Tâla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tala (homonymie).

Le tâla est un cycle rythmique, élément essentiel des musiques classiques indiennes. Le mot tâla serait formé[réf. nécessaire] des syllabes (de Tandava, la danse cosmique de Shiva) et de la (de Lasya, la contrepartie féminine de Tandava, attribuée à Parvati, l'épouse de Shiva).

Le tâla est composé de matras, qui sont des unités rythmiques (ou temps). Chaque tâla possède une structure propre, organisée par temps plus ou moins forts et faibles, le premier temps (appelé sam) étant le plus important. Viennent ensuite le ou les tali, et le ou les khali qui se caractérisent par la présence ou l'absence de clappement de mains. Le temps vide que « l'on offre aux dieux » permet aux musiciens de se repérer dans ce cycle long, permettant ainsi la préparations des improvisations et des compositions démarrant autour du sam. On peut donc avoir des tâlas qui ont le même nombre de temps mais pas la même structure.

Le sam n'est pas seulement le premier temps, c'est aussi le moment où les instrumentistes se rejoignent après des variations ou improvisations. C'est donc un signal très fort de ralliement.

Il faut se représenter le tâla comme un mode rythmique, avec la manière de s'en servir, infiniment plus riche que les rythmes occidentaux. Plusieurs centaines de tâlas ont été expérimentés au cours des siècles, de nos jours seulement quelques dizaines sont régulièrement utilisés.

Le thekâ est la forme de base du cycle prête à être exécuter par une percussion, puisque chaque mot (bol) indique une frappe particulière.

Les tâlas de la musique indienne ne sont pas les mêmes du nord (musique hindoustanie) au sud (musique carnatique) ; bien que similaires et portant des noms identiques, ils ne sont pas construits de la même manière. La musique carnatique en a une vision beaucoup plus mathématique avec des divisions complexes.

Principaux tâlas de la musique hindoustanie[modifier | modifier le code]

Description du tâla Décomposition
Dâdrâ, cycle rythmique à 6 temps 3-3
Rupak, cycle rythmique à 7 temps 3-2-2
Tivra, cycle rythmique à 7 temps 3-2-2
Dhumali, cycle rythmique à 8 temps 4-4
Kaharwa, cycle rythmique à 8 temps 4-4
Jhaptâl, cycle rythmique à 10 temps 2-3-2-3
Sooltâl, cycle rythmique à 10 temps 2-2-2-2-2
Ektâl, cycle rythmique à 12 temps 2-2-2-2-2-2
Chautâl, cycle rythmique à 12 temps 2-2-2-2-2-2
Ada Chautâl, cycle rythmique à 14 temps 2-4-4-4
Dipchandi, cycle rythmique à 14 temps 3-4-3-4
Jhumra, cycle rythmique à 14 temps 3-4-3-4
Dhamâr, cycle rythmique à 14 temps 5-2-3-4
Tilwara, cycle rythmique à 16 temps 4-4-4-4
Punjabi, cycle rythmique à 16 temps 4-4-4-4
Tîntâl, cycle rythmique à 16 temps 4-4-4-4

Tîntâl[modifier | modifier le code]

Le tîntâl ou teentaal ou tritâl est le rythme le plus couramment utilisé dans la musique savante du nord de l'Inde, dans le style khyal, par les tablâs. Cycle parfait de symétrie, il a 16 matras, 4 vibhags (sections) et se décompose ainsi :

4 + 4 + 4 + 4

Tîntâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Clap X 2 0 3
Thekâ Dha Dhin Dhin Dha Dha Dhin Dhin Dha Tha Tin Tin Tha Dha Dhin Dhin Dha

Punjabi[modifier | modifier le code]

Le punjabi ou sitarkhani est parfois appelé improprement adha. On ne sait pas s'il est un véritable tâla ou s'il n'est qu'une variation du tîntâl, en amont ou en aval (convergence ou divergence), mais il mérite une section car il en diffère surtout au niveau du thekâ. Très utilisé dans les thumris et la musique instrumentale, il a 16 matras, 4 vibhags et se décompose ainsi :

4 + 4 + 4 + 4

Punjabi
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Clap X 2 0 3
Thekâ Dha -Dh in- Dha Dha -Dh in- Dha Dha -ti n- Na Na -Dh in- Dha

Tilwara[modifier | modifier le code]

Le tilwara est un rythme très similaire au tîntâl, dont il ne diffère que par le thekâ, et donc non pas la structure rythmique, mais le choix du timbre et de l'ornement. Il a 16 matras, 4 vibhags et il se décompose ainsi :

