Johann Christoph Friedrich Bach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bach (homonymie).

Johann Christoph Friedrich Bach

alt=Description de l'image Johann Christoph Friedrich Bach.jpg.
Surnom le Bach de Bückebourg
Naissance 21 juin 1732
Leipzig, Flag of Electoral Saxony.svg Électorat de Saxe
Décès 26 janvier 1795 (à 62 ans)
Bückeburg, Flagge Fürstentum Schaumburg-Lippe.svg Comté de Schaumbourg-Lippe
Activité principale compositeur, claveciniste
Ascendants Jean-Sébastien Bach
Anna Magdalena Bach
Johann Ambrosius Bach
Famille Johann Christian Bach

Johann Christoph Friedrich Bach est un compositeur et claveciniste allemand, né à Leipzig le 21 juin 1732 et mort à Bückeburg le 26 janvier 1795, surnommé le Bach de Bückebourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Seizième enfant de Jean-Sébastien Bach et troisième de ses quatre fils musiciens réputés (voir Famille Bach), Johann Christoph Friedrich fut tout naturellement éduqué par son père, ainsi que par Johann Elias Bach (un cousin issu de germain né en 1705). En 1749, il fréquenta l’Université de Leipzig où il commença à étudier le droit. Mais un an plus tard, il fut engagé à la cour du comte Guillaume de Schaumbourg-Lippe à Bückeburg, où il demeurera jusqu’à son décès. Le 8 janvier 1755 il épousa à Bükeburg Lucia Elisabeth Münchhausen qui lui donna 9 enfants, y compris Wilhelm Friedrich Ernst Bach. Débutant comme musicien d’orchestre sous la direction d'Angelo Colonna (le compositeur de la cour étant un autre italien, Giovanni Battista Serini), Johann Christoph Friedrich remplaça les deux Italiens à partir de 1756, n’obtenant toutefois le titre officiel de Konzertmeister qu'en 1759 car le comte guerroyait à l’étranger.

À partir de cette époque, Bach parvint à donner à la cour de Bückeburg une réputation musicale enviable. Le répertoire musical, italien, fit bientôt place aux œuvres du jeune Bach ainsi qu’à d’autres compositeurs germaniques : Haydn, Ignaz Holzbauer, Gluck, Mozart, les Stamitz, etc.

En avril 1778, Johann Christoph Friedrich se rendit en Angleterre — avec son fils Wilhelm Friedrich Ernst — pour rendre visite à son frère Johann Christian, en passant par Hambourg pour y saluer un autre frère, Carl Philipp Emanuel. À Londres, les Bach profitèrent évidemment de la vie musicale : ils assistèrent à une représentation de La Clemenza di Scipione, un nouvel opéra de Johann Christian, et à des concerts Bach-Abel. Johann Christoph Friedrich acquit également un pianoforte et de nombreuses partitions avant de rentrer à Bückeburg qu’il ne quitta plus. Il mourut d'une forte fluxion de poitrine.

Compositions[modifier | modifier le code]

Si la carrière de Johann Christoph Friedrich fut plus modeste que celle de ses trois frères, on lui doit néanmoins d’une part d’avoir fait de la cour de Bückeburg un centre musical renommé, et d’autre part d’avoir composé quelques superbes pages. On citera surtout sa dernière symphonie (composée en 1794), chef-d’œuvre de l’époque classique qui mériterait de figurer plus souvent au répertoire.

Il faut enfin mentionner sa virtuosité accomplie au clavier (clavecin, puis pianoforte). Cette maîtrise exceptionnelle ne se refléta pas dans ses œuvres pour clavier dont la plupart sont assez superficielles, comme sa musique de chambre : fort bien écrite, mais ni originale ni géniale. Par contre, ses concertos pour clavier & orchestre, au même titre que ses symphonies, valent que l’on s’y arrête. C’est finalement dans ses cantates profanes qu’il montra le plus d’originalité et d’imagination.

La descendance mâle de Jean-Sébastien Bach s’éteignit avec le fils de Johann Christoph Friedrich, Wilhelm Friedrich Ernst Bach (1759-1845), qui fut maître de chapelle et claveciniste à la cour de la reine Frédérique à Berlin, puis à la cour de la reine Louise, et principal professeur de musique des princes de Prusse jusqu'en 1811.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Clavier[modifier | modifier le code]

Ces œuvres peuvent être jouées au clavecin ou au pianoforte :

  • 6 Sonates, HW XI/1, 2, 4, 5, 6, 7 (une 7e est perdue)
  • 9 Sonates légères, HW XI/3 & 8
  • 82 petites pièces, HW XII/1 à 13
  • Fughetta, XII/14
  • 2 Sonates à 4 mains, HW XIII/1 et 2

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sextuor (pianoforte, 2 cors, hautbois, violon & violoncelle), HW V
  • 6 Quatuors avec flûte, HW VI
  • Trio (flûte, violon & basse continue), HW VII/1
  • Trio (2 violons & basse continue), HW VII/2
  • Trio (2 violons & basse continue), HW VII/3
  • Trio (clavecin, flûte ou violon, violoncelle), HW VII/4
  • Trio (clavecin ou pianoforte, violon, alto), HW VII/5
  • Trio (clavecin ou pianoforte, violon, alto), HW VII/6
  • Trio (clavecin ou pianoforte, flûte, violon), HW VII/7
  • 8 Sonates (clavier & flûte ou violon), HW VIII/1 & 2
  • 6 Sonates (clavier & flûte ou violon), HW VIII/3
  • 3 Sonates et 1 Septuor (œuvres perdues)

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 20 Symphonies, HW I/1 à 20
  • 4 Concertos pour clavier & orchestre, HW II/1, 2, 4, 5
  • 2 concertos perdus

Œuvres vocales sacrées[modifier | modifier le code]

  • 12 cantates et oratorios (3 dont la partition est perdue, et 1 dont il ne reste que des fragments)
  • 2 motets à 4 voix, HW XV/1 & 2
  • 2 chansons à 4 voix, HW XV/3 & 4
  • 5 chansons a cappella, HW XVI/1
  • 50 chansons a cappella, HW XVI/2

Œuvres vocales profanes[modifier | modifier le code]

  • 10 œuvres (dont un recueil de 5 chansons et un autre de 24 chansons)

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Wohlfarth, H., Johann Christoph Friedrich Bach, Berne, 1971
  • Geiringer, Karl, The Bach family, New York, 1954 (trad. fr. : Bach et sa famille, Buchet/Chastel, Paris, 1979)
  • Helm, Eugene, article « Johann Christoph Friedrich Bach » in Grove Dictionary of Music and Musician, ed. St. Sadie, 1980

Liens externes[modifier | modifier le code]