Tricholoma orirubens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tricholoma orirubens est un champignon du genre des tricholomes. Il est généralement répandu dans les forêts d'arbres à feuilles caduques ou les forêts de conifères en automne.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Tricholoma orirubens est décrit par le mycologue français Lucien Quélet en 1873. Le nom générique est issu du grec trichos (τριχος), « cheveux », et loma (λωμα), « frange » ou « bordure »[1].

Description[modifier | modifier le code]

Tricholoma orirubens possède un chapeau gris foncé ou gris-marron de plus de 7,5 cm de diamètre avec des écailles noirâtres plus foncées ; le bord peut être droit ou ondulé. Le chapeau est conique est possède une petite bosse en son centre, qui disparaît souvent avec l'âge (bien qu'elle puisse rester ou être remplacée par une petite dépression). Les lames, grises et épaisses, peuvent être émarginées ou adnées et sont très espacées ; elles deviennent rouges quand elles sont écrasées. Le stipe, blanc ou gris pâle, sans anneau, mesure de 4,5 à 8 cm de hauteur sur 0,7 à 2,5 cm de large, et possède une base teintée de bleu[2].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Répandu en Europe, Tricholoma orirubens est toutefois rare, particulièrement au Pays-Bas. Il est généralement répandu dans les forêts d'arbres à feuilles caduques ou les forêts de conifères, sur sol calcaire, seul ou en groupe, en automne. Il est ectomycorhizien[2].

Le champignon peut aussi former des ronds de sorcière. L'un d'eux, trouvé en Allemagne, avait un diamètre de près de 80 m et comprenait environ 10 000 champignons[3].

Comestibilité[modifier | modifier le code]

L'odeur et le goût de Tricholoma orirubens, forts, rappellent la farine ; c'est une des meilleures espèces de tous les tricholomes du point de vue culinaire (il a un goût légèrement sucré)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sven Nilsson et Olle Persson, Fungi of Northern Europe 2 : Gill-Fungi, New York, Penguin,‎ 1977 (ISBN 0-14-063006-6), p. 24
  2. a et b (la) Cornelis Bas, Machiel Evert Noordeloos, T. W. Kuyper et E. C. Vellinga, Flora Agaricina Neerlandica, vol. 4, Rotterdam, A.A. Balkema Publishers,‎ 1999, 191 p. (ISBN 90-5410-493-7, lire en ligne), p. 148
  3. a et b (en) Hans Haas, The Young Specialist looks at Fungi, Burke,‎ 1969 (ISBN 0-222-79409-7), p. 142