4 + 4 + 4 + 4

Tilwara
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Clap X 2 0 3
Thekâ Dha Tirakita Dhin Dhin Dha Dha Tin Tin Ta Tirakita Dhin Dhin Dha Dha Dhin Dhin

Dhamâr[modifier | modifier le code]

Le dhamâr est un rythme spécifique au style dhrupad. Il intervient toujours après un chautâl et ne commence jamais un râga. C'est un rythme difficile car non symétrique, ni binaire, ni ternaire. Il a 14 matras, 4 vibhags et se décompose ainsi :

5 + 2 + 3 + 4

Dhamâr
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Clap X 2 0 3
Thekâ Kat Dhe Te Dhe Te Dha - Ge Te Te Te Te Ta -

Jhumra[modifier | modifier le code]

Le jhumra ou jhoomra est un cycle réservé aux mouvements lents des râgas. Il a 14 matras, 4 vibhags, et se décompose ainsi :

3 + 4 + 3 + 4

Jhumra
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Clap X 2 0 3
Thekâ Dhin Dhin Naka Dhin Dhin Dhage Tirikite Tin Tin Naka Dhin Dhin Dhage Tirikite

Dipchandi[modifier | modifier le code]

Le dipchandi est un cycle utilisé dans la musique semi-classique (thumri ou ghazal). C'est un rythme lent qui a 14 matras, 4 vibaghs et se décompose ainsi :

3 + 4 + 3 + 4

Dipchandi
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Clap X 2 0 3
Thekâ Dha Dhin - Dha Dha Tin - Ta Tin - Dha Dha Dhin Na

Ada Chautâl[modifier | modifier le code]

Le cycle ada chautâl est assez rare, et limité à la musique vocale. Il a 14 matras, 7 vibbhags et se décompose ainsi :

2 + 4 + 4 + 4

Ada Chautâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Clap X 2 0 3 0 4 0
Thekâ Dhin Tirikite Dhin Na Too Na Ka Ta Tirekite Dhin Na Dhin Dhin Na

Chautâl[modifier | modifier le code]

Le chautal ou chartâl ou dhrupad est le cycle rythmique principal du style dhrupad de l'Inde du nord, joué au pakhâwaj. Considéré comme le cycle roi car unissant phases binaires et ternaires, il a 12 matras, 6 vibhags et se décompose comme suit :

2 + 2 + 2 + 2 + 2 + 2

Chautâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Clap X 0 2 0 3 4
Thekâ Dha Dha Dhin Tha Kite Dha Dhin Tha Kite Kata Gadi Gena

Ektâl[modifier | modifier le code]

Le cycle ektâl est un cycle généralement lent (vilambit) plutôt utilisé dans la musique vocale. Il a 12 matras, 6 vibhags et se décompose ainsi :

2 + 2 + 2 + 2 + 2 + 2

Ektâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Clap X 0 2 0 3 4
Thekâ Dhin Dhin Dhage Tirekite Too Na Ka Ta Dhage Tirekite Dhi Na

Jhaptâl[modifier | modifier le code]

Le cycle jhaptâl est un cycle de complément de programme. Il est rare que les artistes débutent par lui, sauf les joueurs de shehnai. C'est un cycle qui varie pulsation binaire et ternaire. Il a 10 matras, 4 vibhags et se décompose ainsi :

2 + 3 + 2 + 3

Jhaptâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Clap X 2 0 3
Thekâ Dhi Na Dhi Dhi Na Ti Na Dhi Dhi Na

Sooltâl[modifier | modifier le code]

Le sooltâl ou sultâl ou sulfaktâl est un rythme rapide réservé au style dhrupad, pour les fins de concerts. C'est un cycle joyeux et dynamique. Il a 10 matras, 5 vibaghs, et se décompose ainsi :

2 + 2 + 2 + 2 + 2

Sooltâl
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Clap X 0 2 3 4
Thekâ Dha Dha Dhin Ta Kite Dha Tita Kita Gadi Gena

Kaharwâ[modifier | modifier le code]

Le cycle kaharwâ est réservé aux dhuns, des compositions légères concluant un concert. C'est aussi un des deux grands rythmes populaires et folkloriques, joué aussi dans la musique filmi. Il est formé de 8 matras, 2 vibahgs et se décompose ainsi :

