Wilhelm Friedrich Ernst Bach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bach (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec son oncle, Wilhelm Friedemann Bach

Wilhelm Friedrich Ernst Bach

Naissance 24 mai 1759
Bückeburg, Flag of Electoral Saxony.svg Électorat de Saxe
Décès 25 décembre 1845 (à 86 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale claveciniste
Activités annexes directeur de la musique à Minden
Maîtres Johann Christian Bach
Ascendants Johann Christoph Friedrich Bach père, Jean-Sébastien Bach grand-père

Wilhelm Friedrich Ernst Bach (24 mai 1759 - 25 décembre 1845, Berlin) est le fils ainé de Johann Christoph Friedrich Bach, et donc l'un des petits fils de Johann Sebastian Bach.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Friedrich Ernst Bach naît le 24 mai 1759 dans une famille de musiciens. Il fut baptisé à Bückeburg le 27 mai 1759 et suivit l'enseignement de son père avant de partir pour Londres, chez son oncle Johann Christian qui l'accueillit de 1778 à 1782. Il commença dans la capitale anglaise une carrière de virtuose du clavecin mais la mort de son oncle le contraignit à revenir en Allemagne, donnant des concerts en France et en Hollande.

Wilhelm Friedrich fut ensuite nommé en 1787 au poste de directeur de la musique à Minden (près de Bückeburg) et fut ensuite appelé à Berlin, à la cour de Frédéric-Guillaume II de Prusse qui lui confia la formation musicale de ses enfants. Quatorze années durant, il tint le clavecin et le piano et fut même le claveciniste personnel de la reine. À cette époque, il prit Charlotte Philippine Henriette Elerdt pour épouse à Berlin le 21 janvier 1798. Elle décédera trois ans et demi plus tard après lui avoir donné deux filles (la deuxième ne vivra que 6 ans). Il aura ensuite deux fils avec Wilhelmine Susanne Albrecht qu'il épouse toujours à Berlin le 2 août 1802. Son second fils mourra avant son premier anniversaire.

En 1811, Wilhelm Friedrich prend sa retraite et aura l'honneur de voir célébrée la mémoire de Johann Sebastian : il assiste, le 23 avril 1843 à Leipzig, à l'érection d'un monument en l'honneur de son grand-père. Il meurt à Berlin peu après le 25 décembre 1845. Il a été initié franc-maçon et membre de la loge berlinoise Friedrich zu den drei Seraphim en 1805[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Invenzione della gioia, Musica e massoneria nell'età dei Lumi (Milano, Garzanti, 1994) - Alberto Basso

Voir aussi[modifier | modifier le code]