3 249 pièces de sa collection
Approche collectionneur arabophone
Distinctions Officier de la Légion d'honneur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Édouard Bonie, né à Marseille le et mort à Bordeaux le , est un magistrat français, collectionneur. Il reçoit un héritage important au décès de son père en 1874 puis de sa mère en 1876 qui lui permettent d'assouvir sa passion et d'aménager une maison-musée au 39, rue d'Albret, dont il fait don à la ville de Bordeaux par testament, legs accepté le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Madame Bonie mère.
Madame Bonie mère.

Édouard Bonie est né en 1819 ; son père était colonel d'artillerie, soldat du Premier Empire[1].

Il passe ses étés d'enfance dans le domaine viticole familial du château La Commanderie à Saint-Estèphe. À partir de 1831, il poursuit ses études secondaires puis supérieures à Paris, obtient sa licence de droit en 1838 et embrasse une carrière de magistrat, d'abord en Afrique du Nord, où il développe une passion de collectionneur, puis en France. Il fut successivement substitut à Oran et à Alger, juge à Condom et à Cahors, puis Conseiller à la Cour d'appel d'Agen et à celle de Bordeaux.

Ses trois frères embrasseront une carrière militaire.

L’aîné : Charles (1818-1904), vice-amiral, fit un voyage autour du monde à bord de la frégate La Vénus et prit part à la guerre de Crimée. Il amassa de nombreux souvenirs de Chine et d'Océanie.
Ses cadets : Alphonse (1822-1892), colonel de cavalerie qui fit des campagnes en Afrique du Nord et Théophile (1828-1911), général de division, ont également rapporté des souvenirs de la campagne d'Italie de 1859, de la guerre franco-allemande de 1870-1871 et de la campagne de Tunisie en 1880[2].

De 1840 à 1851, Édouard Bonie est avocat en Algérie. Puis il entre dans la magistrature comme substitut aux tribunaux de Bône (1842), puis d'Alger (1844). Il est nommé substitut général à la cour d'appel d'Alger en 1849. En 1851 il revient en métropole comme juge d'instruction à Condom, dans le Gers, puis à Cahors (1853). Il est nommé conseiller à la cour d'appel d'Agen en 1863 et de Bordeaux en 1874. Il est admis à la retraite en 1888, à 69 ans[3].

Le Musée des Beaux-Arts possède un portrait en magistrat[4] par Paul Quinsac avec ses décorations : Ordre de la Légion d'honneur, palmes académiques lors de l'inauguration de la Faculté de médecine et pharmacie en 1888[5] et Ordre du Nicham[6]. L'austérité de la pose du modèle affichant ses décorations qui ressortent sur la pourpre de sa robe[7] montre l'image de soi que Bonie souhaitait véhiculer.

Bonapartiste et catholique convaincu, il se fait remarquer par son absence de préjugés sociaux ou religieux, ce qui lui permet d’entrer en rapport avec un grand nombre de personnes d'univers très différents ; il est séduit par le cosmopolitisme et le non-conformisme. Comme de nombreux écrivains et artistes de son temps, il est en quête de l'ailleurs, du passé et de la gloire[8].

Il utilise ses héritages familiaux de 1874 et 1876 pour aménager une maison-musée à Bordeaux et voyager, autour du Bassin méditerranéen notamment ; il visite les expositions universelles de Paris.

Féru d'antiquités, il est membre de la société archéologique de Cahors puis de Bordeaux dont il est nommé président en 1890 bien qu'il n'ait jamais rien publié. Il est très apprécié en société pour ses qualités relationnelles et intellectuelles, et pour ses connaissances dans les arts.

Il meurt le 11 décembre 1894, sans femme ni enfants et lègue sa maison-musée à la ville de Bordeaux.

Une âme de collectionneur[modifier | modifier le code]

Ordonnance du colonel Bonie 3e spahi, par Charles Farine, 1870.
Ordonnance du colonel Bonie 3e spahi, par Charles Farine, 1870.
Femme turque.
Femme turque.

D’une curiosité universelle, d’un respect sans faille à l’égard de l’objet, du plus humble au plus précieux, il réunit dans sa maison de famille, située cours d’Albret à Bordeaux, quelques milliers d’objets collectés lors de ses nombreux voyages, et de ses affectations comme magistrat dans différents postes, auxquels s’ajoutèrent les objets rapportés par ses frères qui étaient militaires... et collectionneurs eux aussi[9]. La passion d'Édouard pour l'art de collectionner a bien été soutenue par un contexte familial et c'est à juste titre que l'ancienne rue d'Albret porte le nom des Frères Bonie.

