Édouard-Charles Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Édouard-Charles Fabre
Image illustrative de l’article Édouard-Charles Fabre
Édouard-Charles Fabre par William Notman
Biographie
Naissance
à Montréal
Ordination sacerdotale
Décès
Montréal
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par Mgr Elzéar-Alexandre Taschereau
Dernier titre ou fonction Archevêque de Montréal
Évêque puis archevêque de Montréal
Évêque titulaire de Gratianopolis
Évêque coadjuteur de Montréal

Ornements extérieurs Archevêques.svg
COA qc cardinal Édouard-Charles Fabre.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Édouard-Charles Fabre (1827-1896) a été le troisième évêque du diocèse catholique de Montréal. Successeur de Mgr Bourget, il est né à Montréal le et il meurt dans la même ville le à l'âge de 69 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Édouard-Charles Fabre naît à Montréal le . Son père est Édouard-Raymond Fabre, libraire et homme politique patriote, et sa mère Luce Perrault, fille de Julien Perrault[1]. Ses frères et sœurs sont Hector, journaliste, diplomate et sénateur, Hortense, qui épouse l'homme politique George-Étienne Cartier en 1846, Gustave-Raymond et Hectorine[2].

Après ses études de lettres à Saint-Hyacinthe, en 1843, il suit son père qui se rend à Paris pour affaires. Édouard-Charles reste chez sa tante Julie Fabre, épouse d'Hector Bossange, fils du libraire Martin Bossange. Son séjour à Paris ne le détourne pas de son intérêt pour la prêtrise et, en 1844, il commence ses études de philosophie au séminaire des sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux. Il reçoit la tonsure des mains de Mgr Affre le [1].

Ses études terminées, il visite Rome, où il a la chance d'être reçu en audience par le pape Pie IX. Il est de retour à Montréal en 1846 pour effectuer ses études de théologie, sous la direction de Mgr Bourget. Il est ordonné prêtre en la cathédrale Saint-Jacques de Montréal le à l'âge de 23 ans[1].

Vicaire, curé, chanoine, coadjuteur[modifier | modifier le code]

Vicaire deux ans à Sorel, il fut ensuite curé de l'église de Pointe-Claire encore deux ans.

En 1854, Mgr Bourget le rappelait près de lui à l'évêché, et, l'année d'ensuite, il le créait chanoine titulaire de sa cathédrale. Dix-neuf ans plus tard, le , il était élu coadjuteur de Montréal, avec le titre d'évêque de Gratianapolis, et sacré dans l'Église du Gesù le 1er mai suivant.

Évêque et archevêque de Montréal[modifier | modifier le code]

Édouard-Charles Fabre devient le troisième évêque du diocèse de Montréal le , suite à la démission de Mgr Ignace Bourget[1]. Il hérite d'un diocèse en difficulté financière, qui peine à répondre aux besoins du grand nombre de familles d'agriculteurs qui à cette époque d'industrialisation arrivent en ville pour se chercher du travail. En 1879, les dettes du diocèse de Montréal s’élèvent à 750 000 $[1]. Plusieurs nouvelles paroisses sont établies sur le territoire diocésain: Saint-Louis-de-France en 1880, Saint-Charles en 1883, St Anthony of Padua en 1884, Saint-Léonard en 1885, Immaculée-Conception en 1887, Très-Saint-Nom-de-Jésus en 1888, Sainte-Élisabeth-du-Portugal en 1894 et Présentation-de-la-Sainte-Vierge à Dorval en 1895[1].

Bien que son épiscopat s'inscrive globalement dans la continuité avec la politique ultramontaine de son prédécesseur et mentor Mgr Ignace Bourget, il passera pour beaucoup plus pragmatique, arrivant à réaliser des compromis qui mettront notamment un terme au vieux conflit qui opposait son évêché à l'archevêché de Québec et réduiront les différends avec les sulpiciens de Montréal[1]. Le , le pape Léon XIII le nomme archevêque de Montréal[1].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

C'est lors d'un séjour à Rome, en 1896, qu’il apprend qu'il a un cancer du foie. Il meurt à Montréal le de la même année. Il est inhumé le en la cathédrale Saint-Jacques[1].

Héritage et postérité[modifier | modifier le code]

Selon Élie-J. Auclair, il sut s'entourer de jeunes collaborateurs talentueux, qui donnèrent à sa direction administrative «de l'équilibre et de l'éclat» avant de devenir eux-mêmes plus tard des évêques: Mgr Bruchési, Mgr Emard, Mgr Archambeault et Mgr Racicot[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Brian Young, « FABRE, ÉDOUARD-CHARLES », Dictionnaire biographique du Canada, vol. Volume XII (1891-1900),‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  2. Sylvain Simard et Denis Vaugeois, « FABRE, HECTOR », Dictionnaire biographique du Canada, vol. Volume XIII (1901-1910),‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  3. Elie-J. Auclair, Figures canadiennes. Première série, Montréal, Éditions Albert Lévesque, , p. 64

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]