Système de réserves fractionnaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système de réserves fractionnaires (on parle aussi de « couverture partielle ») désigne le droit pour une banque commerciale de prêter, par des jeux d'écritures, de l'argent qu'elle n'a pas et sur lequel, outre le remboursement par le débiteur, elle touchera des intérêts, sachant toutefois qu'elle devra se refinancer en collectant des dépôts pour maintenir son équilibre de bilan. Cette création de monnaie scripturale en contrepartie d'engagements juridiques de tiers (les emprunteurs) est par ailleurs tempérée par l'obligation de déposer (en monnaie centrale) un pourcentage des dépôts des clients de la banque auprès de la banque centrale ("Réserves obligatoires"), pourcentage devenu relativement faible en pratique. Le déclin de cette pratique fait que la notion a perdu de sa pertinence. De nos jours la gestion actif-passif des bilans des banques repose essentiellement sur un ensemble de règles prudentielles édictées par des accord internationaux (Bâle III).

On parle aussi dans ce cadre d'effet multiplicateur du crédit, le multiplicateur désignant le rapport entre la base monétaire (monnaie centrale) et la quantité de monnaie issue du crédit accordé par les banques.

Ce système est basé sur le fait que l'ensemble des déposants et épargnants ne retirera pas ses dépôts en même temps[1]. Il peut toutefois s'avérer risqué en cas de crise de confiance, et le fait de bloquer des réserves à la banque centrale ne pourrait alors qu'agraver l'illiquidité. Aussi les règles de liquidité et solvabilité actuelles vont-elles beaucoup plus loin dans le sens de la garantie des déposants.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Crick, W.F. (1927), The genesis of bank deposits, Economica, vol 7, 1927, pp 191–202.
  • Friedman, Milton (1960), A Program for Monetary Stability, New York, Fordham University Press.
  • Meigs, A.J. (1962), Free reserves and the money supply, Chicago, University of Chicago, 1962.
  • Philips, C.A. (1921), Bank Credit, New York, Macmillan, chapitres 1–4, 1921,
  • Thomson, P. (1956), Variations on a theme by Philips, American Economic Review vol 46, Decembre 1956, pp. 965–970.