4 + 4

Kaharwâ
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8
clap X 0
Thekâ Dha Ge Na Ti Na Ka Dhin Na

Dhumali[modifier | modifier le code]

Le dhumali ou dhoomali est un cycle associé à kaharwa, dont il ne diffère que par la coloration. Il est employé pour la musique légère. Il a 8 matras, 2 vibahgs et se décompose :

4 + 4

Dhumali
Matra 1 2 3 4 5 6 7 8
clap X 0
Thekâ Dha Dhin Dha Tin Taka Dhin Dhage Tirakita

Tivra[modifier | modifier le code]

Le tivra est un cycle rapide du style dhrupad, joué au pakhâwaj. Il a 7 matras, 3 vibaghs et se décompose en :

3 + 2 + 2

Tivra
Matra 1 2 3 4 5 6 7
Clap 0 1 2
Thekâ Dha Dhin Ta Tita Kata Gadi Gena

Rupak[modifier | modifier le code]

Le cycle rupak ou roopak est particulier car il ne commence pas par un temps fort, mais par un khali, à la place du sam. Très apprécié des instrumentistes, en particulier les flûtistes et les joueurs de sarod, il sert souvent d'introduction aux compositions suivantes, plus longues. Il comporte 7 matras, 3 vibhags, et se décompose ainsi :

3 + 2 + 2

Roopak
Matra 1 2 3 4 5 6 7
Clap 0 1 2
Thekâ Tin Tin Na Dhin Na Dhin Na

Dâdrâ[modifier | modifier le code]

Le cycle dâdrâ est le plus populaire de tous et il a un caractère très joyeux. Il sert aussi pour des parties finales de concert, ou pour la musique folklorique et filmique. Il a 6 matras, 2 vibhags et se décompose ainsi :

3 + 3

Dâdrâ
Matra 1 2 3 4 5 6
Clap X 0
Thekâ Dha Dhi Na Dha Tun Na


Principaux tâlas de la musique carnatique[modifier | modifier le code]

Il existe diverses théories concernant le nombre de tâlas. La plus classique aujourd'hui en emploi 35 classés selon leurs divisions mathématiques.

Il y a sept rythmes de base, donnés avec leurs constituants (aṅga) : dhruva (1 laghu, 1 druta et 2 laghu), matya (1 laghu, 1 druta et 1 laghu), rūpaka (1 druta et 1 laghu), jhampa (1 laghu, 1 anudruta, et 1 druta), tripuṭa (1 laghu et 2 druta), aṭṭa (2 laghu et 2 druta) et eka (1 laghu)[1].

Âdi[modifier | modifier le code]

Le tâla "Âdi" est un des premiers tâlas de la base, bien qu'il ne fait pas partie des 7 tâlas des Alangâras. en effet, ce tâla est une des 5 variantes de la "Triputha tâla"(les tâlas ayant une formule composant un laghu et deux dirthas(IOO)). Le tâla "Aadi" est, en fait, le "Triputha tâla du Chatuchtra Jâthi", de formule I4 O2 O2).

Rûpaka[modifier | modifier le code]

En 6 temps, composé d'un dhrutam et d'un laghu : 2 + 4

Misra Châpu[modifier | modifier le code]

En 7 temps, c'est une variété de châpu : 3 + 2 + 2

Khanda Châpu[modifier | modifier le code]

En 5 temps : 2 + 3

Sankîrna Châpu[modifier | modifier le code]

En 9 temps, c'est une variété de châpu : 2 + 1 + 2

Tishra châpu[modifier | modifier le code]

En 3 temps, c'est une variété de châpu : 1 + 2

Dhruva[modifier | modifier le code]

En 14 temps, composé d'un laghu, d'un drutam et de deux laghus : 4 + 2 + 4 + 4

Matya[modifier | modifier le code]

En 10 temps, composé d'un laghu, d'un drutam et d'un laghu : 4 + 2 + 4

Jampa[modifier | modifier le code]

En 7 temps, composé d'un laghu, d'un anudrutam et d'un drutam : 4 + 1 + 2

Triputa[modifier | modifier le code]

En 7 temps, composé d'un laghu et de deux drutam : 3 + 2 + 2

Ata[modifier | modifier le code]

En 14 temps, composé de deux laghus et de deux drutams : 5 + 5 + 2 + 2

Eka[modifier | modifier le code]

En 4 temps, composé d'un seul laghu : 4

Source[modifier | modifier le code]

  • Bernard Bertrand, La musique carnatique, Éd. du Makar, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]