Winston Peters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
WinstonPetersEuropa.jpg

Winston Peters (né le 11 avril 1945 à Whangarei (Nouvelle-Zélande)), est un homme politique néo-zélandais. Il est ministre des Affaires étrangères du 19 octobre 2005 au 29 août 2008. Il est le dirigeant du parti New Zealand First.

Son père est maori; sa mère est pakeha d'origine écossaise. Il est originaire de l'iwi Ngati Wai. Il est diplômé d'histoire, de sciences politiques et de droit de d'Université d'Auckland. Il a été enseignant et avocat. Il a également été capitaine de l'équipe maori de rugby d'Auckland, et a joué pour l'équipe des Māori de Nouvelle-Zélande de rugby à XV.

Il fut d'abord membre du Parti national de Nouvelle-Zélande, et participa avec succès aux luttes contre les plans du gouvernement de saisir une partie des terres des Ngati Wai dans les années 1970. Élu député en 1978, il devint ministre des Affaires maori en 1990. Il quitta le Parti national en 1992 et fonda le parti New Zealand First (La Nouvelle-Zélande d'Abord). Son parti connut un succès électoral assez important pour en faire un allié clef dans toute coalition gouvernementale ; ceci a permis à Peters de devenir ministre dans des gouvernements de droite (Parti national) puis de gauche (Parti travailliste). Il est nommé ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement à majorité travailliste dirigé par la premier ministre Helen Clark.

En août 2008, il démissionna de son poste au gouvernement, suite à l'affirmation selon laquelle son parti aurait reçu d'importantes sommes d'argent sans les déclarer[1].

Controverse[modifier | modifier le code]

Ses adversaires ont qualifié Peters de « nationaliste », de « populiste » et de « raciste »[2],[3], notamment à la suite d'un discours prononcé en 2005, lors duquel il accusa l'immigration asiatique d'être une source de criminalité accrue en Nouvelle-Zélande, et demanda à ce que le nombre d'immigrés venus d'Asie soit restreint[4]. Pour cette raison, sa nomination au poste de Ministre des Affaires étrangères fut jugée surprenante. Don Brash, dirigeant du Parti national, déclara que cette décision était « étonnante » car « la région tout entière se méfie de Winston Peters – l’Australie comme l’Asie […]. Je pense que faire de lui le ministre des Affaires étrangères fait beaucoup de mal à notre réputation sur le plan international. »[5] Le journal australien The Age se dit surpris que le poste ait été accordé à un « populiste anti-immigré », un « nationaliste »[5]. Peters demeure une figure politique controversée.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) "NZ foreign minister steps down amid probe", Radio Australia, 29 août 2008
  2. (en) "Peters gets cold shoulder", Jonathan Milne, New Zealand Herald, 19 juin 2005
  3. (en) "Migration Issues in the Asia Pacific", UNESCO
  4. (en) "Winston Peters' memorable quotes", The Age, 18 octobre 2005
  5. a et b (en) "NZ gets anti-migrant foreign minister", The Age, 18 octobre 2005