Paul Courteault, ancien conservateur du Musée d'Art ancien, dans une analyse originale et littéraire du personnage, n'hésite pas à en faire un émule du cousin Pons[10].

Le choix des objets, souvent régionaux, mais aussi en provenance d'Europe, d'Afrique du nord, d'Asie et d'Océanie se caractérise par un éclectisme fantaisiste[11] : antiquités, armes et objets militaires, peintures, sculptures, arts décoratifs, arts graphiques (dessins, gravures, photographies, manuscrits et miniatures), naturalia, etc.[12].

Le critère de choix le plus important pour Édouard Bonie est celui de l'authenticité, reposant sur la notion de pedigree : ce sont des objets-témoins, des souvenirs, des reliques[13].

Un numismate ?[modifier | modifier le code]

Près de la moitié de sa collection a disparu et le catalogue est malheureusement très laconique, par exemple en ce qui concerne les 1 068 pièces du médailler : il restait en 1970, outre quelques décorations, 484 monnaies, 75 médailles et 39 jetons[14]. Bonie décrit surtout les médailles rapportées en 1855 par les soldats français après la Guerre de Crimée (voir revue SAB 1973, classement Pastoureau et médailler BM).

Les monnaies les plus anciennes proviennent du Proche-Orient, dont un tétradrachme du XIIIe siècle à l'effigie du roi Henri II de Jérusalem.

Les céramiques[modifier | modifier le code]

Sur 350 pièces environ, fort bien choisies par le collectionneur, plus de la moitié est représentée par des faïences, conservées pour la plupart au musée (productions régionales très variées) ; 40% sont des porcelaines et le reste des terres cuites ou non précisées. Le catalogue du musée recense des assiettes à bord chantourné, des plats ovales, des gargoulettes, des encriers, des sucriers et des théières, des cache-pots, des soupières et des couvercles, des potiches, des tasses avec soucoupe. Quelques pièces du XVIIIe siècle sont remarquables et forment quelques-unes des pièces maîtresses du musée[15].

Une galerie d'illustrations est disponible dans les dossiers du Musée des Arts décoratifs et du Design :

  • vase polychrome de Gaspard Robert,
  • assiettes ornées de roses et d’œillets Hannong,
  • décor de pot à oille, l'un des derniers avatars du bouquet à la rose épineuse.

Lors de sa visite de la salle à manger en 1878, Féret[16] observe plus de trois cents pièces de porcelaines et de faïences.

Bien que le décor de boiseries et de caissons de la salle à manger et de la chambre soit de style Renaissance, Bonie n'a pas meublé ces pièces avec la céramique de style Renaissance sortie de la fabrique Vieillard à cette époque[17]. Contrairement aux autres collectionneurs de l'époque, il s'est également intéressé aux pièces contemporaines sorties des ateliers Vieillard, comme en témoigne la grande fontaine d'applique de style turc exécutée par Amédée de Caranza[18].

Les armes[modifier | modifier le code]

Salle d'armes et fumoir arabe
Salle d'armes et fumoir arabe

Elles constituent près du quart de l'ensemble ; certaines datent d'une collection rassemblée dès son enfance. Il y a surtout des armes blanches (280) et primitives (165) ainsi que de pièces d'équipements (cartouchières et gibernes par exemple). C'est l'époque où les châtelains, par exemple à Roquetaillade, exhibent dans les corridors de leurs demeures ce genre de panoplies, sous l'influence de leurs lectures de romans anglais. La description des armes dites sauvages n'a rien d'anthropologique et n'échappe pas aux clichés et stéréotypes de l'époque[19].

Il y a peu d'armes à feu (36) mais elles sont bien conservées et bien décrites : objets de décoration et de parade plus que de combat, achetés dans des boutiques touristiques à Constantinople, au Caire ou Alexandrie, ou bien récoltés sur les champs de bataille de Crimée, de la guerre de 1870 ou dans les futures colonies. Féret, toujours lors de sa visite de 1878 est émerveillé par la têtière et la selle de cheval, montée à la bataille d'Isly par le fils de l'empereur du Maroc[20].

