Xénique de Stephens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Xénique de Stephens

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dessin d'un couple, la femelle
en haut et le mâle en bas.

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Acanthisittidae
Genre Xenicus

Nom binominal

Xenicus lyalli
(Rothschild, 1894)

Statut de conservation UICN

( EX )
EX  : Éteint

Le Xénique de Stephens (Xenicus lyalli), ou Xénique de Lyall, est une espèce éteinte d'oiseaux de la famille des Acanthisittidae de très faible taille. Il avait, semble-t-il, l’aire de répartition naturelle la plus réduite de tous les oiseaux connus. Il était peut-être le seul passereau incapable de voler.

Découverte[modifier | modifier le code]

Au cours de l’année 1894, Tibbles, le chat d'un certain David Lyall, gardien du phare, rapporta à son maître une série de minuscules cadavres. Cela se produisait sur l’îlot de Stephens, situé dans le détroit de Cook, qui sépare les îles nord et sud de la Nouvelle-Zélande, île pourvue d'un phare dont David Lyall était le gardien. Par chance, Lyall était ornithologue amateur, conserva les spécimens et, réalisant que ces oiseaux semblaient assez inhabituels, il les céda à un marchand. Peu après, la majorité d’entre eux furent transportés en Europe où la plupart furent achetés par le célèbre collectionneur Walter Rothschild. C’est ainsi que Traversia lyalli fut connu de la science. Le temps que son existence soit diffusée à travers le monde par le journal ornithologique The Ibis, l’espèce était déjà éteinte. Rothschild dira en 1905 que le seul chat serait responsable de l'extinction de l'oiseau, mais quelques spécimens ont été récoltés les années suivantes. Il paraît vraisemblable que le déboisement pour la construction du phare, en 1894, et l'introduction de chats féraux aient aussi contribués significativement à l’extinction de l’oiseau.

Observation[modifier | modifier le code]

La seule observation par l’homme du Xénique de Stephens fut réalisée par David Lyall lui-même. Il vit les oiseaux deux fois, chaque fois dans la soirée. Délogés de leurs trous dans les rochers, ils s’encouraient rapidement dans l’obscurité, comme des souris. Jamais ils ne tentèrent de s’envoler et cette éventuelle incapacité de voler est confirmée par le faible développement des ailes, qui leur permettaient au mieux de voleter faiblement[1], et par la facilité avec laquelle quelques chats ont pu exterminer l'espèce entière.

Théorie sur l'origine de l'animal[modifier | modifier le code]

Des restes de squelettes de ce qui semble avoir été un xénique inapte au vol ont été trouvés sur les grandes îles néo-zélandaises. Quelques auteurs pensent que cela prouve que le Xénique de Stephens était jadis répandu en Nouvelle-Zélande, et que les oiseaux découverts en 1894 étaient simplement une population relique, mais il semble bien plus probable que les restes de squelettes proviennent d’une espèce similaire mais distincte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. R. Millener, « The only flightless passerine: the Stephens Island Wren (Traversia lyalli: Acanthisittidae) », Notornis, vol. 36, no 4,‎ 1989, p. 280–284