Le musée Bonie[modifier | modifier le code]

Maison à arcades en Afrique par D. Musel.
Maison à arcades en Afrique par D. Musel.
Cour intérieure d'une maison arabe à Alger par ABD AL-BÂRÎ, 1840-41

Édouard Bonie fait reconstruire et agrandir son hôtel particulier qui ouvrait sur deux rues, au no 30 de la rue d’Albret et au no 19 de la rue Dufau ; c'est l'architecte bordelais Abel Duphot qui est chargé des plans et des travaux. Fils de l'architecte Henri Duphot, Abel Duphot est connu entre autres pour le complexe agricole, Suzanne, aménagé pour Édouard Cruze en 1877[21]. Il s'appuie sur une documentation iconographique impressionnante conservée aux Archives municipales de Bordeaux, qui comporte également des notes d’Édouard Bonie, des factures et des correspondances. Il s’agit de dossiers d’étude pour l’aménagement du musée Bonie : dessins et notes diverses pour les travaux de la « cour mauresque » ; documents relatifs à l’art arabe, au mobilier, au décor en général ; iconographie liée aux décorations murales, boiseries et meubles ; projets de décors (chambre à coucher Louis XIII, cheminée XVe siècle, vitraux, salle mauresque) ; études et esquisses[22].

Le musée Bonie, ouvert aux amis du collectionneur et aux visiteurs, est divisé en quatorze salles et contient environ 2 500 objets.

  • Les pièces existantes sont meublées en fonction de leur destination d'origine : salle à manger (faïences et argenterie), chambre à coucher (Louis XIII), salon (Louis XV) et bibliothèque (oratoire anglais)[10]. Pour la salle à manger du rez-de-chaussée il fait réaliser des panneaux en boiseries néo-gothiques par Charles Braquehaye, sculpteur nommé directeur de l’École nationale des beaux-arts de Bordeaux (de 1877 à 1889) puis professeur des beaux-arts à Bordeaux (jusqu’en 1903)[23]. Pour la réalisation des décors de sa maison, Bonie recrute en effet parmi le cénacle de la vie artistique-artisanale bordelaise, les peintres Augier et Léon Millet, ou le verrier Dagrand[24].
  • Il fait ajouter une aile pour les panoplies d'armes algériennes, marocaines, russes, allemandes, tonkinoises et sauvages.
  • Il reconstitue un fumoir arabe éclairé par une fenêtre mauresque, qu'il meuble de coffres, d'aiguières et de lanternes, ainsi qu'un harem avec divan, lustre, service à café et narguilé.
  • Sa prouesse, qui faisait sa fierté, est un patio artistiquement (à défaut de scientifiquement) recréé avec bassin central à jet d'eau[25].

La maison aménagée par Édouard Bonie est présentée par Sabine du Crest comme une de ces obsessions de collectionneurs européens qui ont organisé leurs intérieurs en perfectionnistes, soucieux du plus petit détail, dans son ouvrage Si loin si proche[26]. Elle l'assimile à une hétérotopie au sens que lui donnait Michel Foucault en 1967. Entouré d'objets savamment choisis et disposés, le collectionneur vit dans un environnement entièrement artificiel mais intellectuellement cohérent : Édouard Bonie a participé à un jeu de rôle au point de revêtir le costume du Sidi Bonie qu'il incarnait lorsqu'il recevait ses invités. Voyageur immobile il a mis en scène un décor de théâtre lui permettant de se transporter à l'étranger, en rêve.

Deux aquarelles conservées au Musée des Arts décoratifs et du Design[27] intitulées Vue d'une salle d'armes et Vue d'une chambre orientale présentent la collection Edouard Bonie ces deux pièces. Dans le premier tableau, Bonie assis à son bureau dresse l'inventaire de sa collection dont tous les éléments sont présentés de façon détaillée ; dans le second, en tenue arabe, assis à terre devant une table basse ronde, il se confond dans un décor oriental recréé[28].

Un registre de signatures remontant à 1856, au moment où Bonie était à Cahors, atteste de l'intérêt des visiteurs qu'Édouard Bonie accueillait religieusement dans son sanctuaire : Il était dans les transes lorsqu’un visiteur indiscret touchait quelque chose ; bien vite il mettait le bibelot à l’abri, discrètement, en s’excusant, mais on sentait qu’il avait tremblé...[25]. Le Musée des Arts décoratifs et du Design conserve ce précieux livre d’or[29].

Deux séries de photographies ont été prises avant dispersion des collections, en 1930 par M. Lafon et en 1951 par M. le Deunff. Elles sont conservées au Musée des Arts décoratifs et du design[30].

Aquarelles de C. Calmon

Un inventaire manuscrit[modifier | modifier le code]

L'inventaire manuscrit dressé par Édouard Bonie de son vivant comporte 3 349 numéros ; il est conservé aux Archives municipales de Bordeaux, sous le nom de Catalogue Bonie (AM 1413R2)[30] : Par l'inventaire, l'accumulation devient collection[31].

C'est un parcours chronologique et géographique précieux de la formation de la collection depuis les années 1840, pendant cinquante années d'accumulations, au rythme de l'histoire militaire du XIXe siècle.

Certains objets ont été achetés, d'autres ont fait l'objet d'un don ou encore d'un pillage de site archéologique par exemple pendant un voyage touristique en Italie. Plusieurs sont annotés d'une description du contexte d'acquisition ainsi que de leur place dans la maison.

La lecture de l'inventaire d'Édouard Bonie fait penser à celle d'un poème de Prévert juxtaposant une série d'objets hétéroclites ; elle permet de recréer l'émotion que provoquait probablement la découverte visuelle des objets présentés côte à côte dans les différentes pièces[33].

Le devenir des collections[modifier | modifier le code]

Copie du testament du 8 janvier 1885.
Copie du testament du 8 janvier 1885.
Affiche publicitaire Musée Bonie.
Affiche publicitaire Musée Bonie.

Dans son testament rédigé le 8 janvier 1885, Édouard Bonie lègue à la ville sa maison et sa collection, à condition de ne pas les dissocier. Il propose son ouverture, payante, au public en limitant le nombre de visiteurs à six par jour. Il interdit l'installation du chauffage et toute reproduction de son œuvre et demande l'affichage de son nom à l'angle des rues d'Albret et Dufau[34].

Le Legs Bonie[modifier | modifier le code]

La Ville accepte le legs le 28 mai 1895 et en prend possession le 1er août[35]. Deux conservateurs sont nommés, Camille de Mensignac et Eugène Lafargue ; l'ancien gardien, Auguste Meilhaguet, occupe la même fonction qu'antérieurement et continue d'assurer l'entretien des lieux et du mobilier[36].

Le musée ouvre en 1896 et connait immédiatement un grand succès. Il est ouvert trois jours par semaine et reçoit annuellement en moyenne 700 visiteurs payants, touristes, curieux et connaisseurs[37].

Une collection démantelée[modifier | modifier le code]

120 ans plus tard... La collection est répartie entre trois musées, celui des arts décoratifs et du design, celui d'Aquitaine et celui des Beaux-Arts. Quelques éléments sont également conservés dans les salons de la Mairie de la ville, au musée Jean-Moulin, Aux Archives municipales et au château du duc d'Épernon à Cadillac[38]. L’immeuble Bonie avait, en effet, été désigné comme réserve commune après la seconde guerre mondiale et aucun agent municipal ne s’y trouvait durant les heures ouvrables[39].

Entre temps le musée Bonie s'était enrichi des collections d’ethnographie de la Ville, issues du musée des Colonies (sculptures, armes, masques d’Afrique et d’Océanie) et du musée Carreire (collection d’objets précolombiens, armes d’Afrique et d’Océanie).

Dans le courant des années 1960, le Centre Jean Moulin avait également intégré les lieux. Ainsi, en moins de dix ans, à partir des années 1950, et en violation des engagements pris, la Ville laissa le musée en déshérence[40] : la maison Bonie était devenue un vrai débarras et la collection Bonie avait été entassée dans quelques pièces en un véritable bric-à-brac. Il n'y avait plus de conservateur en titre et les conditions de conservation étaient déplorables[39].

Les deux décennies suivantes voient de démantèlement complet des collections et leur dispersion vers des lieux plus sécurisés. La maison elle-même est détruite en août 1983 pour élargir la rue... des Frères-Bonie comme en témoigne un article illustré paru le 13 août : Rue des Frères-Bonie : la cour orientale à visage découvert[41].

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Portrait en conseiller à la cour d'appel de Bordeaux par Paul Quinsac.
Portrait en conseiller à la cour d'appel de Bordeaux par Paul Quinsac.

Décorations et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Liénard, « Une histoire du musée Bonie. Conception, destruction, restitution ? », patrimoines, revue de l'Institut national du patrimoine, no 10,‎ , p. 102-109
  • Anne Liénard (sous la responsabilité de François Hubert, Directeur. Version numérique confiée par la bibliothèque du musée d'Aquitaine le 25 mai 2016.), Le musée Bonie : un projet de reconstitution au musée d’Aquitaine (rapport de stage de spécialité au Musée d’Aquitaine (04/06/2012 - 06/11/2012) pour le diplôme de conservateur du patrimoine),
  • Florence Barutel, « Au fil de l'histoire des musées de Bordeaux. Des premiers antiques au musée d'Aquitaine. » Éditions Entre-deux-Mers, 2015, pages 245-253.
  • Paul Courteault, Le musée Bonie, Syndicat d'Initiative de Bordeaux, , 7 p.
  • E. Féret, Statistiques de la Gironde,
  • Jean-Yves Boscher (et al), « Histoire et ethnographie régionale : l'Aquitaine de 1715 à nos jours », Bordeaux 1986.
  • Magali Simon (sous la direction de Robert Coustet), Le musée Bonie, une collection bordelaise au XIX° siècle (mémoire d'histoire de l'art), université Michel de Montaigne-Bordeaux III UFR Lettres et Arts,
  • Catherine Le Taillandier de Gabory, « La collection de céramiques maghrébines du musée des Arts décoratifs de Bordeaux », Amis de Sèvres, no 11,‎ , p. 43-51 (lire en ligne).
  • Sabine du Crest (dir.), Si loin si proche, Rome, Gangemi editore international publishing, coll. « Objets frontière », , 159 p. (ISBN 978-88-492-3149-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Courteault, « Le musée Bonie », Syndicat d'Initiative Bordeaux,‎ , p. 7.
  2. Roger Galy, Nouvelles promenades dans Bordeaux, R. Picquot, , p. 170.
  3. « Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles », sur CNRS.
  4. Paul Quinsac, « Portrait d'Edouard Bonie, conseiller à la cour d'appel de Bordeaux » (consulté le 29 janvier 2016).
  5. Comet, Charles-Jean-Baptiste (1796-1869), Bossu, Antonin (1809-1897), « Chronique, Inauguration de la faculté de médecine de Bordeaux », L'Abeille médicale : revue des journaux et des ouvrages de médecine, de chirurgie, de pharmacie, sur Gallica, Bibliothèque nationale de France, (consulté le 9 janvier 2016), p. 182.
  6. Paul Quinsac (1858-1929), « Portrait d'Edouard Bonie, conseiller à la cour d'appel de Bordeaux » (consulté le 8 janvier 2016).
  7. Olivia Droin de Buhan, « Paul Quinsac 1858 – 1929 : vie et œuvre », Mémoire de maîtrise Bordeaux III (Pr Coustet),‎ .
  8. Anne Liénard 2012, p. 27.
  9. Le Taillandier de Gabory 2002, p. 43.
  10. a et b Paul Courteault 1930, p. 5.
  11. Magali Simon 1995.
  12. Magali Simon 1995.
  13. Anne Liénard 2012, p. 31.
  14. Magali Simon 1995, p. 86-87
  15. Magali Simon 1995.
  16. E. Féret 1878.
  17. Magali Simon 1995.
  18. Magali Simon 1995.
  19. Magali Simon 1995, p. 90-92.
  20. Magali Simon 1995.
  21. JR/AB, « Le château Giscours, à Labarde », sur Blog de l'estuaire, Patrimoine et Inventaire d'Aquitaine, (consulté le 25 mai 2016).
  22. Anne Liénard 2012, p. 19
  23. Anne Liénard 2012, p. 32.
  24. Anne Liénard 2012, p. 33.
  25. a et b Paul Courteault 1930, p. 6.
  26. du Crest 2015, p. 126.
  27. Magali Simon 1995.
  28. Magali Simon 1995.
  29. Anne Liénard 2012, p. 20.
  30. a et b Magali Simon 1995.
  31. Hélène Lasalle, Cataloguer les catalogues ou la collection sublimée, direction J. Guillerme, , pages 201 et 203.
  32. Magali Simon 1995.
  33. Magali Simon 1995.
  34. Liénard 2014, p. 106.
  35. http://www.amisdesevres.com/download/11-5.pdf
  36. Anne Liénard 2012, p. 38.
  37. Paul Courteault 1930, p. 7.
  38. Magali Simon 1995.
  39. a et b Anne Liénard 2012, p. 39.
  40. Viographe de Robert Coustet, 2011 ; p. 203
  41. Anne Liénard 2012, p. 40.